Histoire et philosophie du markdown

Le Markdown a été créé en 2004 par John Gruber en collaboration avec Aaron Swartz — prodige de l’informatique et militant de la première heure pour  la “culture libre” dont le destin tragique a fortement marqué les esprits dans le monde du numérique et au-delà1. Initialement pensé dans le but de générer aisément du code HTML pour le Web, le Markdown a été progressivement étendu afin de produire d’autres formats de documents et notamment du PDF qui, bien que n’étant pas un format ouvert au sens strict, est actuellement le plus utilisé dans nos échanges et notre documentation. 

De ce fait, il existe aujourd’hui plusieurs dialectes Markdown qui sont autant d’implémentations de la syntaxe originelle. Malgré ces évolutions, la philosophie initiale du projet n’a pas évolué2. Cette couche de formatage du texte — à l’inverse d’autres — ne doit pas être perçue comme une complication supplémentaire, mais comme un pas vers une forme de décroissance du numérique (low-tech). Par ailleurs, le Markdown répond au principe du Single-source publishing qui vise à produire des documents dans différents formats (HTML, ePub, PDF, Word, etc.) à partir d’un seul et même fichier source (ou pivot)3. Il est ainsi possible de télécharger ce billet sous plusieurs formats et différentes mises en forme, le tout généré à partir d’un seul et même fichier Markdown :

Fichier Markdown
Fichier PDF Document
Fichier PDF LaTeX
Fichier Word
Fichier LaTeX
Fichier HTML

En un mot, la sobriété numérique du Markdown permet une fluidité dans le traitement informatique et un gain d’énergie dans le processus d’éditorialisation, allant de l’écriture à l’illustration, puis de l’édition à la publication dans un continuum économe et aussi pérenne que possible.

Exemple de vue proposée par un éditeur Markdown (iA Writer) pour visualiser au fil de l’écriture le rendu du code4.

Les points forts du markdown s’appuient sur un ensemble de principes, tels que ceux exposés par Dennis Tenen et Grant Wythoff5 :

  • Pérennité6 ;
  • Priorité à la lisibilité humaine ;
  • Séparation de la forme et du contenu ;
  • Compatibilité avec la recherche universitaire ;
  • Indépendance vis-à-vis des plateformes.



Citer ce billet
Marine Parra et Benoît Roux (2023, 26 janvier). Histoire et philosophie du markdown. Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omms

  1. Voir le film documentaire The Internet’s Own Boy, 2014. []
  2. Voir John Gruber, “Markdown”, Daring fireball, décembre 2004, <https://daringfireball.net/projects/markdown>, consulté le 2 février 2022. []
  3. Outre la légèreté du fichier en lui-même (en termes de stockage), cela évite les doublons et le travail de report de modification dans différents documents en vue de les maintenir à jour. Seul le fichier pivot est corrigé et permet de régénérer l’ensemble des autres fichiers selon les besoins. []
  4. Les dispositifs d’iA Writer en faveur de la concentration de l’aut·eur·rice sont, selon nous, efficaces et très confortables. Nous nous permettons donc cette petite exception publicitaire pour un logiciel propriétaire. []
  5. Dennis Tenen et Grant Wythoff, “Rédaction durable avec Pandoc et Markdown”, Programming Historian, <doi.org/10.46430/phfr0013>, consulté le 2 février 2022. []
  6. “Le texte brut permet d’assurer la transparence et répond aux normes de préservation à long terme. MS Word pourrait disparaître comme l’a déjà fait Word Perfect, mais le texte brut restera toujours facile à lire, cataloguer, explorer et transformer. De plus, le texte brut facilite une gestion des versions du document simple et puissante, ce qui profite à la collaboration et à l’organisation des brouillons. Vos fichiers en texte brut seront accessibles sur téléphones, tablettes et possiblement même sur un ordinateur peu puissant dans une bibliothèque isolée. Le texte brut est à compatibilité descendante et à l’épreuve du temps. Peu importe quels logiciels et matériel informatique le futur nous réserve, ils seront en mesure de comprendre le texte brut.” []

2 réflexions sur « Histoire et philosophie du markdown »

  1. Stéphane Pouyllau

    Bonjour,
    Il y a surtout Stylo, développé à Montréal par la chaire de recherche sur les écriture numérique et financé par Huma-Num, qui simplifie tout cela et permet d’avoir un vrai éditeur en ligne gérant la biblio, les auteurs, etc. Il est compatible avec Zotero, Word, TEI, etc. https://stylo.huma-num.fr

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.