Spectatrix. Le regard des spectatrices sur le théâtre européen de la première modernité

Site en cours d’élaboration sur la plate-forme EMAN (Edition de Manuscrits et d’Archives Numériques).

Responsable du projet : Véronique Lochert (UHA, ILLE, membre junior de l’Insitut universitaire de France)

Le projet Spectatrix souhaite contribuer à l’étude du public féminin des théâtres européens du XVIe au XVIIIe siècle en rassemblant et en rendant disponible la documentation qui le concerne. Il met en valeur la diversité des textes susceptibles d’éclairer les pratiques spectatoriales féminines : œuvres dramatiques, paratextes, traités théoriques, textes polémiques, textes médicaux, fiction narrative, mémoires et correspondances, récits de voyage, périodiques ou encore traités d’éducation et manuels de civilité. Il s’agit d’ouvrir de nouvelles pistes pour étudier la participation des femmes à la culture en faisant apparaître la variété des matériaux et des angles d’approche, en comparant plusieurs pays européens sur une période de trois siècles et en soulignant le rôle joué par certaines personnalités féminines (mécènes et dédicataires, mais aussi actrices, autrices, éditrices) dans la création et dans la réception du théâtre.

“La cazuela de mujeres”, dessin de Juan Comba, paru dans Ricardo Sepúlveda, El corral de la Pacheca, Madrid,  Fernando Fé, 1888

Le terme latin « spectatrix » est employé par Richard Baker à propos de la reine Élisabeth Ière dont il souligne la fréquente assistance à des spectacles pour défendre le théâtre contre les attaques des puritains (Theatrum redivivum, or The theatre vindicated, 1662).

Le choix de ce terme pour nommer le projet met en valeur ses principaux enjeux :

  • étudier l’émergence de la catégorie du public féminin et de la notion de spectatrice,
  • documenter les pratiques des spectatrices afin d’en reconstituer la nature et les enjeux,
  • permettre l’analyse des représentations des spectatrices dans les textes et des usages de leur mention,
  • comparer les pratiques spectatoriales féminines dans plusieurs pays européens, à travers un vaste éventail de textes produits dans différentes langues,
  • mesurer les évolutions de ces pratiques de la Renaissance aux Lumières.

Les objectifs du projet Spectatrix sont donc de :

  • centraliser et rendre disponible la documentation concernant les spectatrices de théâtre en Europe du XVIe au XVIIIe siècle,
  • mettre en relation les textes afin d’inviter à la comparaison et de faire apparaître les liens unissant auteurs, acteurs, éditeurs et spectateurs,
  • faciliter l’analyse des textes grâce à la sélection d’extraits pertinents et à l’élaboration d’un système de mots clés,
  • mettre en valeur les personnalités féminines impliquées dans la vie théâtrale et les réseaux auxquels elles appartiennent.

Le site Spectatrix s’inscrit dans le cadre d’un projet consacré au public féminin des théâtres européens de la première modernité, qui a donné lieu depuis 2017 à l’organisation de plusieurs colloques (Spectatrices ! Les femmes au spectacle de l’Antiquité à nos jours, 2019 ; Écrire pour elles. Dramaturges et spectatrices aux XVIe et XVIIe siècles, 2019-2021) et à la publication de plusieurs études. Il donne accès aux sources sur lesquelles s’appuient ces réflexions et vise à ouvrir de nouvelles perspectives pour l’analyse des pratiques théâtrales féminines, mais aussi plus largement de la production et de la réception du théâtre.

La première phase du projet est consacrée à l’édition de toutes les épîtres dédicatoires de pièces de théâtre adressées à des femmes aux XVIe et XVIIe siècles.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Équipe EVEille (11 octobre 2021). Spectatrix. Le regard des spectatrices sur le théâtre européen de la première modernité. Eveille. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oml9


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.