[Compte-rendu] “Les vertus pédagogiques de la transcription, enjeux et outils” (Estrades/EVEille sept. 22)

Présentation d’Anne Réach-Ngô lors de la matinée organisée par le groupe OLIO aux deuxièmes rencontres Estrades / EVEille (Strasbourg, 12-13 septembre 2022)

Résumé de la présentation

L’objectif du projet pédagogique Tragiques inventions est d’inviter des étudiant.e.s en Master de Lettres, d’Édition numérique, de Documentation, des doctorants mais aussi des étudiants de Licence de Lettres à faire l’expérience d’une entreprise d’éditorialisation afin qu’ils/elles comprennent par le geste “ce qui se passe” quand on met en ligne des ressources patrimoniales. Pour ce faire, ils sont introduits au sein d’une communauté d’agents (informaticien.ne.s, ingénieur.e.s, chercheur.se.s, enseignant.e.s) qui réfléchissent au processus, à ses enjeux, à ses implications ainsi qu’à son ergonomie. La transcription du texte constitue l’une des opérations de ce processus, selon différentes procédures qu’il convient d’examiner selon les visées du projet.

Le travail pose bien la question de la plate-forme de transcription, puis du logiciel lui-même, dans un second temps. Il s’agit d’abord d’interroger le phénomène de la textualité et la manière dans l’acte de transcription constitue un acte de lecture au sens plein du terme (qui comprend donc un déchiffrement, une explicitation, éventuellement une interprétation, en tout cas toujours un engagement et une restitution à destination d’un lecteur.rice). La première question consiste donc à se demander pourquoi on transcrit, suivant quelles intentions et par conséquent selon quels protocoles.

Le recours à un éditeur de texte très simple (Notepad++, SublimeText, etc.) constitue un espace de confrontation à l’exercice de la transcription tout à fait suffisant dans un premier temps pour appréhender, suivant un travail collaboratif, la diversité des choix éditoriaux qui se posent. Cela conduit les étudiants à saisir ce que la transcription “fait” au document-source. La transcription d’un même texte par un groupe d’étudiants sans consigne de départ est à cet égard édifiant, tant les résultats diffèrent. La répétition de l’opération avec différents protocoles, de plus en plus affinés, confirme la nécessité d’un échange pour l’établissement des normes de transcription selon les visées de l’établissement premier du texte. Dans le cadre d’une formation plus avancée à destination des doctorants, l’étape suivante consiste à présenter les différents outils de transcription à disposition afin de montrer aux étudiants comment le questionnement scientifique du projet qui nécessite la transcription des textes peut conditionner le choix de l’outil. Cela permet alors d’interroger l’héritage philologique et son renouvellement à l’heure du numérique.

Image mise en avant : photo retraité à partir de https://pxhere.com/fr/photo/1231258?utm_content=shareClip&utm_medium=referral&utm_source=pxhere



Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2022, 20 septembre). [Compte-rendu] “Les vertus pédagogiques de la transcription, enjeux et outils” (Estrades/EVEille sept. 22). Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ommf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.