“S’orienter à la boussole d’un métier” : pour une “écosophie du numérique”

“S’orienter à la boussole d’un métier”, c’est le titre que donne Arthur Lochmann à l’épilogue de son ouvrage, La vie solide. La charpente comme éthique du faire, paru en 2019. Dans cet essai-récit d’apprentissage, il relate comment, d’étudiant de droit et de philosophie, il est devenu apprenti charpentier et les enseignements qu’il en a tirés à force d’échardes aux mains et de courbatures au corps. Tout comme l’a fait avant lui Matthew B. Crawford dans Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, et dans la lignée des réflexions de Richard Senett dans Ce que sait la main. La culture de l’artisanat (1989), Arthur Lochmann raconte comment le métier de charpentier, qui développe un « rapport productif à la matière » (p. 15), conduit à une véritable « éthique artisanale du faire ». Il évoque à cet égard l’influence de Denis de Rougemont qui avait exploré dès 1936 l’idée de « Penser avec les mains » :

« j’ai appris à penser matériellement en me servant de mes mains et en admettant le verdict des choses. J’ai appris à penser mes gestes, à anticiper les séquences de travail, à envisager les projets dans leur globalité tout en sachant que les problèmes se posent dans les détails, à faire et à ne pas avoir peur d’expérimenter, à ne pas miser sur le talent qui brille un instant, mais sur une certaine forme de labeur qui ancre dans le corps ». (Denis de Rougemont, Penser avec les mains, Paris, Gallimard, 1972, cité par Lochmann, La vie solide, op. cit., p. 177)

D’une certaine manière, il s’agit ici de remettre en question la distinction entre arts mécaniques et arts libéraux. « Penser avec les mains » fait écho, pour ma part, à l’expression de « lire avec les mains » qui anime ma compréhension du livre artisanal de la Renaissance dont on ne saisit la réalité qu’en manipulant le livre, de même que les différents acteurs de l’œuvre, de la mise en texte à la mise en livre et à sa diffusion, l’on façonné manuellement en collaborant, au-delà d’une distinction elle aussi limitée entre mise en texte et mise en livre.1

« Penser avec les mains » pourrait aussi désigner l’investissement qu’expérimentent quotidiennement les humanistes numériques, en tant que responsable scientifique d’un projet d’envergure ou d’une initiative plus modeste et circonstanciée, en tant qu’ingénieur.e, documentaliste, stagiaire, contractuel.le, chef.fr de projet ou participant.e scientifique, régulier.ière ou occasionnel.le, associé.e, étudiant.e, utilisateur.e, testeur.e de projets, de logiciels et d’outils en humanités numériques. Arthur Lochmann, l’auteur de la Vie solide, évoque lui-même le travail des développeurs informatiques, semblables aux artisans de la charpente. Selon lui, la production de « biens communs », au service d’une communauté d’utilisateurs qui sauront se réapproprier et faire usage des bâtiments construits, s’apparente à l’entreprise des créateurs de logiciels libres qui ont nourri la réflexion sur les « commons », entreprise entendue comme un « mode de travail, d’organisation, et plus généralement comme culture et modèle éthique soucieux du bien commun par le partage du savoir » (p. 140).

Favoriser une « écosophie du numérique »

Les Journées EVEille 2022 ont pris pour objet de réflexion collective la notion d’« écosophie » appliquée au numérique. Le terme n’est pas employé au sens strict selon l’acception que lui a donnée la deep ecology, initiée et développée par le norvégien Arne Naess dans les années 1960 – et que l’on peut lire depuis peu en traduction française notamment dans Une écosophie pour la vie – même si l’enjeu de « l’attention » portée, notamment à la nature, est au cœur de sa réflexion. Les Journées EVEille se situent davantage dans la perspective que dessine Félix Guattari lorsqu’il se place à la croisée de trois espaces de réflexion qu’il qualifie d’« articulation éthico-politique », et nomme « écosophie » (dit-il) – « entre les  trois registres écologiques, celui de l’environnement, celui des rapports sociaux et celui de la subjectivité humaine » (REF, p. 12). Cet angle d’attaque, par sa dimension aussi bien scientifique, politique que subjective, définit un questionnement de fond sur les raisons profondes et la manière dont nous voulions exercer notre/nos « métier(s) ».

Comme le dit Félix Guattari, quelques lignes après sa définition de l’écosophie dans les Trois écologies : « les forces productives, du fait du développement continu du travail machinique, démultiplié par la révolution informatique, vont rendre disponible une quantité toujours plus grande du temps d’activité humaine potentielle. Mais à quelle fin ? Celle du chômage, de la marginalité oppressive, de la solitude, du désœuvrement, de l’angoisse, de la névrose ou celle de la culture, de la création, de la recherche, de la ré-invention de l’environnement, de l’enrichissement des modes de vie et de sensibilité ? » (p. 13). Si l’alternative n’est malheureusement pas si simple, – et nous savons combien nous nous trouvons au quotidien dans toutes sortes de contradictions internes et d’insatisfactions éthiques -, nous voudrions examiner les questionnements que suscite le développement du numérique dans les pratiques des sciences humaines aujourd’hui et, réciproquement, ce  qu’une telle réflexion suscite dans nos propres pratiques des humanités numériques.

La démarche nécessite une approche critique de la numérisation de la société qui s’opère et à laquelle nous participons activement, par les choix mêmes que nous avons faits de nous engager dans les humanités numériques. Dans un article consacré à « la décroissance, une pensée antimoderne », publié dans le numéro 76 de la revue Chimères consacré à l’écosophie de Guattari, Fabrice Flipo souligne les limite de la réflexion de Guattari qui continue de s’inscrire dans une démarche productiviste puisque ce dernier préconisait « d’apprivoiser notre destin technologique, pas d’en infléchir la direction » (p. 76). La question est bien de savoir comment la pratique des humanités numériques peut engager un premier pas de côté en encourageant une attention écosophique aux transformations du monde d’aujourd’hui et de demain.

Écosophie du numérique, un oxymore ?

Engager une réflexion sur l’« écosophie du numérique » revient à mettre au premier plan un certain nombre de contradictions éthiques dont témoignent  les alertes de plus en plus nombreuses sur le désastre de la « numérisation du monde », pour reprendre le titre d’un ouvrage récent du philosophe Fabrice Flipo. Les dénonciations relèvent certes d’une préoccupation écologique, mais aussi d’une préoccupation psychique, sociale, économique et plus largement politique. Comment mener à bien conjointement la pratique artisanale d’un faire écosophique et le temps critique de la réflexion qui invite à la suspension des pratiques automatisées ?

Le monde de la recherche n’est pas épargné par ces considérations. Pour ne prendre qu’un exemple, nous avons bien conscience que la logique du financement par projets, qui en passe par la présence systématique d’un arsenal numérique, nourrit, pour le dire vite, une forme de précarisation du monde de la recherche. Dès lors importe-t-il de se donner les moyens épistémologiques pour prendre la mesure du poids de ces injonctions et les mettre à distance, en revenant aux fondements des Humanités numériques tels que les définissait le ThatCamp de 2010 qui posait bien la question d’un « bien commun » à construire et des manières de « faire communauté ».

C’est en interrogeant cette tension, entre écosophie et numérique que nous chercherons à définir un questionnement sur la viabilité des Humanités numériques au-delà des contradictions internes qui nécessairement la traverse. Ce sera notamment l’enjeu de l’atelier de recherche “Écosophie du numérique” qui débutera en octobre 2022, et dont les enjeux et premières séances sont présentés sur ce site. Si vous souhaitez poursuivre les quelques premières réflexions engagées dans ce billet, n’hésitez pas à y participer, en présentiel à la MISHA à Strasbourg, ou en visio-conférence.



Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2022, 13 avril). “S’orienter à la boussole d’un métier” : pour une “écosophie du numérique” Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omlu

  1. Voir la présentation du projet Tragiques Inventions, une pédagogie du hand reading, relatée par les étudiants qui ont participé au projet. []

Une réflexion sur « “S’orienter à la boussole d’un métier” : pour une “écosophie du numérique” »

  1. Ping : Ecosophiquement FAIR(e) ! | Eveille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.