[Compte-rendu] L’après-séance n°3 d’Écosophie du numérique – Le notebook et le monde qui va avec (séance du 8 décembre 2022)

Participants : Raphaëlle Krummeich, Sébastien Rey-Coreyhourcq, Sacha Hodencq, Ludovic Duhem, Fabrice Flipo

Intervention de Raphaëlle Krummeich

Remerciements aux collègues du réseau EVEille, aux collègues du groupe de
travail notebook et à la MISHA pour son accueil.

Titre de la séance suggéré par Fabrice Flipo, professeur de philosophie sociale et politique, philosophie des sciences, Sustainability studies au département Langues et Sciences humaines de l’Institut Mines-Télécom, rattaché au Laboratoire de Changement Social et Politique (EA7335 – Paris 7 Diderot). Participe aussi Ludovic Duheim, philosophe et artiste. Il intervient sur l’éco-design et l’industrie ouverte, coordonne la recherche à l’ESAD de Valenciennes, et enseigne la philosophie de l’art et du design.
Puis la parole sera donnée à Sébastien Rey-Coreyhourcq, ingénieur de recherche, informaticien et géographe de l’université de Rouen Normandie, qui coanime le GT notebook. Et enfin Sacha Hodencq, post-doctorant au laboratoire informatique de Grenoble et membre du GT Notebook.

Intervention de Sébastien Rey-Coreyhourcq

Lien servant de notes de réflexion :
Notebook : objet complexe, qui fait le point de départ du groupe de travail.
Objet multiple, mouvant (dans sa maintenance, son déploiement…). Il appartient d’observer plus finement le delta entre l’objet tel qu’il a pu être, tel qu’il se ré-écrit aujourd’hui (fantasmes et déceptions) au sein d’une communauté d’outils et de méthodes (ex des communautés R et Python), et ce qu’on en comprend entre nos pratiques interdisciplinaires.

Un premier atelier de 3h avait été fait l’an dernier pour dérouler cette complexité : exposition et explication, sorte d’atelier reproductible.

Déconstruction : le notebook est un écrit à destination de l’œil humain mais dont le contenu structural est un mélange de prose non exécutable et de prose exécutable, compréhensible par la machine. Peut-être visible ou caché. Pourrait être comparé à un bloc-notes papier classique, mélangeant des blocs de texte non exécutables et d’autres exécutables.

Est-ce un objet autonome et reproductible ? Car dans les faits on exécute toujours la même chose. Or, le notebook n’est pas simplement un enchaînement de blocs exécutables ou non : on y retrouve la pensée, le geste et l’environnement, qui n’existent pas sur le papier.

Tient du litterate programming de Donald Knut (qui parle de langage de programmation + du langage de documentation) pour produire des programmes plus robustes et plus soutenables. Le programme est alors une pièce de littérature qui s’adresse d’abord à l’humain, avant l’ordinateur.

Apport double :
Premièrement, on se focalise uniquement sur la partie opératoire (j’écris du code source, je clique sur un bouton, le code s’exécute et le résultat s’affiche directement dans la prose non exécutable). Il y a la possibilité d’une meilleure reproductibilité grâce au notebook, mais ce n’est pas automatique.
Deuxième partie du contrat, plus structurable : on sort du cadre des noteboooks imaginés par les “data-scientists” (terme flou, car tout le monde en vrai a des données qu’il manipule).

Le literate programming consiste à prendre le temps de s’intéresser au pourquoi : comprendre le processus qui a amené le programmeur à faire ce choix-là, à ce moment-là, lorsqu’il écrit. Ce n’est pas de la documentation à destination du développeur ou de l’utilisateur, c’est une mise en narration pour l’humain avec comme objectif final : l’explicatif.

Dans des pratiques de modélisation et de simulation, ce pourquoi a toute sa place, appuyé par la littérature avec plusieurs hypothèses que l’on va pouvoir tester les unes par rapport aux autres.

On trouve une distinction dans les usages du notebook :

  • exploratoires avec des prototypages et de l’analyse interne, avec souvent peu d’explication par rapport au code.
  • explicatif pour le partage et la reproductibilité des résultats, qui sont parfois l’extension du premier notebook exploratoire (à destination de collègues, d’étudiants, du grand public, où son moi futur).

Perspectives écologiques : début de mouvement dans le monde académique (Labo1Point5) comme figure ou modèle à suivre. Chiffres : collecte et étude de 1.4 millions de notebooks stockés sur Github, entre 2013 et 2018.


Résultats :

  • 19% sont des doublons
  • seulement 25% des 81% restants étaient reproductibles d’un point de vue technique (c’est-à-dire qui fonctionnent à l’identique une fois lancés). Donc plutôt déceptif, pose des questions en terme de volumétrie de stockage et d’utilisation des infrastructures. Et là on ne parle même pas du contenu qualitatif, qui n’était pas pris en compte dans l’étude.

Diverses technologies déployées pour le notebook :

  • Binder pour du développement instantané -> utilise beaucoup de ressource informatique.

Question du déport de calcul : soit déporter le calcul exécuté, soit le notebook est déplacé sur un environnement distant. Pour des calculs importants (en mathématiques, physique quantique), on le déporte à d’autres centres de calculs qui nous redonnent le résultat à l’intérieur de notre notebook. On a donc des allers-retours. Pose la question d’efficience des systèmes qui est très coûteux (faut-il privilégier son serveur chez soi en solaire ou bien des data-centers qui mutualisent ?)

Question : doit-on tout sauvegarder ? Amène à pense à l’acuration des données, sorte de responsabilité que devraient avoir les chercheurs par rapport à leurs données. Mais c’est un terme que l’on entend peu dans la politique des données, car c’est un travail qui prend du temps, charge de travail peu compatible avec une politique de recherche fonctionnant par projets.

Mouvement Low-tech : pose les bonnes questions. Questions éthiques et technologiques. Exemple typique des mails de Gmail qui mettent des secondes à s’afficher, alors qu’il ne s’agit que de mails de seulement quelques octets, et qui
devraient s’afficher tout de suite. Cela est dû notamment au grand nombre de
demandes et d’aller-retours vers des machines dans le monde entier. Il existe cependant des initiatives techniques diverses et variées dans le monde académique. Des sortes de Do It Yourself sur son supercalculateur par exemple.

Question du notebook linéaire :
Pertinence du notebook à certains moments : la question pourrait-être, est-il utile de faire du notebook pour tout et pour rien ?

Intervention de Sacha Hodencq

Fin de thèse de recherche ayant pour intitulé : “Les notebooks comme objets de recherche et de médiation dans le domaine de l’énergie”

Il est important de définir l’énergie : il s’agit d’un objet d’étude particulier, distinction à faire entre l’objet théorique VS énergie que tout le monde pratique et use au quotidien (Laure Dobigny).

Les projets énergétiques sont des systèmes sociaux-techniques : différents d’un problème technique à résoudre et demande donc des études transdisciplinaires sur le temps long.

Objet d’étude (énergie) assez fermé : peu d’articles en open-access, bons derniers dans le domaine (20%), sans parler des codes et des données qui sont bien souvent pires. Or ce n’est pas une fatalité :

Détour épistémologique : constructivisme. Dans le notebook, qui doit prendre en compte les parties prenantes et leurs contextes, leurs objectifs.

Méthode ORUCE : Open and Reproductible Use Case for Enery -> idée d’avoir un processus de modélisation énergétique complet, rassemblé dans un seul objet, avec le contexte et les objectifs des acteurs/actrices. Donc pas seulement le résultat de l’étude seul, mais tout le chemin qui a mené à ce résultat. Contexte explicite.

Jeux de données ouverts en entrée. Au centre : on rassemble tout dans les Jupyternotebook. Il existe cependant un problème en sciences ouverte : on externalise la partie documentation et code.

Idée : proposer un template pour les notebooks dans le domaine de l’énergie pour mener à bien les recherches :

  • infos générale, licence de partage, contexte, contacts de la développeuse
  • gestion des données etc…

On aura a disposition donc le code + les données ouvertes + le contexte, que n’a pas un simple article en science ouverte. On veille aussi à avoir un environnement d’exécution pour réutiliser le notebook. Cet environnement est vraiment à destination des autres, et malheureusement peu de temps lui est accordé.

Utilisation de cette méthode ORUCE à la fois dans le monde de la recherche et celui de la médiation.

Présentation de différents applicatifs :

  • projet de valorisation de chaleur fatale d’un acteur électro-intensif (sujet non abordé aujourd’hui) ;
  • autoconsommation photovoltaïque : consommer l’énergie produite localement.

Côté recherche : quel arbitrage entre l’autonomie et l’impact environnemental de ce système complet avec tout son cycle de vie ? Le notebook est alors proposé comme du matériel supplémentaire en plus de l’article qui parle de cette question, pour avoir le contexte, les objectifs, et pouvoir le reproduire.

Coté médiation :

  • utilisation en tant qu’objet pédagogique auprès d’étudiants en architecture -> ORUCE bien accueilli, avec une préférence d’interface et d’un notebook adapté au public, mais qui n’était pas en autonomie.
  • collectif d’artistes (organic orchestra avec comme objectif d’avoir un système énergétique autonome et sobre pour faire leurs spectacles, avec seulement 1KWH, soit la conso d’un projecteur d’une salle classique).

Conclusion : partages et expériences transdisciplinaires. Notebook facile à l’usage. Volonté d’utiliser le notebook pour discuter avec une initiative citoyenne d’installation de panneaux solaires mais ce mode de discussion ne leur parlait pas, donc le choix a été plutôt de se baser sur des jeux. Nécessité de s’adapter.

Trois points importants :

  • transparence nouvelle que cela permet dans ce domaine, avec un suivi dans les travaux ;
  • processus rigoureux et gratifiant : force à avoir une réflexivité sur sa recherche ;
  • changement de paradigme : on passe d’une recherche compétitive à plus collaborative.

Conclusion : ouverture des processus et complémentaire à d’autres formes de partage. Au delà, la question de la reproductibilité d’usage, comment accompagner un utilisateur dans le parcours du notebook pour qu’il lui soit utile ? Intérêt aussi pour des approches collaboratives, comment éviter du purement “descendant” ? Réflexivité sur l’usage de l’objet numérique pour de la recherche et de la médiation. Réfléchir à la matérialité d’ouverture, réflexion au sein de la communauté Low-Tech, Recherche et Enseignement.

Intervention de Ludovic Duhem

Philosophe des techniques, rapport avec les sciences depuis surtout ce que l’on appelle “révolution industrielle” même si pour moi l’industrie commence au paléolithique.
Démontage d’une idéologie qui s’impose au XIXe siècle et qui a reposé sur une analogie fausse entre la révolution française et la révolution technologique du développement industriel, qui est entrain d’être remise en question. Nécessité de passer à une industrie ouverte basée sur les low-tech.

Voir aussi les limites politiques qui en découlent.

Design éco-social : design terme récent, vers XXe qui s’impose en 1970. Dérivé de l’anglais design, mais qui vient avant tout du français “désigner”, et surtout “dessin”, c’est-à-dire à la fois le projet de l’intention, en même temps celui de la graphie et de la mise en forme.

Trois grands champs :

  • la théorie de la conception (LD ne se met pas dans cette catégorie),
  • définition banale de la vie quotidienne, avec abus, quelque chose est design -> sens de production industrielle, qui vise à une simplification des formes avec un effet sur les consommateurs qui le voient comme plus moderne, avec des enjeux psycho-sociaux, principe de consommation via les entreprises de marketing et de publicité ;
  • démarche expérimentale de création qui s’adresse à l’ensemble des problèmes humains, dans une société particulière, pour retrouver du design en dehors des sociétés industrielles modernes occidentales -> position dans laquelle LD s’inscrit, un design d’auteur et de recherche, qui prend le design industriel comme un repoussoir (à raison et à tort).

Pourquoi le terme éco-social ? Écologique et social, considère que ces enjeux sont inséparables, interdépendants et indispensables, pour toute démarche qui cherche à résoudre un problème humain. Donc les problématiques sociales et écologiques se co-déterminent par bien des situations, en particulier des pays du Sud et des populations les plus vulnérables. Partout où le modèle industriel s’est imposé, on se retrouve dans une forme terrible d’inégalité éco-sociale. La réduction de ces inégalités devraient être l’enjeu principal du design.

Ces inégalités sont multiples :

  • connaissance des problématiques écologiques/sociales et de leur corrélation ;
  • modes d’action et de l’accès à ceux-ci ;
  • rapports symboliques qui sont liés, encore plus difficiles à appréhender lorsque l’on est dans une situation où la survie prime sur le questionnement des manières d’en sortir ou de lutter.

Donc design éco-social et industrie sont incompatibles, voire ennemis.

Solution : en finir avec l’industrie grâce à ce design ? Un peu abusif hors des petites communautés autonomes (éco-lieux), qui elles rejettent tout ou en partie la production/consommation industrielle.

L’enjeu devient décisif au moment où l’on parle d’échelle : toutes les démarches depuis le XVIIIe siècle, c’est l’idée que toutes les explorations qui ont été faites, toutes les utopies concrètes qui ont été développées et les systèmes de production alternatives (dont fait partie le Low-tech), ou d’initiatives comme Arts and Craft ou mouvement plus
récent, on peut se demander ce que peu le désign éco-social à une autre échelle que celle de l’ultra-locale, de petite production, limitée. Quand il s’agit de poser par exemple les questions du militaire, de la recherche, de l’habitat, de la santé, pour un grand nombre d’habitants, y’a-t-il toujours un sens de vouloir promouvoir des pratiques parallèles ?

Donc problème plus épineux : choix anthropologiques, voire spirituels (rapport à la vie, à la mort…). On risque de rencontrer des limites évidentes à vouloir aller vers toujours plus de numérique.

Que veut dire industrie ? : pour définir cela il faut revenir à l’industrie paléolithique supérieure et aussi à l’industrie thermo-dynamique machiniste puis électrifié, en s’intéressant à l’industrie ouverte. Cette idée est-elle pertinente dans un sens économique, technologique, sociologique ? Cela reste à questionner, c’est une idée récente pour LD. Puisque avant il était dans un anti-industriaslisme (idée selon laquelle tous les soucis humains ne doivent pas être résolu par l’industrie) mais pas dans une opposition à l’industrie.

Trois sens à l’industrie :

  • technique de production ;
  • système économique ;
  • idéologie politique.

Trois exigences :

  • refuser d’adopter 4 positions classiques qui occupent la technicité dont l’industrie est une forme historique :
  • réduire l’objet technique en objet matériel, ce que font la plupart du temps les philosophes (ex : Simondon) ;
  • considérer un objet technique uniquement comme un objet utilitaire,
    position courante chez les intellectuels (point de vue extérieur, on oppose
    producteur, utilisateur, consommateur) ;
  • l’ensemble des objets technique sont des outils (ex : un ordinateur ou un téléphone sont des outils) ;
  • idée qu’un objet technique se réduise à une marchandise. Un objet existerait en vue d’être consommé.
  • refuser l’opposition entre technique et culture. L’enjeu fondamental est que la culture puisse intégrer les objets techniques comme étant une nécessité de compréhension, d’ouverture, pour parvenir à une culture véritablement universelle et représentatrice.
  • refuser l’opposition entre technique et nature : décisif pour les enjeux écosophiques. Tout objet technique vient de la nature, intègre des lois et des effets propres à la nature, et un devenir nature -> en effet l’évolution technique (selon Simondon) a tendance à se rapprocher toujours plus des formes de vies de type “être vivant autonome”, mais sans jamais devenir un être vivant à part entière.

Conclusion :

Industrie ouverte = terme qui pourrait paraître banal puisqu’on parle d’open- source, d’open-software, d’open-hardware. Mais le mot d'”ouverture” vient de Simondon, et montre qu’il existe une dimension d’ouverture et de fermeture dans l’artisanat tout comme dans l’industrie. L’industrie est très peu ouverte à l’époque de Simondon, excepté pour le réseau de pièces détachées. Autre idée qu’il a : le concept d’ouverture de la machine, qui est une véritable machine quand elle est ouverte sur sa genèse, sur son milieu, sur sa connaissance, son entretien, sa réparation et son amélioration. Exemple du fairphone qui est un exemple relatif, ou d’autres machines ou ordinateurs produits en low-tech. Urgent de questionner l’industrie ouverte et de sa forme/statut : coopérative ? Formes ouvertes dans la relation au quartier, aux habitants, dans la pédagogie, avec des enjeux d’émancipations et protection de l’intégrité des milieux vivants.

Fabrice Flipo :

Intérêt pour l’écologie du numérique depuis un premier rapport en 2006. Spécialité : développement durable, décroissance… avec toujours un regard autour de la question d’émancipation. Utilisation de concepts tirés de l’anthropologue J.C.Scott :

  • schème étatique : catégories générales à partir desquelles l’État organise son action (exemple le CNRS qui est un “outil de recherche” pour l’État, c’est un ensemble de bâtiments, des ordinateurs, une structure organisationnelle qui structure les débats publics) ;
  • texte public : structure communicationnelle par laquelle passe l’interaction entre dominants et dominés (Les arts de la résistance) : réglementations et lois du numérique, avec les directives européennes (exemple : celle sur les déchets de 2002 DEEE, sur les produits utilisant de l’énergie de 2005 (EuP), sur les produits toxiques
    ([ROHS).
    Également regarder comment tout ça bouge et change, et pour cela, on peut utiliser quatre catégories :
  • modes de vie : répétitif et largement répandu (exemple : outil BBB), tout le monde fait la même chose au même endroit avec le même bouton ;
  • styles de vie : variation individuelle (comment l’individu choisi de se réaliser au sein des modes de vie, par exemple, pourquoi se réunit-on aujourd’hui pour telle visio…) ;
  • genre de vie : petit collectif qui essaie de modifier les styles de vie (exemple du GT Notebook, ou bien encore Apple avec l’Iphone en 2007 qui lance les “apps” et son magasin d'”app”. Il a trouvé un public réceptif sur un petit public, puis de plus en plus grand ;
  • système : certains nombre d’acteurs comme les autorités publiques, les discours (dans les années 90 le numérique est super, immatériel ne coûte rien etc…), les agences de l’État (Credoc) avec ses échecs (exemple de l’ordinateur multimédia en 2002). Également des stratégies spécifiques de logiciels qui poussent à l’adoption de numérique (stratégie du leasing qui consiste à proposer l’achat de smartphone via un forfait par mois). Il s’agit de faire baisser le coût d’entrée pour faire entrer les gens comme des consommateurs. On a ce que les économistes appellent un “effet de réseau”, car il faut au moins être deux pour avoir un téléphone (ex de la BD
    Bidochon Les Internautes). Effet de réseaux et collectifs, donc les modes de vies ne sont pas contrôlables de manière individuelle. Il faut donc mettre la régulation au niveau du collectif.

Fairphone a tout de même un rôle de minorité active en cherchant des relais, des publics susceptibles d’acheter son produit pour faire basculer les modes de vie.

Échanges :

Raphaëlle : BBB serait selon Ludovic un appareil. Le notebook aurait cette volonté de rétablir le dialogue entre technique et culture, et donc nous pourrions partir de cette notion “d’appareil” pour la questionner. Ou bien aussi questionner cette vision d’informatique “magique” dont seuls les informaticiens auraient la clé.

Sacha : question sur l’industrie ouverte : “est-ce que être ouvert est forcément ‘bon'”, d’un point de vue éco-social ?

Ludovic : la fermeture de l’accès à la machine lorsqu’elle est en route est obligatoire pour des questions de santé (particules fines, dangers de brûlures etc.). Il existe une nécessité d’ouverture sociale, cependant les contraintes de règles de sécurité ou bien du temps de formation nécessaire pour faire de la réparation soi-même reste trop élevé pour beaucoup. On voit à un certain moment une injonction à la transparence qui peuvent conduire à des ouvertures “fallacieuse” (exemple de la coque transparente d’Apple pour montrer ce qu’il y a dedans, sans remédier à cette incapacité de modifier et réparer sa machine soi-même). L’ouverture est donc nécessaire mais pas suffisante, car il y a des fermetures incontournables.

Fabrice : paradoxalement, cette ouverture pas mal prônée par les GAFAM. L’idée de vendre des codes fermés reculent, car leur code ne sont pas au point et le mettent à disposition de béta-testeur. Un peu une spécificité du numérique.

Sébastien : question de la récupération de la science-ouverte, avec le capitalisme qui vient tout écraser quand il récupère. N’est-ce pas contre productif, ou bien même se tirer une balle dans le pied que de faire du tout ouvert et de permettre cette récupération ?

Ludovic : Question qui revient souvent. Mais le rapport de force est complètement déséquilibré : tout ce qui est proposé comme opposition, alternative au capitalisme est récupérable. Il faut parvenir à anticiper les modes de récupération, savoir ce qu’on est prêt à lâcher ou non (exemple de Blablacar). Tout est marchandable maintenant : tout service peut devenir monnayable. On voit même le retour du laquais ou du larbin pour aller à notre place dans les files d’attente ou les manifestations !

Pour produire un effet positif durable : il faut non pas seulement de la résistance mais également de l’invention. Pas seulement de la critique mais des solutions alternatives à proposer. Intérêt aussi des effets réseaux qui font qu’on peut faire les mêmes choses en étant hors du système dominant. On peut être encore plus radical et travailler sans numérique.

Sébastien : question des protocoles fait pour être repris, mais finalement tout le monde part avec le même langage. Exemple des serveurs mails devenus impossible à créer (trop de spams etc.), et malgré le respect des protocoles, les petits se font recaler par les géants. Les protocoles tombent lorsqu’ils sont ingérés par les plus grosses industries.

Ludovic : exemple du modèle Jitsi -> exemple de Framasoft devenu n°1 d’échanges vidéos pendant le covid mais qui n’avait pas la puissance nécessaire pour gérer la demande. Cela pose la question des moyens mis dans les alternatives. S’il y avait eu une coalition nationale, avec une redistribution de la demande sur des petits serveurs à
travers le monde au lieu d’un unique et gros serveur, peut-être ça aurait marché.

Fabrice : Jitsi a été soutenu par Renater, mais qui montre la souveraineté technologique et sa gestion en France ou Europe sur des points clés, où les financements n’étaient pas là. Idem pour Qwant. Questions d’analyses stratégiques derrière mal menées. Le but n’est pas de refaire non plus des GAFAM locaux mais d’inspirer aussi au monde. Exemple des directives DEEE : les politiques étaient contre l’idée d’avoir une contrainte de plus sur la production, et on voit que la directive européenne a fait école aux États-Unis, en Chine, en Inde, et dans beaucoup d’autres pays.

Ludovic : Interrogation de ce numérique qui vient du monde universitaire, et pourquoi n’y a-t-il pas eu un fournisseur public d’accès au réseau, comme il y a eu pour l’énergie et pour le transport ? La question ne s’est pas posée pour le numérique dont le devoir serait alors de soutenir des initiatives telles que Framasoft.

Fabrice : c’est en partie les lois et une vision très étroite de la notion de réseau. Car qui dit réseau dit monopole naturel dans un résonnement économiste. Cela devrait même aller au delà d’internet, penser que le système d’exploitation soit de service public, avec Ubuntu, comme dans la gendarmerie, et non pas Microsoft, qui offre Teams au moment du covid puis le fait devenir payant.

Ludovic : Exemple de la suite d’Adobe, présent par défaut dans les écoles de design, sur lequel il faut concevoir et restera pour les individus le seul moyen de produire. Et c’est interdit pour ces écoles d’avoir des logiciels libres.

Sébastien : Forme de dénigrement de la solution mise en place que l’on juge moins performante face aux solutions des GAFAM, avec l’exemple de BBB dans certaines universités. On est confronté à des consomacteurs, et il est difficile de leur faire accepter un logiciel “moins bien”.

Ludovic : Pourquoi Apple domine dans les écoles de design ? Trois raisons :

  • les ordinateurs Apple pendant très longtemps ont eu de meilleures cartes graphiques que les PC ;
  • puis on a eu un effet d’habituation, ça devient la norme ;
  • puis la fiabilité de la machine : on a toujours considéré leurs machines comme plus fiables, à changer moins souvent. De même, la pratique était simplifié (pas besoin de coder, il existe des interfaces graphiques pour les utilisateurs). Concernant la grande dissuasion d’utiliser des logiciels libres : le Ministère de la Culture avait tout
    simplement passé un contrat avec la suite Adobe qui était alors intégrée directement dans l’ordinateur.

Conclusion :

Raphaëlle : défendre les pratiques low-tech avec des dispositifs de versioning comme Git. Donc peut-être est-il aussi intéressant de déconstruire ces idées de notebook, Jupyter, logiciel etc. en revenant au code même ? Intéressant de sensibiliser les collègues à ces questions du numérique.

Ludovic : Dans un travail disponible sur internet qui s’appelle “Les écologies du numérique“, on s’est posé la question du web to print et de la couleur utilisée pour limiter la dépense énergétique (dans le gris, pour réduire la consommation à l’écran), la
question également des images et des vidéos, quel type de langage utilise-t-on (XML ? HTML ?). Toutes ces choix ont des impacts écologiques par leur structure même ! On a souvent une couche insoupçonnée : la manière d’écrire son code peut avoir des effets positifs écologiques et sociaux. Ce n’est pas du tout ce que l’on imagine initialement. Le web du départ était beaucoup plus “vertueux” qu’aujourd’hui où de nos jours toutes les applications de toutes les plateforme jouent sur le flux vidéo, avec l’incitation de faire des stories et enregistrements vidéos ce qui justifie la 4G, puis la 5G… et qui en plus appauvrissent la fonction numérique.



Citer ce billet
Elsa Van Kote (2022, 12 décembre). [Compte-rendu] L’après-séance n°3 d’Écosophie du numérique – Le notebook et le monde qui va avec (séance du 8 décembre 2022). Eveille. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ommn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.