[Ressources] Séance 3 “Carnets de thèse”

Ce billet a été composé à quatre mains avec Marie-Lou Solbach, doctorante à l’Université de Strasbourg, au sein du laboratoire Mondes Germaniques et Nord-Européens.

La séance du 24 mars 2022 de l’atelier sur le blogging et la vulgarisation scientifiques sera l’occasion de réfléchir ensemble aux particularités des carnets de thèse.

Qu’est-ce qu’un carnet de thèse ?1

Un carnet de thèse est bien sûr un carnet comme les autres, il permet de s’inscrire dans une “pratique de communication”, liée à une activité de recherche2. Lorsqu’il s’agit du carnet spécifique au doctorat, Daniel Pélissier propose de le définir comme “un site internet dont les textes sont issus des travaux préparatoires à une thèse de doctorat”3.

Toute la question est donc de définir une ligne éditoriale. Un carnet de thèse ne porte pas uniquement sur le sujet de la thèse, mais plutôt des recherches menées dans le cadre du doctorat en tant que période de recherche (méthodologiques, projets connexes, enseignement, etc.).

Jusqu’à présent, 262 carnets sont recensés comme carnets de thèses. Le plus ancien, AGORA / sciences sociales, remonte à 2009.  À partir du catalogue des carnets d’Hypothèses, il est possible de consulter les carnets par thème, par discipline, par langue et par pays de production4.

Dans ce billet, nous nous autorisons une conception élargie du carnet de thèse et nous souhaitons réfléchir aussi bien aux carnets collectifs tenus et alimentés par des doctorants, ou bien adressés à des doctorants, qu’au carnet individuel consacré à la recherche d’un·e carnetier·e en train de réaliser une thèse.

Il nous a semblé, en échangeant sur les carnets qu’il est tout de même intéressant de distinguer les carnets dont le sujet est directement lié à l’expérience du doctorat des carnets de thèse en eux-mêmes. Nous profiterons de différents cas de figure pour partager quelques liens à partir de nos lectures.

Les carnets consultés dans le cadre d’une thèse

Avant d’être une activité d’écriture, les carnets sont des ressources précieuses de lectures où lire des recherches en cours et observer la constitution d’objets de recherche nouveaux. Faire une thèse, c’est aussi construire un sujet — une problématique, des axes, constituer un corpus et une bibliographie — en particulier durant la première année.

Quels carnets consultons-nous au cours du doctorat ? Quel type de consultation favorise-t-on ? Pour vous donner un aperçu de notre veille à partir de nos sujets de recherche, voici une liste non exhaustive de carnets — qui ne sont pas forcément des carnets de thèse — que nous consultons régulièrement (Marie-Lou travaille sur les représentations de l’Arctique au sein de récits policiers contemporains dans le cadre du réchauffement climatique / Marine étudie la métaphore horticole dans les pratiques titulaires de recueil poétique de la première modernité) :

Veille de Marie-Lou sur Hypothèses :
Veille de Marine sur Hypothèses :

Les carnets qui s’adressent aux doctorants

Souvent, les carnets parlent de ces étapes et abordent le sujet sous l’angle méthodologique. Ils donnent des informations précieuses et permettent de trouver les gestes, réflexes et process pour réaliser un travail inédit car la thèse est aussi une étape de formation à la recherche. Certaines tâches peuvent après coup sembler évidentes à qui les a répétées de nombreuses fois, mais avant de se “jeter à l’eau”, il est parfois difficile de se lancer.

Voici par exemple, quelques ressources utiles pour démarrer :

Ces quelques carnets convergent vers une approche méthodologique de la recherche en thèse, que le carnet y soit dédié ou qu’il n’y consacre qu‘une page ou un billet ponctuellement, en marge d’un autre sujet. Servant de guides dans la pratique doctorale, ils collectent et proposent des conseils sur les différentes étapes de thèse (composition du sujet, introduction, conclusion, etc.) particulièrement utiles pour les jeunes chercheurs que nous sommes. Leur consultation, ponctuelle, accompagne aussi d’une certaine manière la construction de son identité de chercheur.

Tenus par des doctorants, ou de jeunes docteurs, ces billets méthodologiques sont aussi l’occasion de mettre à l’épreuve la méthode : décrire et appliquer à la fois. Ainsi, Gaëlle Debeaux propose trois articles sur la méthodologie de la rédaction basés sur une approche empirique. Pensés en deux parties, ses billets retracent la genèse de sa démarche dont est issu le plan synthétisé présenté ensuite. Le carnet du collectif LIPOthétique est alimenté par de jeunes chercheurs en littérature comparée de l’université Paris-Nanterre. Il constitue un outil très appréciable pour comprendre la démarche et le projet de thèse dans cette discipline.

La question de la création d’un carnet collectif nous a paru être également une perspective à regarder. Comment créer un tel carnet lorsque l’on est en thèse ? Faut-il nécessairement un adossement institutionnel — comme un laboratoire — ou éditorial comme une revue (Carnets de Terrain, présenté lors de la séance du 6 janvier), ou un adossement disciplinaire, comme une association de chercheurs ? Quelle légitimité en dehors du cadre universitaire ? Quelle approche choisir ? Thématique, méthodologique ? Quelle ligne éditoriale ?

Les carnets de doctorants

De nombreuses interrogations accompagnent la création d’un carnet de recherche au cours de la thèse. Quelle démarche adopter ? Quel contenu mettre en avant ? Deux pôles émergent de notre propre expérience de carnetières. Comment et quand se lancer ?

La démarche d’ouverture d’un carnet ne se réalise pas toujours dans un but précis, ou avec un objectif clair et déterminé. Il relève alors du work in progress et se pense comme un support de réflexion au projet de la thèse. Peut-on considérer qu’avec le passage au numérique, le carnet en ligne se voit comme un prolongement de ces carnets de thèse papier ? Pour le ou la doctorant·e, ces derniers recueillent l’essence de son projet sous forme de notes, d’idées, de comptes-rendus de réunions, de lecture, de pensées, etc. Colloques, rendez-vous de thèse, textes, images, tout peut alimenter ces cahiers et nourrir la réflexion. Si le carnet de thèse numérique ne reproduit pas le même usage, il constitue pourtant un outil permettant au jeune chercheur de saisir son objet d’étude, peut-être plus même qu’il n’affiche de résultats de recherche. 

Et au fait, de quoi parle-t-on ?

De fait, si le ou la carnetier·ère choisit de créer un carnet de recherche dédié à sa thèse, se pose la question du contenu ? Que publie-t-on sur un carnet de thèse ? Deux questions majeures nous semblent importantes dans ce processus. Que peut-on publier de sa thèse sans empiéter sur les idées figurant dans la thèse ? Et par ailleurs, qu’en est-il de la propriété des idées publiées en ligne ? Une double injonction, contradictoire, peut parfois se manifester pour le jeune chercheur : le besoin de visibiliser ses recherches et la peur d’en livrer trop et de se faire voler ses travaux. L’intervention de Nawal Bouin apportera des éclaircissements sur ce point. Nous compléterons à l’issue de l’atelier ces premiers éléments qui nous ont permis de préparer la séance.

Et après la thèse ?5

Quelle est l’espérance de vie d’un carnet de thèse une fois ce projet achevé ? Faire une thèse implique de réfléchir et rédiger un projet de recherche, comment alors, et pourquoi distinguer carnet de thèse et carnet de recherche ? D’ailleurs, est-ce que tous les doctorants qui ouvrent un carnet sur hypothèses cochent “carnet de thèse”  au moment de compléter le formulaire ? Peut-être trouve-t-on des carnets sur des thèses parmi les “carnets de recherche”6

Les catégories d’Hypothèses référencent distinctement divers types de carnets, il en est ainsi des carnets de recherche, carnets de chercheur, carnets de master, carnets de thèse, etc. La labellisation du blog dépend alors de la démarche initiale des chercheurs. Des carnets de thèses peuvent ainsi être référencés sous une autre appellation, selon qu’ils aient été envisagés comme un projet plus large, ou différent de celui de la thèse7.

Anne Baillot, enseignante-chercheuse à l’université Le Mans, revient sur sa pratique de blogging dans ce billet récent : Blogging journeys – Digital Intellectuals. Elle y exprime une certaine nostalgie du temps de thèse, propice pour elle à l’écriture, notamment plus fluide grâce à la tenue hebdomadaire de son carnet.

“But having to discuss how to write and what makes inspiration with other bloggers on today’s workshop made me realize that it is not so much about sitting at a desktop, it actually is about taking the space to think about where things are heading”.

Au-delà de la répétition d’une habitude, ces moments de blogging sont ainsi, selon elle, un moyen de faire le point sur ses recherches en cours. Notre expérience de carnetière va dans ce sens, nous apprenons beaucoup sur nos textes en travaillant à leur exposition, et nous forcer à présenter nos recherches nous a permis de mieux les comprendre. Mais c’est un retour d’expérience que formulent de nombreux chercheurs, y compris avec un grand recul sur leur objet.

Le carnet de thèse s’apparente donc à un objet polymorphe, à la fois vitrine des recherches et outil réflexif, accompagnant le processus de mise en thèse d’un sujet d’étude. Il permet une liberté de ton, et de publication sans obligation de résultat et se pense, il nous semble, sur le temps long. Évolutif, multifonctionnel, dépassant le cadre de la thèse parfois, il est entré dans les pratiques de recherche comme un support alternatif à leur diffusion et complémentaire de leur constitution.

Au programme de la séance

15h20 : Présentation de Nawal Bouin (Université Rouen-Normandie), sur la protection des contenus publiés sur les carnets de recherche.

15h45 : Discussion avec Marie-Lou Solbach Polars polaires : du rififi sur la banquise Enquête et représentations) sur l’élaboration / la genèse de carnets de recherche en solo et à plusieurs pendant la thèse.

À l’occasion de chaque atelier, nous consulterons quelques carnets de recherche et échangerons avec leur rédacteur sur la thématique de la séance. Ce jeudi, nous aurons le plaisir de visiter les carnets de Tassanee Alleau et Marianne Duquenne.

16h30 : Discussion croisée

Partage du lien de connexion après inscription (contact : projet-eveille@uha.fr)

NB : Ce billet, rédigé en amont de la séance, est dans sa première version un programme du déroulé de la séance, mais il sera enrichi et remanié en fonction des échanges. À bientôt pour la suite !

Crédit : Photo by Patrick Tomasso on Unsplash

  1. Nous renvoyons notamment au Carnets de recherche et présence numérique, dont les billets proposent une réflexion sur la pratique du blogging. []
  2. Elsa Poupardin et Mélodie Faury, « Hypotheses : l’inscription d’une pratique de communication dans l’activité de recherche », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 24 mars 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/4877 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.4877 []
  3. Daniel Pélissier, Créer un carnet de thèse dans Hypotheses : quelle drôle d’idée ?”, 12 juillet 2019, Consulté le 24 mars 2022. <https://presnumorg.hypotheses.org/479> []
  4. Ce sondage a été réalisé en mars 2022 par Yanet Hernàndez, stagiaire du projet EVEille []
  5. oui, un après thèse existe ! []
  6. L’étiquetage “en thèse” est-il le signe d’une forme de corporatisme ? Ou simplement un moyen d’exprimer à demi-mot la possible fragilité (il faut bien commencer après tout !) du sentiment de manque de légitimité, souvent ressenti en doctorat. Cette impression colore le style d’écriture de certains carnets de jeunes chercheurs. []
  7. Rappelons au passage, le carnet de Benoît Roux ouvert à l’occasion de sa soutenance de thèse : Kalínago []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.