Écosophiquement FAIR(e) !

Ces quelques pistes de réflexion pourront être le point de départ d’une interrogation de fond sur de nouvelles modalités de déploiement des humanités numériques, suivant une lecture que l’on voudrait qualifier d'”écosophique” : il s’agira de se demander comment articuler à la dimension épistémologique du développement des Humanités numériques une dimension éthique et écologique qui serve de préalable et d’horizon, d’une certaine manière, à tout engagement scientifique (pour une première définition de la notion d'”l’écosophie du numérique”, voir le billet “S’orienter à la boussole d’un métier” : pour une “écosophie du numérique” ainsi que la présentation et les enregistrements des Journées EVEille 2022).

Le présupposé des principes FAIR consiste à donner des orientations pour inviter les acteurs des Humanités numériques à user de « bonnes pratiques » dans l’élaboration de leurs projets. Mais à l’arrière-plan, surtout, c’est une ambition éthique qui gouverne ces principes : il s’agit de favoriser une ouverture des données menée avec esprit critique afin de procéder à leur établissement, leur conservation, leur pérennisation, en somme leur utilisation aujourd’hui et à l’avenir dans les conditions les meilleures possibles.

On associe aisément la notion d’impératif aux principes FAIR et il est difficile de ne pas manifester son adhésion à ces principes en faveur d’une rigueur méthodologique, d’une sécurisation et d’une partageabilité des données de la recherche. Toutefois, aussi convaincants que puissent être ces principes, on peut interroger et réinterroger le rôle des “impératifs” qui caractérisent le développement des Humanités numériques, et revenir à quelques présupposés qui gagnent en intérêt au fur et à mesure que les pratiques se complexifient et interagissent avec l’écosystème au sein desquelles elles prennent place.

Il arrive en effet que ces « principes » deviennent des « impératifs » contraignants et, justement érigés en principes, perdent du sens que leur mise en pratique vient rappeler : celle de solliciter des « communautés » qui participent à la construction d’un « bien commun » qu’est la culture et la connaissance scientifiques de même que l’outillage qui permet de les développer, de les transmettre et de les pérenniser. La « fairisation » des données a ainsi pu apparaître comme un passage obligé, plus que comme un espace de retour réflexif sur le statut des données, leurs finalités et les publics auxquels ils s’adressent.

En mettant en avant la « praxis » du FAIR lors des Journées EVEille 2022, on a voulu donner la parole à celles et ceux qui contribuent à effectuer le « traitement » des données en un espace collaboratif pour penser la construction des savoirs, des expériences intellectuelles et humaines. On associe aisément, par exemple, la notion d’impératif aux principes FAIR et il est difficile de ne pas manifester son adhésion à ces principes en faveur d’une rigueur méthodologique, d’une sécurisation et d’une partageabilité des données de la recherche. La dimension éthique et écologique projette dès lors ces pratiques dans une finalité à plus long terme et invite au regard critique sur ce que le numérique fait à la recherche mais aussi à la représentation du monde qu’il tend à construire. Il s’agit ainsi d’interroger la représentation mais aussi la réalité la plus concrète du numérique, à laquelle nous invite à réfléchir par exemple l’ouvrage de Guillaume Pitron, L’enfer numérique. Voyage au bout d’un like (Paris, Les Liens qui Libèrent, 2021).



Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2022, 13 février). Écosophiquement FAIR(e) ! Eveille. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omll

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.