Interroger la notion d'”impératif numérique”

De L’impératif numérique de Wieviorcka (2013) à L’impératif de la sobriété numérique de Flipo (2021), quels renouvellements du questionnement des SHS ?

La notion d’“impératif numérique” a été mise en exergue dans le court essai éponyme de Michel Wieviorka1 publié dans le contexte de développement des Humanités numériques des années 2010. Il s’agissait de défendre “la nouvelle ère des sciences humaines et sociales”, pour rendre compte et accompagner une véritable “rupture anthropologique”.

Reposer la question de l’impératif numérique presque 10 ans après sa formulation par Wieviorka, en prenant en considération un nouvel impératif, d’ordre écologique, celui de l’“impératif de la sobriété numérique”2 invite à mesurer l’implantation effective du numérique dans les pratiques de recherche en sciences humaines, d’une part et les dangers qu’il représente d’un point de vue éthique et écologique d’autre part, notamment dans la situation d’urgence climatique actuelle.

Les quelques pistes de réflexion que nous réunissons ici sous la forme d’une bibliographie commentées s’essaient très modestement à reposer la question de l’“impératif numérique” en terme d’“impératif écosophique”, afin de prendre en considération les répercussions du développement de l’outillage numérique dans le champ de la recherche en Humanités en matière d’écologie environnementale, mentale et sociétale.

L’“impératif numérique”, un enjeu des SHS ?

Au moment où Wieviorka écrit son essai L’impératif numérique, en 2013, il manifeste un engagement à fois individuel et institutionnel : il est administrateur de la Fondation des Maisons des Sciences de l’Homme et soutient le développement d’infrastructures et de modalités de recherche dont on peut penser qu’elles ont encore – du moins en partie – à faire leur preuve auprès d’un large public de chercheurs et de chercheuses. Son manifeste rend compte de cette conversion personnelle et du souci de faire part d’un ensemble de principes méthodologiques, de formes collaboratives à mettre en place, de résultats convaincants à communiquer à la communauté scientifique pour faire connaître, par la preuve, une conception renouvelée du champ de la recherche en SHS.

Au cours des années 2013-2014, de nombreuses publications ont accompagné l’essai de Wieviorka (pour un résumé global de l’ouvrage, voir le compte rendu de Benoît Drouillat3). Certains compte rendus ont contribué à enrichir la réflexion, comme celui de Jean-François Blanchard4 qui lance un appel à une réflexion d’ordre épistémologique à la suite de celle engagée par Wieviorka, d’ordre plus institutionnel. La mise en dialogue de positions différentes ou apparentées a également contribué au rayonnement de l’ouvrage. Citons par exemple un billet de Frédéric Clavert5 sur son carnet Hypothèses qui mettait en relation l’essai de Wieviorka avec deux autres publications : « Historyonics: Big Data for Dead People: Digital Readings and the Conundrums of Positivism », Historyonics (blog) de Tim Hitchcock en 20136 et « L’internet et les épistémologies des sciences humaines et sociales » d’Éric Guichard en 20147.

Michel Wieviorcka prolonge ensuite la réflexion en 2015 dans un dossier de la revue Socio, dirigé par Dana Diminescu, consacré au “Tournant numérique, et après ?”, d’orientation plus épistémologique8. Dans son éditorial, Wieviorcka pose clairement la question de l’imbrication des transformations des SHS et de l’écosystème global où elles se produisent :

Avec le numérique, en effet, tout change pour elles, et en profondeur : les objets, les paradigmes, les catégories, le vocabulaire, les modes d’approche, les institutions, l’organisation de la production et de la diffusion des connaissances. Et le changement vient largement du dehors, des marques, du marché, de l’économie, des sciences exactes ou de la nature, de la technologie, exerçant une influence parfois brutale sur les façons de faire plus traditionnelles9.

Dama Diminescu, responsable du numéro collectif, rappelle également les enjeux sous-tendus par cette définition du numérique :

Il ne s’agit pas seulement de poser la question des méthodes et des objets, il faut aussi envisager les règles déontologiques et les principes éthiques qu’il conviendrait d’appliquer, réfléchir aux infrastructures et aux « bonnes pratiques » à mettre en œuvre, concernant notamment la question de l’« ouverture » des données (open data)10.

On note aussi dans ce dossier thématique la dissémination effective de cet impératif dans divers champs de savoirs. On pense notamment à l’article d’Alexandre Gefen (« Les enjeux épistémologiques des humanités numériques »11) et à celui de Pierre Mounier (« Une « utopie politique » pour les humanités numériques ? »12), autant d’occasions des premiers humanistes numériques français de définir l’avenir qu’ils envisagent pour le développement du numérique en SHS. À l’arrière-plan, se dessinent des réflexions de fond sur ce que le numérique fait au SHS (voir la réflexion d’Hélène Bourdeloie13 à ce sujet), incitant les humanistes numériques à réinterroger les relations qu’ils entretiennent à leurs sources, à analyser de manière critique les pratiques et visées de leur démarche scientifique, à documenter les procédés engagés de manière à faciliter la poursuite des projets de recherche et la pérennisation des données, métadonnées et résultats obtenus.

De la reconnaissance institutionnelle à l’élaboration d’une nouvelle gouvernementalité numérique

Le numéro collectif de 2015 vient confirmer l’inscription théorique de la réflexion au sein d’un champ de pratiques, même si, dans l’introduction du dossier thématique, l’ancrage institutionnel est présenté comme encore fragile : “Aujourd’hui en position de marginalité institutionnelle et alors que leur délimitation disciplinaire est incertaine, les « humanités numériques » (digital humanities) font leur chemin avec d’incontestables réussites”14. Le développement des communautés de chercheur.euse.s, d’ingénieur.e.s, de supports d’aide à la recherche ont contribué à rendre visible ce que le manifeste de Wieviorka affirmait vigoureusement.

La formulation d’un impératif numérique s’accompagne très explicitement d’un appel à l’ouverture des données qui annonce le développement en France plans nationaux pour la Science Ouverte qui voit le jour en 2018 (https://www.ouvrirlascience.fr/plan-national-pour-la-science-ouverte). Il a également contribué à préparer en France une réflexion de fond, de dimension internationale, sur la mise en œuvre des principes FAIR15. La mise en évidence de la dimension institutionnelle de ces préceptes n’exclut pas, loin s’en faut, un soubassement éthique fondamental qui assurera le déploiement et la mise en pratique de ces principes. On se permettra de citer à ce sujet le programme complet des Journées EVEille 2022 “Écosophie du numérique. Mettre en œuvre les principes FAIR(e)”.

L’affirmation d’un impératif a ainsi pu être remplacé par la mise en place de “guide” dont la notion de “guide de bonnes pratiques” est à cet égard particulièrement intéressante16, avec un usage à la fois très pragmatique et quasi philosophique de l’adjectif “bonnes” au sens du bon et du bien qu’explicite par exemple Judith Butler dans Qu’est-ce qu’une vie bonne ?17.

Une autre expression, celle de “gouvernementalité numérique” pourrait venir enrichir la réflexion sur l’impératif numérique en remplaçant l’enjeu de l’impératif ou de l’injonction parmi d’autres modalités : « Inciter, contraindre, encadrer : Trois logiques de gouvernementalité numérique »18.

Transformation digitale : les dérives d’une injonction ?

Dans le domaine économique et politique, l’impératif numérique s’est progressivement manifesté dans toutes les sphères de la société, de l’économique au pédagogique et a abouti en France en 2016 à l’élaboration de la Loi sur la république numérique 2016. Cela a contribué à la création de nouveaux métiers (notamment des responsables de la transformation digitale), à de nouvelles pratiques de management, à de nouveaux espaces de travail et de nouvelles formes de collaborations professionnelles. Ce tournant de la “transformation digitale”, dans l’entreprise, dans les services publics comme à l’école et à l’université, n’a pas été sans entraîner certaines dérives graves et créer de nouveaux dysfonctionnements. Ainsi, nombreux sont les auteurs à dénoncer les ravages occasionnés par le développement exponentiel du numérique, d’un point de vue environnemental, comme Fabrice Flipo19,20, mais aussi en terme d’écologie mentale, Yves Citton21, et en terme d’écologie sociétale, comme en témoignent par exemple les débats sur l’école et le numérique22. On peut dès lors s’interroger sur le glissement qui a pu se produire de l’impératif à l’injonction, entendu comme un précepte dont on ne vient pas réinterroger régulièrement les présupposés et sous-bassements et sur la manière dont ces injonctions, en produisant de justes résistances, deviennent réellement contre-productives. C’est dans cette perspective qu’est créé à la rentrée 2022 l’Atelier de recherche “Écosophie du numérique”, dont ce billet rappelle les prémisses.


  1. Michel Wieviorka, L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?, Paris, France, CNRS éditions, 2013.↩︎
  2. Fabrice Flipo, « L’impératif de la sobriété numérique », [s. l.], 2021, <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03542195>. Consulté le 8 février 2022.↩︎
  3. Benoît Drouillat, « CR Michel Wieviorka, L’impératif numérique, CNRS éditions, 2013 », Interfaces numériques, vol. 2, nᵒ 3, 2013, p. 615-615, <https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/index.php?id=2189>. Consulté le 16 juillet 2022.↩︎
  4. Jean-François Blanchard, « Michel Wieviorka, L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ? », Lectures, 2 décembre 2013, <https://journals.openedition.org/lectures/12837>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  5. Frédéric Clavert, « Sur trois textes: épistémologie de l’histoire et Humanités numériques », sur L’histoire contemporaine à l’ère numérique, [s. d.], <https://histnum.hypotheses.org/1968>. Consulté le 8 février 2022.↩︎
  6. Tim Hitchcock, « Historyonics: Big Data for Dead People: Digital Readings and the Conundrums of Positivism », sur Historyonics, 9 décembre 2013. <https://historyonics.blogspot.com/2013/12/big-data-for-dead-people-digital.html>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  7. Éric Guichard, « L’internet et les épistémologies des sciences humaines et sociales », Revue Sciences/Lettres, nᵒ 2, 24 février 2014, <http://doi.org/10.4000/rsl.389>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  8. Dana Diminescu et Michel Wieviorka, « Le défi numérique pour les sciences sociales », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, nᵒ 4, 25 avril 2015, p. 9-17, <http://doi.org/10.4000/socio.1254>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  9. Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, nᵒ 4, 25 avril 2015, § 4, <https://journals.openedition.org/socio/922>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  10. Dana Diminescu et Michel Wieviorka, « Le défi numérique pour les sciences sociales », art. cité, § 13.↩︎
  11. « Les enjeux épistémologiques des humanités numériques », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, nᵒ 4, 25 avril 2015, p. 61-74, <http://doi.org/10.4000/socio.1296>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  12. « Une « utopie politique » pour les humanités numériques ? », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, nᵒ 4, 25 avril 2015, p. 97-112, <http://doi.org/10.4000/socio.1451>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  13. « Ce que le numérique fait aux sciences humaines et sociales. », tic&société, Vol. 7, N° 2, 31 mai 2014, <http://doi.org/10.4000/ticetsociete.1500>. Consulté le 8 février 2022.↩︎
  14. Dana Diminescu et Michel Wieviorka, « Le défi numérique pour les sciences sociales », §1.art. cité.↩︎
  15. Clément Mabi, Jean-Christophe Plantin et Laurence Monnoyer-Smith, Ouvrir, partager, réutiliser Regards critiques sur les données numériques, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018.↩︎
  16. voir Noémie Musnik, « La diffusion numérique des données en SHS : guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2019, n° 17, p. 146-14 : <https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2019-17-0146-001>. Consulté le 9 février 2022.↩︎
  17. Judith Pamela Butler, Qu’est-ce qu’une vie bonne ?, Martin Rueff (trad.), Paris, France, Payot & Rivages, 2014.↩︎
  18. Guillaume Sire, Clément Mabi et Romain Badouard, « Inciter, contraindre, encadrer Trois logiques de gouvernementalité numérique », sur http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel-1.0/main, [s. d.], <http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel-1.0/main/index.php?id=1001>. Consulté le 11 février 2022.↩︎
  19. Fabrice Flipo, Michelle Dobré et Marion Michot, La face cachée du numérique: l’impact environnemental des nouvelles technologies, Montreuil, France, Éditions l’Échappée, 2013.↩︎
  20. Fabrice Flipo, La numérisation du monde : un désastre écologique, Paris, France, l’Échappée, 2021.↩︎
  21. Yves Citton, Pour une écologie de l’attention, Paris, France, Éditions Points, 2021.↩︎
  22. Denis Kambouchner et al., L’école, le numérique et la société qui vient, Paris, France, Mille et une nuits, 2012.↩︎


Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2022, 3 mars). Interroger la notion d'”impératif numérique” Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omln

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.