filles devant leur ordinateur

[Retour d’expérience] Un stage de 6 mois au sein du projet EVEille, retour de Yanet Hernandez

Je m’appelle Yanet Hernandez Pedraza et du 10 janvier au 15 juillet 2022, j’ai réalisé mon stage de fin d’études, dans le cadre du Master Rare Book and Digital Humanities de l’Université Franche-Comté de Besançon, au sein du projet EVEille (Exploration et Valorisation Électroniques de corpus En SHS). J’ai participé au projet EVEille et notamment à la deuxième édition des Journées 2022 “Écosophie du numérique” sous la responsabilité, tutelle et guide d’Anne Réach-Ngô, maîtresse de conférence HDR à la FLSH, et de Marine Parra, docteure de l’ILLE, toutes deux responsables du projet EVEille avec Régine Battiston, directrice du laboratoire ILLE (UR 43 63).

Contexte de mon stage

Le stage s’est déroulé à distance avec seulement quelques occasions ponctuelles en présentiel. Son format avait été conçu de cette manière en raison de la composition de l’équipe de travail ; les membres de l’équipe EVEille sont dispersés partout en France, à Mulhouse, Strasbourg, Paris Lorient, Rouen et Lyon.

Mes missions ont fait appel à mes compétences en communication numérique, en traduction ainsi qu’à mon expérience en termes de réseaux sociaux et d’édition de contenu numérique. 

La pluridisciplinarité, la versatilité et la variété du travail à réaliser furent les aspects qui m’ont le plus attirée. Le stage m’a notamment donné l’opportunité de regarder de près comment fonctionnent plusieurs projets en humanités numériques portant sur des sujets des fois très différents et en utilisant des pratiques et technologies variées, ce qui répondait bien à mon souci d’élargir ma formation et de participer à des expériences le plus diversifié possible.

J’ai été accueillie au sein d’une équipe très ouverte et dynamique où chacun et chacune pouvait se développer et apprendre les uns des autres. Le travail de chaque membre de l’équipe reposait sur la complémentarité entre les porteuses de projets, les autres stagiaires et les doctorantes de l’équipe, ce qui a permis un véritable échange de méthodes, de manières de travail et de plus largement de questionnements méthodologiques sur les enjeux et finalités des humanités numériques.

Présentation du projet EVEille : le programme du printemps 2022

Le projet EVEille, qui est encore tout jeune puisqu’il est né en 2020, continue à évoluer avec l’objectif de mieux introduire les chercheur·euse·s aux bonnes pratiques numériques à travers des retours d’expériences et tutoriels pédagogiques. Il consiste aussi, par les temps de rencontres et d’ateliers, à développer une culture numérique collective. Son but est notamment de produire et de recueillir des ressources (logiciels, plateformes, outils, informations sur les infrastructures…), de documenter des pratiques et des méthodes de recherche en partant de retours d’expériences présentés lors des Journées EVEille. C’est à l’occasion de ces temps de rencontre, de démonstration, de discussions et d’ateliers que les visées pédagogiques et méthodologiques ont le plus trouvé à s’exprimer, en faisant dialoguer des experts en Humanités et en numérique qui n’avaient pas toujours eu l’occasion de travailler ensemble. L’importance accordée à une problématique, en 2022 les principes FAIR et le développement d’une attention écosophique, a contribué à structurer l’intérêt de nouveaux et nouvelles chercheur·euse·s, dans cette synergie et ses nouvelles pratiques afin de faciliter par la suite leur parcours ou d’encourager de nouvelles collaborations pour celles et ceux qui plongent dans cette discipline émergente. Affaire qui reste largement compliqué dans une discipline dont le caractère est entièrement pluridisciplinaire et multifacette.

C’est en tout cas ce qui a contribué, justement, à rendre mes missions elles aussi pluridisciplinairess et multifacette.

Description de mes missions

Ma mission principale dans le projet consistait notamment à préparer les Journées de conférences EVEille 2022 en participant à l’élaboration des programmes (traduction des programmes vers l’anglais et l’espagnol), des échanges avec les contributeurs et au recensement, en amont et en aval, des ressources évoquées lors des interventions. D’autres tâches directement liées aux journées ont également fait partie de mon travail, comme l’aménagement et l’entretien du site Sciencesconf dédié au cycle de journées, les veilles sur le thème de la journée en question et l’animation sur les réseaux sociaux et sur le carnet. À la suite de chaque journée, j’étais chargée de recueillir les ressources présentées et toute information pertinente. J’ai aussi pris la suite d’Amélie Lamaestra, stagiaire en janvier et février, en m’occupant, à partir de la deuxième journée, du traitement des enregistrements pour leur publication sur la chaîne UHA Pod du projet ; les informations sur les journées et les ressources évoquées sont listées dans la description de chaque vidéo.

En parallèle avec le cycle des journées EVEille, j’ai assisté Marine Parra dans la préparation de deux des Ateliers de culture numérique qu’elle anime, portant cette année sur le blogging et la vulgarisation scientifique. Je faisais notamment des veilles documentaires pour complémenter quelques informations.

J’étais également chargée, avec Romane Marlhoux, doctorante à l’UHA, de produire une série d’interviews courtes des intervenants des journées EVEille qui ont été intéressés par l’idée de partager leurs expériences et leur parcours dans les Humanités Numériques. Ces ressources, qui sont destinées à être insérées au sein du projet ADHN (Atlas Dynamique en Humanités Numériques). Ce projet d’Atlas vise à mettre en place des parcours au sein de l’outillage et de la méthodologie des Humanités numériques en proposant aux utilisateurs une carte des ressources à disposition, sous une forme interactive et dynamique. Axé sur une approche méthodologique, le travail demandait des réflexions collectives ainsi qu’individuelles portant sur la forme qui prendra finalement le projet, les questionnements, l’organisation et la structuration des informations dans un ensemble cohérent et en même temps assez flexible pour être capable d’évoluer et de s’adapter aux particularités de chaque projet selon sa/ses discipline·s et circonstances. 

Du fait des interactions avec les autres membres du projet EVEille, j’ai aussi été amenée à collaborer au projet ESTRADES (Édition Structurée : TRaitement, Analyse et Diffusion En multi-Support), développé à l’initiative de l’ingénieur d’étude Guillaume Porte du laboratoire ARCHE de l’Unistra, en collaboration avec l’UHA et la MISHA. Ce projet de création d’une chaîne éditoriale alsacienne, sur le modèle de Métopes à Caen, vise à aider les chercheur·euse·s qui font notamment des éditions numériques à s’approprier la chaîne éditoriale de leurs éditions en conformité avec les bonnes pratiques, tout en mettant l’accent sur une diffusion en multi-support. Le travail au sein de ce projet nécessite notamment un temps de formation important pour que les chercheur·euse·s s’approprient le fonctionnement des chaînes éditoriales et les technologies, les outils, les langages –particulièrement informatiques– ainsi que les pratiques qui y sont associées : les logiciels Oxygen et BaseX et les langages XML, XSLT et XQuery, par exemple. En collaboration avec une autre stagiaire sur le projet, Michela Lagnena, j’ai préparé des jeux de données pour les tutoriels de prise en mains des outils et pour commencer le test sur le corpus choisi, le Trésor des bons esprits français sur lequel Anne Réach-Ngô s’apprête à travailler à l’avenir.

Le projet EVEille m’a également donné l’opportunité de collaborer avec d’autres chercheur·euse·s en mettant à disposition mes compétences et en développant d’autres. Suite à une formation sur la plateforme EMAN j’ai été introduite au projet Tragiques Inventions –projet qui intègre l’usage du numérique à l’enseignement de récits tragiques de la Première Modernité– mené par Anne Réach-Ngô, Magda Campanini et Richard Walter. Ma principale contribution à ce projet a consisté à la création des tableaux en HTML pour un affichage plus propre et efficace des données établies par l’enseignante et ses étudiants, qui devaient donner lieu à une présentation portant sur les traitements narratologiques de deux récits réécrits de la Renaissance. Ce travail a été réalisée en collaboration avec Magda Campanini. J’ai structuré, d’après les données et les instructions pourvues par l’enseignante, dans un format HTML, les tableaux qui étaient auparavant en images (captures d’écrans) pour un affichage ergonomique sur le site EMAN du projet.

Enfin, ma participation aux différents projets de l’équipe EVEille m’a conduite à réfléchir, avec les autres membres du projet, aux enjeux du travail collaboratif, de la documentation du projet (billets, projets, annonces, étiquetage et indexation des contenus du carnet Hypothèses) et plus largement à la question de l’ergonomie de travail d’un projet à multiples déploiements expérimentaux, associant des participant.e.s diverses, selon les branches du projet. Parmi d’autres missions, j’ai notamment cherché une plateforme de gestion de projets et j’ai contribué à la mettre en place et à la gérer ; la plateforme trouvée, portant le nom de ClickUp, est une plateforme de gestion de projet assez populaire de nos jours. Pareillement, il s’imposait le besoin de trouver une plateforme pour la publication des contenus audiovisuels plus adaptée aux besoins d’un projet en croissance permanente qui produit des contenus de plus en plus divers, mais cependant très liés. Pour ce faire, j’ai été amenée à évaluer la plateforme Canal-U et à envisager de futurs usages selon nos besoins. Cela m’a conduite à entamer les démarches pour créer notre chaîne sur la plateforme.

Comme anticipé, mes missions au sein du projet EVEille ont été multiples et considérablement variées. De plus, j’ai pu découvrir un riche éventail de pratiques, protocoles et thématiques différentes et extrêmement enrichissantes en elles-mêmes. Cet éventail m’a également montré les principales tendances en termes de projets et de pratiques, ainsi que d’outils et plateformes avec toutes les possibilités et potentialités qui nous sont offertes.

Logiciels expérimentés et compétences acquises pendant mon stage

Lors de ces six mois, j’ai largement grandi en compétences et savoir-faire. Parmi les logiciels et outils utilisés se trouvent :

  • la plateforme Sciencesconf pour la création de sites web autours des conférences et colloques scientifiques
  • le logiciel d’édition de vidéos Camtasia
  • le logiciel d’édition de fichiers audio Audacity, surtout pour le nettoyage audio de parties des vidéos avec beaucoup de bruit de fond
  • la plateforme d’édition et création des médias Canva
  • la plateforme d’écriture collaborative Framapad
  • la plateforme collaborative de sauvegarde des documents ShareDocs d’Huma-Num
  • la plateforme de gestion de projets ClickUp
  • des plateformes de diffusion de contenu multimédia telles que la chaîne UHA Pod et Canal-U
  • la plateforme Hypothèses d’OpenEdition
  • la plateforme EMAN
  • le logiciel de transcription Transkribus (et quelques notions sur eScriptorium et Kraken, relevés lors de journées EVEille)
  • le logiciel Oxygen pour travailler avec XML et XSLT (projet ESTRADES)
  • le logiciel BaseX pour interroger des documents XML avec XQuery (projet ESTRADES)
  • le logiciel Zettlr pour l’écriture en langage Markdown (atelier de culture numérique).

Pareillement, parmi les compétences développées et/ou améliorées comptent :

  • une connaissance de la dynamique de travail dans le champ des Humanités numériques, en France mais aussi en Europe dans un sens plus large 
  • la gestion de sites web et plateformes d’édition de contenu web, surtout dans le champ académique
  • la gestion des plateformes de gestion de projets tel que ClickUp
  • la capacité de travailler en équipe et d’apporter à la dynamique d’équipe
  • la gestion des réseaux sociaux, surtout Twitter
  • l’édition de vidéos et de contenus multimédias
  • le format et dynamique d’interviews
  • la conversion de fichiers dans un format interopérable tel que l’HTML
  • la production de contenus en HTML et CSS (structuration de descriptions des vidéos sur la chaîne UHA Pod, mise en ligne des contenus sur Sciencesconf)
  • le développement des compétences en XSLT et XML, y compris le langage XPath pour interroger le XML
  • une introduction au langage XQuery dans le but d’une intégration potentielle dans un environnement d’édition numérique (projet ESTRADES)
  • une introduction aux plateformes et logiciels d’Océrisation et HTR (projet ESTRADES)

En somme, ce stage en ressources numériques a été une expérience considérablement enrichissante comprenant des activités variées et d’opportunités de sortir des sentiers battus, me donnant ainsi beaucoup de liberté créative.



Citer ce billet
Yanet Hernandez (2022, 3 août). [Retour d’expérience] Un stage de 6 mois au sein du projet EVEille, retour de Yanet Hernandez. Eveille. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omm9

Une réflexion sur « [Retour d’expérience] Un stage de 6 mois au sein du projet EVEille, retour de Yanet Hernandez »

  1. Ping : [Retour d’expérience] Michela Lagnena, une nouvelle « éveillée » monte sur l’« Estrades » pour un stage de 3 mois | Eveille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.