paresseux dans un arbre

Réutiliser les données : un droit à la paresse ?

À l’occasion de la quatrième journée des Journées EVEille 2022 consacrées aux principes FAIR, j’ai souhaité explorer quelques pistes de réflexions sur la réutilisation des données, en adoptant sans surprise le point de vue un peu particulier d’une chercheuse en lettres1.

Arrêtons-nous d’abord sur le mot en lui-même.

Réutiliser des données, cela n’aura échappé à personne, implique une action *a minima* en deux temps : utiliser d’abord, puis utiliser encore. Le verbe se focalise sur ce second temps, cette suite donnée à une action précédemment exécutée, qui doit être préparée en amont. Réutiliser implique donc un double usage. Pour cette raison, la réutilisation peut s’avérer vertueuse ; vertueuse au sens économique d’« enchaînement de mécanismes dont le cumul entraîne l’amélioration d’une situation ». Pour les plus optimistes d’entre nous, ou les plus mercantilistes, la fructification est aussi le signe d’un gain potentiel d’énergie : « Ce qui est fait n’est plus à faire », dit l’adage. Certes. Mais ce qui est fait peut quand même être refait, voire re-refait, selon un mouvement itératif infini. Le faire peut être répété, reproduit, amélioré même. « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage », préconise un autre proverbe.

Ces interprétations dépendent du sens qu’on met derrière le préfixe re– qui est employé dans des constructions variées (Il peut rajouter un sens d’isolement comme dans recueillir, retrancher, exprimer la réciprocité également, redevoir par exemple).

Dans notre cas, il signifie avant tout la répétition, mais il peut aussi désigner le retour à un point de départ, comme c’est aussi le cas pour les verbes « redresser », « refermer » ou « replier ». Réutiliser appelle bien à utiliser à nouveau, et donc à revenir une étape plus tôt en quelque sorte. Toute la question, me semble-t-il, est de savoir si le point de départ de cette deuxième ou de cette énième utilisation implique d’en revenir aux données en leur état d’origine ou sous une forme ultérieure, nettoyée, optimisée, caviardée, tronquée, etc. Pour le dire de façon très pragmatique, est-ce qu’on gagne du temps, de l’énergie, ou d’autres formes de valeurs à ré-utiliser des données ? Est-ce qu’on en perd, est-ce qu’on se perd ?

L’idée d’une « nouvelle utilisation » indique aussi de façon implicite que la réutilisation des données s’opère dans d’autres circonstances : une autre recherche ? Peut-être une nouvelle recherche qui n’a besoin que d’une partie des données ? D’une partie des données présentées d’une certaine manière, parce que destiné à intégrer d’autres données, elle-même constituée sur un modèle autre, etc. Voilà quelques-uns des cas de figure qui se présentent en fonction des évolutions des travaux de recherche et donc quelques enjeux très généraux de la lettre R des pratiques FAIR.

Nous avons décrit le verbe, mais arrêtons-nous à présent sur l’adjectif.

Réfléchir en termes d’utilité n’est pas sans risque. Le glissement vers une forme d’optimisation constante des pratiques, des méthodes, des échanges couve derrière certaines injonctions à produire une matière réutilisable, donc utilisable, et par simplification certainement hâtive, jugée utile. On retrouve ici le radical.

Le danger est peut-être donc de réfléchir selon la doctrine utilitariste : doctrine qui fait de l’utile, de ce qui sert à la vie ou au bonheur (c’est du moins ce qu’indique la définition, dans notre cas, disons aux recherches), le principe de toutes les valeurs dans le domaine de la connaissance comme dans celui de l’action.

Cette façon de penser et d’être au monde n’est pas nouvelle. Bien qu’on puisse en voir des prémices dans l’hédonisme antique, l’utilitarisme émerge véritablement à la toute fin du XVIIIe siècle sous la plume du philosophe anglais Jeremy Bentham et de son disciple John Stuart Mill. La thèse centrale de l’utilitarisme peut être résumée par le principe d’utilité que Mill présente en ces termes : « les actions sont bonnes ou sont mauvaises dans la mesure où elles tendent à accroître le bonheur, ou à produire le contraire du bonheur ».  Dans cette acception de l’utilitarisme, le principe d’utilité se double d’un impératif de maximisation, selon lequel, lorsque « nous agissons, nous devons choisir l’action qui contribue le plus au bonheur de l’humanité ».

Motif de la réutilisabilité

  1. Raisons scientifiques : 
    • s’appuyer en début de recherche sur un état de l’art et donc définir une recherche à partir des connaissances existantes sur la question est au cœur de toute démarche scientifique. Cela s’applique aussi aux données numériques. Réutiliser une pensée sur un temps long, s’inscrire dans une pensée.
    • Rendre ses données réutilisables permet de reproduire les résultats d’une recherche et donc de consolider la méthode, d’objectiver le process et de renforcer la qualité.
  2. Raisons éthiques et légales : 
    • Cela fait partie des engagements de la science ouverte. La Loi pour une République numérique de 2016 et le mouvement de la Science Ouverte insistent sur la notion de réutilisation en incitant à « reconnaître et amplifier la réutilisation des données de la recherche ». Le Vademecum pour la réutilisabilité des données, issu des réflexions du groupe de travail « (Ré)utilisabilité » du consortium Cahier, et disponible en ligne montre bien l’articulation entre réutilisabilité et science ouverte.
    • Créer une synergie des efforts, faire communauté, partager la charge de travail.

Rendre nos données, nos méthodes, nos protocoles réutilisables est donc utile à la communauté des chercheurs, parfois aux structures patrimoniales et culturels, au milieu de l’enseignement, mais c’est aussi utile au chercheur directement. Bien sûr, il peut être amené à réutiliser ses propres données, mais même sans cette étape, le travail de curation, de documentation et de gestion plus largement l’amène à reconsidérer autrement son travail. Ce pas de côté est souvent d’une grande richesse.

À priori donc, nous ne mobilisons pas d’anciennes données par paresse d’en trouver de nouvelles. Pourtant, l’astuce pourrait sembler un peu facile … 

Si l’homme politique et économiste Paul Lafargue (1842-1911) n’avait pas fait du machinisme un moyen d’aboutir à une réduction du temps de travail, peut-être le R des principes FAIR garderait-il un peu de noblesse. Dans le Droit à la paresse, les machines — par extension, les ordinateurs — sont présentés comme une solution presque magique en théorie et infernale en pratique2.Comment renverser cette perception ?

Depuis plusieurs années maintenant, la réutilisation est aussi le moyen d’échapper à la logique consumériste basée sur l’achat, l’utilisation courte d’un produit et sa sortie du circuit de consommation, avec remplacement par un nouvel objet. Réutiliser, c’est donc aussi réparer, restaurer la machine et la ou les donnée(s) ; prendre garde à les concevoir pour le temps long, avec des matériaux /ou des formats résistants / ouverts. Éviter de dupliquer, mais lier3 ; Apprendre à réutiliser, et donc entreposer avec des licences qui permettent la réutilisation, écrire et lire la documentation et surtout, intégrer de nouveaux réflexes dans notre façon de faire de la recherche.



Citer ce billet
Marine Parra (2022, 15 juillet). Réutiliser les données : un droit à la paresse ? Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omm5

  1. Voir l’enregistrement de cette introduction sur la chaîne UHA pod des journées EVEille. []
  2. Nous sommes nombreux à avoir expérimenté l’équilibre fragile entre investissement et retour sur investissement dans nos travaux numériques. Notre chance, si je peux m’exprimer ainsi, est qu’en matière de recherche, contrairement au milieu entrepreneurial, les détours, les résultats négatifs et les remises à plat des données sont autant d’occasions de repenser nos objets et d’affiner notre regard []
  3. comme le propose par exemple le protocole IIIF []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.