Journées EVEille 2023 : J1 « Numérisation patrimoniale à la Bnu, définition et enjeux »

Compte rendu de l’excursion immersive de la première rencontre des Journées EVEille 2023 “Numesthésie. L’écran pour saisir le sensible ?”

Animée par Madeleine Hubert, Jean-Pierre Rosenkranz et Rosanne Wingert

Rédigé par Olga Moiseeva et Adil Yensebay, master Lettres et CLE, Université de Haute-Alsace, 2023.

Présentation du Lab par Madeleine Hubert

Concept de Lab

Le Lab est un lieu qui a été créé pour discuter, expérimenter, échanger, travailler collaborativement, réfléchir, confronter ses idées sur le numérique. La mission principale du Lab est de donner accès à des ressources numériques aux chercheurs (inscrits à la BNU, qu’importent le niveau et le projet). Le but est de “s’échauffer autour du numérique” en offrant un endroit pour discuter librement avec d’autres experts. Physiquement, c’est un lieu modulable avec des chaises empilables, un système de boîtes afin de créer des tables réglables, apte à s’équiper pour favoriser les collaborations, où tout le monde peut venir.

La communauté

Le Lab est une communauté qui est composée de “forgers” et de “labers”. Les forgers sont des personnes avec une compétence technique et/ou humaine, prêtes à la partager et la mettre à profit des labers. Les labers sont des personnes avec des besoins divers sur le numérique. Ces rôles sont interchangeables et les personnes ayant des connaissances préexistantes peuvent avoir besoin de l’aide d’autres forgers pour réussir leur projet.

Services numériques

Le Lab fonctionne simultanément comme un atelier pédagogique et un centre d’accompagnement d’appui à la recherche. Tous les participants peuvent faire un petit atelier et trouver de l’aide auprès du personnel de la bibliothèque. Le personnel de la bibliothèque numérique dispose de compétences (par exemple sur les droits d’auteur, les métadonnées) pour proposer une offre de formations et présenter les projets auxquels ils participent. Le Lab est également un lieu d’observation des pratiques numériques.

L’équipement

Le Lab n’est pas équipé d’outils typiques d’un laboratoire de fabrication numérique. On y pratique une philosophie du travail sur ordinateur. Les chercheurs sont encouragés à apporter leurs propres appareils, ou ils peuvent utiliser l’un des dix ordinateurs fournis sur place. Le site est aussi équipé d’une tente numérique, conçus pour la création d’une version brute d’un document imprimé analogique.

Présentation du service de la numérisation et des données numériques par Rosanne Wingert et Jean-Pierre Rosenkranz

Jean-Pierre Rosenkranz, photographe de l’atelier de numérisation de la BNU, et Rosanne Wingert, responsable du service bibliothèques et données numériques, ont partagé leur vision des enjeux mais aussi des défis que représentent la numérisation patrimoniale. Cette dernière a une histoire considérable. La numérisation à la BNU remonte aux années 2000. Le premier projet effectué s’intitule Vidéodisque qui consistait à numériser environ 26000 images d’Alsace. Depuis, le processus de la numérisation a pris de l’ampleur. De nos jours, les spécialistes témoignent d’une volonté de non seulement déplacer les données sur un autre support, mais de les encoder à l’intérieur du document traité, afin de les exploiter.

3 objectifs principaux de la numérisation au sein de la BNU :

  1. Assurer la meilleure préservation des documents possible, car à la BNU se trouvent des fonds précieux, parfois très anciens.
  2. Rendre le patrimoine accessible facilement à un grand public.
  3. Faciliter, si possible, la perception d’un document, visualiser des informations.

Les missions mentionnées par Jean-Pierre Rosenkranz et Rosanne Wingert sont :

  1. Sauvegarder les œuvres, particulièrement celles qui sont fragiles ou uniques.
  2. Substituer les documents originaux pour les rendre consultables par le grand public car ce n’est parfois pas possible du fait de leur format.
  3. Diffuser les collections de la BNU au plus grand nombre de manière massive et simultanée.
  4. Explorer les documents à travers les métadonnées, faire des recherches exploratoires plus importantes.

La bibliothèque numérique de la BNU est constituée d’images et de métadonnées.

Les responsables des fonds ont précisé la typologie de documents qui ont été récemment numérisés dans la bibliothèque : 1. La presse et plus largement les documents au format folio. L’avantage dans ce cas est que, dès qu’un document est numérisé, il est possible, par exemple, d’effectuer une recherche par mot. Il s’agit donc non seulement de prendre des protos de bonne qualité de tel ou tel document mais également d’encoder et de numériser le texte. 2. Différents manuscrits. Jean-Pierre Rosenkranz a donné l’exemple d’un manuscrit numérisé qui comprend à l’intérieur de l’objet-livre raisins ramassés par Goethe. 3. Des cartes. Il s’agit de cartes de format et de taille différents, faites sur divers matériaux. Jean-Pierre Rosenkranz a cité l’exemple d’une carte de l’Italie de 5 mètres sur 6, réalisée sur le cuir d’un porc. Certains documents exigent une numérisation de très haute qualité avec un éclairage spécial afin d’assurer la bonne récupération de la matière, du relief, du grain, du contraste et permettre ainsi une meilleure lecture de la matière. A cette fin, Jean-Pierre Rosenkranz ainsi que son équipe utilisent des outils et des appareils spécialisés qui ont été présentés lors d’une visite numérique de l’atelier photographique. Ces appareils servent à numériser les documents sans aplatir ou écraser le document, en limitant au maximum la contrainte par exemple en modifiant l’éclairage. Certains objets ne peuvent pas passer par le numériseur, ils sont donc numérisés à la main. Parmi les appareils les plus surprenants, on peut citer la lampe UV qui permet parfois de faire ressortir des caractères illisibles ou invisibles. La question de la couleur est aussi complexe : on trouve facilement sur Internet de nombreuses versions différentes des couleurs d’un même tableau. Le photographe doit donc être attentif à la qualité de l’exposition de l’image, ni trop claire ni trop foncée. Pour cela, le recours à différents chartes de couleurs qui assurent la fidélité des couleurs est indispensable. A cet égard, la BNU suit des standards établis par la BnF.

Travaux expérimentaux

Jean-Pierre Rosenkranz a partagé certains travaux expérimentaux qu’il avait réalisés, notamment la numérisation en 3D des tablettes cunéiformes dont l’éclairage peut être changé. Rosanne Wingert a mentionné une difficulté liée à ce type de projet : les données étant très volumineuses, le prix du stockage a un impact au niveau énergétique et au niveau de l’empreinte écologique. Tous les artefacts et documents numérisés sont stockés dans le portail Numistral, qui est la bibliothèque numérique patrimoniale du site universitaire alsacien. C’est le portail d’accès aux collections documentaires numérisées des établissements d’enseignement supérieur et de recherche alsaciens. Interrogé sur la mise en place d’un éclairage pour améliorer la lisibilité d’un document, Jean-Pierre Rosenkranz a noté qu’il y a toujours une limitation technique à faire ressortir les détails d’un artefact. Souvent, deux versions sont proposées à un chercheur : une version dite classique et une version qui propose un autre éclairage, afin que le chercheur puisse choisir la version qu’il préfère, notamment en matière de contraste avec la pièce originale. Parfois, un document doit subir un processus de restauration pour rendre la numérisation la plus efficace possible. Le photographe fait toutefois le choix de ne pas effectuer de retouche ni d’augmentation du contraste ou d’autres paramètres visuels.

Conclusion

Cette session de présentations démontre différents moyens d’examiner et de préserver les biens culturels et patrimoniaux à travers le processus de numérisation, ce dernier étant un changement nécessaire dans le domaine scientifique. C’est une occasion unique pour les porteurs de projets en humanités numériques de présenter leurs travaux et d’échanger sur la mise en réseau de différents projets, tout en discutant du bénéfice potentiel que la numérisation pourrait apporter aux futurs chercheurs. Comme l’a démontré Madeleine Hubert, la première étape pour rendre la numérisation possible est de mettre en place l’ambiance et l’équipement nécessaires pour les chercheurs, où ils peuvent être aidés dans leurs projets à l’aide de technologies. Le libre échange et le flux d’idées et d’expériences sont nécessaires afin de favoriser une meilleure accessibilité aux corpus pour les chercheurs. Par conséquent, ce lieu est dédié à favoriser la collaboration autour de l’idée de médiation des données afin de créer une culture qui favorise l’accessibilité des données. Rosanne Wingert et Jean-Pierre Rosenkranz, quant à eux, mettent en lumière l’aspect technique de la numérisation, tout en démontrant comment ce procédé peut être mis en œuvre pour favoriser la préservation d’un patrimoine culturel. Madeleine Hubert pointe la nécessité de développer une culture future autour de la numérisation tandis que Wingert et Rosenkranz illustrent comment des cultures déjà existantes peuvent être préservées et diffusées par le même processus.

Image mise en avant : Globe de Coronelli, n° d’inventaire IM67014768, Observatoire de Strasbourg, sur le site Numistral : https://www.numistral.fr/fr/tresors/le-globe-celeste-de-coronelli-de-strasbourg



Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2023, 24 mai). Journées EVEille 2023 : J1 « Numérisation patrimoniale à la Bnu, définition et enjeux ». Eveille. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omn3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.