Richard Walter – Bibliothèque numérique et nouveaux usages

Richard Walter (Thalim, CNRS/ENS, Sorbonne nouvelle) Bibliothèque numérique et nouveaux usages

La bibliothèque numérique s’est imposée comme un outil indispensable dans le monde académique et culturel. La bibliothèque a une définition communément admise (« une collection organisée de documents » a minima) mais en y adjoignant le terme numérique, cette définition est devenue très plurielle. Les missions dévolues aux bibliothèques « classiques » (constituer et valoriser une collection, conserver et communiquer un document) sont aussi prises en charge par les bibliothèques numériques mais dans des dimensions autres : les possibilités exponentielles et combinatoires de l’informatique font que les corpus deviennent de plus en plus étendus, avec des services nouveaux mais aussi des protocoles et des standards très hétérogènes. La notion même de « collection organisée » a été remise en question par les objectifs du web sémantique. Le domaine des bibliothèques numériques rassemble en somme une grande variété d’approches, de déclarations programmatiques et de résultats divers. Après un tour d’horizon historique avec de grands opérateurs comme Europeana ou Gallica, notre présentation examinera le succès du logiciel Omeka qui permet très « simplement » de mettre à disposition des corpus organisés avec des fonctionnalités multiples. L’apparition de nouvelles exigences wysiwyg ou user friendly, la généralisation des principes FAIR posent alors la question de la relation avec les usagers / utilisateurs qu’on pousse de plus en plus à être acteurs d’une bibliothèque numérique en les impliquant via du « collaboratif ». Enfin, cette multiplication de corpus et de bibliothèques numériques accessibles à tous impactera forcément les hiérarchies dans les différentes histoires culturelles.

Voir l’enregistrement



Citer ce billet
Équipe EVEille (2021, 28 avril). Richard Walter – Bibliothèque numérique et nouveaux usages. Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omkx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.