Journées EVEille 2023 J1 : “Modélisation 3D de contextes et d’artefacts sur le terrain et en collection égyptologique”

Présentation animée par Frédéric Colin, professeur d’égyptologie à l’Université de
Strasbourg (Chaire Marc Bloch de l’USIAS) et Cassandre Hartenstein, assistante de recherche de l’USIAS, égyptologue et papyrologue.

Compte rendu rédigé par Roberta Morgana Petri et Nadjib Mohamed, master Lettres et CLE, Université de Haute-Alsace, 2023.

Frédéric Colin et Cassandre Hartenstein présentent dans cette intervention le rôle de la photogrammétrie numérique dans le cadre de leur étude d’objets archéologiques.

le professeur Colin rappelle quelques repères historiques sur le développement et l’utilisation de la modélisation 3D, notamment le développement des techniques de la photogrammétrie. Il l’intérêt des méthodes et des techniques pour améliorer les résultats de recherche en archéologie, le domaine était une préoccupation exclusive du XXIe siècle. Au cours des XIXe et XXe siècles, plusieurs techniques de modélisation avaient déjà été développées : au XIXe siècle, on s’efforçait déjà de numériser les monuments authentiques pour continuer l’étude scientifique en laboratoire et en bibliothèque à des milliers de kilomètres. Dans les archives du département du Bas-Rhin, il a ainsi trouvé des documents des ancêtres historiens d’art de l’Institut de Strasbourg. En 1892, ces historiens ont découvert le terrain de la photogrammétrie, en l’appliquant à l’architecture. Toutefois, les méthodes de photogrammétrie et leur usage en archéologie et dans d’autres domaines scientifiques n’explosent qu’autour de 2014. Auparavant, la photogrammétrie était utilisée surtout par l’ingénierie, dans le développement de logiciels.

Lorsque l’on fait des fouilles archéologiques, le temps de travail sur le terrain n’est pas suffisant pour travailler sur le document, raison pour laquelle la numérisation devient un outil important. Pour élucider l’utilité de la technologie numérique, il fournit deux exemples métaphoriques. Le premier exemple, est « le travail de l’archéologie, c’est comme lire un livre. Toutefois, on doit déchirer la page pour passer à la suivante ». Ainsi, pour arriver à une strate, on détruit la strate précédente. De nos jours, les archéologues continuent de procéder ainsi, mais seulement après avoir numérisée la strate en question. La numérisation est donc un outil pour éviter de perdre des données. La deuxième métaphore, c’est celle de la scène du crime sur le terrain. Le chercheur doit mesurer des distances, relever des plans de mesures, positionner le nord, le sud, etc. Il doit, en résumé, enregistrer des scènes de crime successives. Le travail de l’archéologue consiste donc à ne jamais perdre le lien entre le contexte et les objets qu’il trouve.

Le professeur Colin souligne également les différences entre l’archéologie programmée et l’archéologie préventive. L’archéologie programmée est le produit d’un travail organisé et financé par les universités, avec une période d’exécution plus flexible. Par contre, l’archéologie préventive est financée par des aménageurs qui veulent construire, en supposant plus d’investissements et un temps de travail plus restreint. En Égypte, par exemple, il s’agit d’une archéologie programmée, mais effectuée sous les conditions de travail de l’archéologie préventive. Il y a un temps, finalement, très limité du fait de la pression des autorités égyptiennes pour des questions de sécurité.

L’exposition de Cassandre Hartenstein réalisée récemment à la MISHA constitue à cet égard un cadre de réflexion intéressant pour discuter de l’utilité des outils numériques dans les événements de médiation (comme le colloque ÉVEille). Normalement, dans une scène d’exposition classique, les objets arrivent au public d’une manière complètement décontextualisée. L’utilisation des outils numériques permet d’indiquer le contexte, autrement dit les lieux et les conditions dans lesquelles ces objets ont été trouvés. Pr. Colin, remarque ainsi que dans les événements de médiation, il ne s’agit pas seulement de montrer les objets, mais de montrer aussi le travail de recherche et plus généralement comment ces objets sont manipulés par les chercheurs. Ainsi, l’aller-retour entre la collection et le terrain, porté par la numérisation, permet au public de comprendre, de façon concrète, les démarches scientifiques de l’archéologie.

Les conclusions apportées par les chercheurs et le questionnement du public donnent lieu à d’importantes réflexions sur la modélisation numérique. En ce qui concerne les progrès de la technologie de modélisation en direction de la photogrammétrie, le chercheur remarque l’importance de stocker non seulement les archives de modèles, mais les photos qui ont été également utilisées pour générer ces modèles. D’une manière générale, il observe que la numérisation et l’observation du réel ne sont pas antagonistes mais complémentaires, étant donné qu’il y a des détails et, par conséquent, des informations auxquelles on peut accéder seulement grâce au modèle numérique. Il ne s’agit donc pas de remplacer le réel par le numérique, puisque ces outils nous permettent d’observer la réalité plate et, dès lors, construire un raisonnement pour mieux la comprendre. Les commentaires du public ont *in fine* montré le rôle du numérique dans la construction d’un imaginaire sur des artefacts archéologiques. La possibilité de visualiser ces objets sur un autre support enrichit sa compréhension et son appréhension, non pas seulement par les chercheurs, mais aussi par d’autres domaines en général. Finalement, les données qui sont générées par l’utilisation du numérique permettent aux nouvelles générations de chercheurs d’interroger, améliorer et corriger les découvertes faites par leurs prédécesseurs.

Source de l’image mise en avant : https://ornorme.fr/articles/frederic-colin-et-lenigme-des-sarcophages-voyageurs/



Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2023, 24 mai). Journées EVEille 2023 J1 : “Modélisation 3D de contextes et d’artefacts sur le terrain et en collection égyptologique” Eveille. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omn6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.