[Compte-rendu] « Transcription collaborative, enjeux et outils » (Estrades/EVEille septembre 22)

« Transcrire collectivement avec Scripto (MediaWiki + Omeka S) »

Présentation de Pierre Willaime (AHP, CNRS) lors de la matinée organisée par le groupe OLIO aux deuxièmes rencontres Estrades / EVEille (Strasbourg, 12-13 septembre 2022)

En archivistique, on préconise que ce soit une même personne qui produise l’instrument de transcription et ses protocoles et qui réalise la transcription. Elena Pierazzo a montré que de nouveaux rôles étaient apparus avec le développement du numérique qu’il fallait prendre en compte pour analyser les opérations, notamment la transcription. Cela pose notamment la question de la responsabilité de l’éditeur. 

La transcription collaborative présente des avantages, dans le cas de gros corpus, lorsqu’on rencontre des difficultés de lecture et d’interprétation, lorsque l’on a besoin de faire appel à une expertise extérieure afin d’éviter les biais, dans le souci de rendre explicite tous les choix de transcription. Comme il fonctionne pour un grand nombre d’utilisateur·rices, elle est pensée comme un moyen de gérer les conflits.

En cela, la transcription collaborative apparaît comme un défi car l’outil devra permettre d’échanger sur le corps de la transcription, selon la notion de « sagesse des foules » proposée par Surowiecki. L’une des difficultés tient aussi à la fonctionnalité du suivi des modifications, particulièrement complexe dans le cas de la transcription collaborative (l’exemple de Wikipedia est à cet égard assez instructif : l’encyclopédie libre est fondée sur un wiki).

Scripto, module officiel soutenu par le même développeur qu’Omeka, est une passerelle entre Omeka classic / Omeka S (qui sert de garant d’interopérabilité) et mediawiki. Il s’agit d’outils très adaptables qui fonctionnent très bien et qui sont interconnectés dans Scripto.

L’outil n’a pas été vraiment pensé pour le balisage, même s’il comprend des extensions en TEI. Il nécessite l’intervention régulière de quelqu’un pour le gérer, ce qui est une contrainte non négligeable.

La discussion a porté sur l’avantage d’utiliser les deux outils afin de bénéficier de l’historique et de l’interface de Wiki et de la structuration des données et des métadonnées grâce à Omeka.

« Gestion de projets collaboratifs de transcription avec TACT »

Présentation d’Elisabeth Greslou et Arnaud Bey (Litt&Arts, UGA) lors de la matinée organisée par le groupe OLIO aux deuxièmes rencontres Estrades / EVEille (Strasbourg, 12-13 septembre 2022)

TACT est une plateforme de transcription mais aussi de création de projets de transcription, développé à partir de 2016 dans le cadre d’une thèse de doctorat sur les correspondances familières aux XVIIe et XVIIIe siècles, par Iris Fabry sous la direction de Julie Sorba (LIDILEM), avec PHuN de Grenoble. Elle a ensuite été développée dans le cadre d’un nouveau cahier des charges et est devenue PATCS, avant d’obtenir de nouveaux financements et de devenir TACT. La plateforme TACT est parvenue à s’améliorer notamment par le recours à divers Transcripthons qui ont permis de la faire tester et connaître.

L’idée de départ était que la transcription ne doit pas mobiliser trop de ressources dans un projet car elle constitue la première étape du travail mais ne constitue pas un lieu en soi pour faire des analyses. La plateforme doit pouvoir s’adapter à des projets hétérogènes, avec diverses formes de réutilisation. Elle fonctionne par la mise à disposition d’un espace, avec un manuel d’accompagnement. Ensuite, chaque projet élabore son propre guide de transcription. En cela, la plateforme invite à la rédaction d’une documentation, ce qui est un passage obligé de toute gestion de projet. Elle nécessite aussi, comme tout outil de transcription, d’élaborer un schéma d’encodage RNG qui peut être fait avec ROMA. La plateforme est adaptative et a intégré le protocole IIIF et le recours à l’OCR. TACT comprend aussi un blog des actualités. La disponibilité sur un navigateur, la facilité de la prise en main ainsi que l’import et export notamment par lots constituent les principaux avantages de la plateforme. En revanche, TACT ne permet pas d’encodage fin et l’unité de travail reste restreint à celle du facsimilé. Le travail sur les métadonnées est par ailleurs à affiner mais le projet manque d’une d’équipe dédiée au développement. 

Image mise en avant : photo retraité à partir de pxere.

 

 



Citer ce billet
Romane Marlhoux (2022, 19 septembre). [Compte-rendu] « Transcription collaborative, enjeux et outils » (Estrades/EVEille septembre 22). Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.