Livia Canestraro

[Écosophie du numérique] Séance 1. Marcello-Vitali Rosati “La matière qui pense : de Plotin à Livia Canestraro” (Strasbourg, 6 octobre 2022, 16h-18h)

Marcello Vitali-Rosati sera le premier intervenant de l’Atelier de recherche “Écosophie du numérique” qui se tiendra le jeudi 6 octobre 2022, à la MISHA (Strasbourg et en distanciel), de 16h à 18h.

L’Atelier de recherche consacré en 2022-2023 à l’Écosophie du numérique entend développer, au sein du projet EVEille, un temps spécifique, dans le cadre d’un séminaire mensuel qui se tiendra en bi-modal, en présence, sur le site de la MISHA (Maison Interuniversitaire en Sciences Humaines – Alsace), et à distance, en visio-conférence. Le format de deux heures mensuelles, les jeudis de 16h à 18h, favorisera le temps de la réflexion, avant, pendant et après les rencontres. Celles-ci s’organiseront en trois temps : une présentation problématisée autour d’une notion centrale aux enjeux de l’écosophie du numérique, un retour sur les lectures menées par les participants pour nourrir la réflexion et une discussion sur les pratiques du numérique en SHS que de tels échanges peuvent conduire à mettre collectivement en œuvre, en relation avec des collectifs déjà existants ou des initiatives individuelles.

Présentation de l’intervenant :

Marcello Vitali-Rosati est professeur titulaire au département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. Il développe une réflexion philosophique sur les enjeux des technologies numériques: le concept de virtuel, l’identité numérique, les notions d’auteur et d’autorité, les formes de production, légitimation et circulation du savoir à l’époque du web, et la théorie de l’éditorialisation – dont il est l’un des contributeurs les plus actifs. Il est l’auteur de nombreux articles et monographies et exerce également une activité d’éditeur en tant que directeur de la revue Sens public et co-directeur de la collection “Parcours Numériques” aux Presses de l’Université de Montréal. En tant que titulaire de la Chaire sur les écritures numériques, il dirige plusieurs projets en humanités numériques, particulièrement dans le domaine de l’édition savante. C’est dans ce cadre que sont notamment développés des plateformes d’édition de revues et de monographies enrichies, un logiciel d’édition d’articles scientifiques ainsi qu’une plateforme d’édition collaborative du Codex Palatinus 23.

Présentation de la conférence introductive :

À partir de Platon, en passant par Plotin, jusqu’à arriver à notre époque numérique, la matière a été toujours considérée avec un certain mépris. La matière serait passive, donnée, neutre. Le sens, les idées, et tout ce qui nous semble “élevé” seraient du côté de l’immatérialité. Selon cette rhétorique, toute activité associée à la matière – par exemple tout ce qui concerne la mise en forme de contenus, les choix techniques, les activités de balisage et d’encodage de données – serait neutre, peu intéressant et à confier à des “subalternes” – souvent des femmes. Dans ma présentation je vais retracer rapidement l’histoire de cette “rhétorique de l’immatérialité” et montrer ses effets dans une certaine conception – dominante – de ce que nous appelons “le numérique”.

Références à parcourir – ou méditer plus avant – en vue de la discussion avec Marcello Vitali-Rosati :

illustration de l’image mise en avant : Livia CanestraroCreative Commons CC-BY-NC license by permission of  CIRCSE Research Centre, Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan, Italy.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.