Journées EVEille 2023 J1 : “Médiation et exploration scientifique, la numérisation patrimoniale au musée de l’Œuvre de Notre-Dame, Strasbourg”

Présentée par Stéphania Baunet et Stéphane Potier

Compte rendu rédigé par Manon Trautsch et Séréna Strasbach, master Lettres et CLE, Université de Haute-Alsace, 2023.

Stéphanie Baunet a en charge la médiation et en particulier de l’Œuvre Notre-Dame. Avec Stéphane Potier, ils sont spécialisés dans la 3D. Le Musée Notre-Dame est un musée d’art du Moyen Âge régional. C’est un musée d’ambiance qui souhaite faire voyager le visiteur dans le temps. Il présente une collection très variée de la région du Rhin avec un noyau important sur la statuaire originale de la cathédrale ainsi que d’autres éléments architecturels d’églises d’Alsace.

Les dispositifs numériques proposent notamment un voyage dans le Moyen Âge, avec une immersion lorsqu’on traverse les cinq bâtiments de l’œuvre de Notre Dame. En plus de l’accompagnement pédagogique traditionnel qui passe par la médiation humaine, les dispositifs numériques permettent une nouvelle rencontre entre l’oeuvre et le musée. Certains dispositifs peuvent notamment avoir recours au théâtre, à la danse, à des jeux à destination des publics pour favoriser cette rencontre des publics avec le Moyen Âge.

C’est en mai 2022 qu’est née l’idée de développer un parcours dédié qui favoriser la recontextualisation. Ce parcours est comme un laboratoire, qui prend appui sur la vidéo et la réalité virtuelle, en trouvant la technologie la plus appropriée pour faire parler l’oeuvre et la rendre le plus sensible possible. Pour mener à bien ce projet, une étude a été menée afin de prendre la mesure des pratiques des visiteurs et de leurs besoins. Il fallait également prendre en compte la contrainte liée aux espaces, en introduisant une scénographie qui se doit d’être discrète, donc avec des outils qui ne doivent pas prendre le pas sur les œuvres.

La mise en place d’une méthodologie d’exploitation a pu être établi après un premier rapport d’évaluation au bout de 3 mois. Il a été décidé d’avoir recours à des dispositifs qui pourraient évoluer dans le temps, afin d’intégrer progressivement aux dispositifs de nouveaux objets d’observation. Une réflexion a été consacrée à la question de la place des écrans, à la fois afin qu’ils soient accessibles et qu’ils n’encombrent pas trop l’espace. Il était aussi essentiel de laisser une part au partage de l’expérience personnelles entre visiteurs et avec des médiateurs scientifiques présents dans le musée.

Stéphane Potier, architecte, a présenté les choix qui ont présidé à l’élaboration des dispositifs numériques du musée de l’Œuvre Notre Dame. Il disposait d’un important travail de modélisation sur la construction de la cathédrale avec plus de 4000 plans disponibles. Le recours à des calques a constitué un moyen utile pour réfléchir à la représentation des différentes étapes de destruction et de reconstruction de la réalité, suivant l’idée d’une “archéologie du bâtiment” qui pouvait intéresser les visiteurs. Cela nécessite d’intégrer au travail de modélisation de nombreuses informations enregistrées concernant l’histoire du bâtiment. Par exemple seules les colonnes restent de l’église de Mutsig ; on propose alors de la reconstituer en recourant à une modélisation accessible par un casque de réalité virtuelle. L’utilisation de ce casque crée toutefois une confusion auprès des visiteurs : certains visiteurs supposent que Mutsig était construite dans le musée.

Un autre système de réalité virtuelle permet de faire apparaître des statutes situées dans la cathédrale en rétablissant leur distribution au bon endroit, ce qui projette immédiatement le visiteur dans la cathédrale. Contrairement au précédent système, celui-ci est en mouvement et la caméra prend en compte la mobilité de l’utilisateur.

Un autre exemple rend compte de la reconstitution numérisé de l’ancienne ville de Strasbourg à partir de plans anciens. Selon les connaissances dont on dispose, certains éléments comprennnent des détails archéologiques très précis, tandis que d’autres zones comprennent des espaces texturés qui indiquent l’absence de connaissances détaillées. Le respect des zones d’inconnu demeure un élément crucial de la reconstitution car il est essentiel de ne pas forcer la réalité pour compléter les zones qui resteront à tout jamais inconnues.

Les questions avec la salle ont pu mettre en valeur certaines limites des dispositifs numériques mis en œuvre : les touristes peuvent avoir tendance à être plus spectateurs des dispositifs numériques collectifs en laissant certains faire (notamment les enfants), plutôt que de réels acteurs. La technologie peut aussi parfois prendre le pas sur l’objet lui-même qui doit vraiment resté central au cœur de l’expérience du visiteur.



Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2023, 24 mai). Journées EVEille 2023 J1 : “Médiation et exploration scientifique, la numérisation patrimoniale au musée de l’Œuvre de Notre-Dame, Strasbourg” Eveille. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omn4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.