Journées EVEille 2023 J3 : “Médiation numérique et accès sensible aux fonds exposés de la Bibliothèque des Dominicains”

Table ronde avec Rémy Casin, conservateur responsable de la Bibliothèque, Françoise Guillon Fontaine, responsable médiation du réseau des Bibliothèques de la ville de Colmar, Cédric Grebenieff, responsable des collections patrimoniales, livres et manuscrits, Marina Martinez, scénariste et muséographe de Motion agency, Fabienne Montchaud, responsable des collections graphiques et de la galerie muséographique, Loïc Robine, directeur de production de Motion agency.

Compte rendu rédigé par Fanny Denié et Kaynar, enrichi par Séréna Strasbach et Manon Trautsch, master Lettres et CLE, Université de Haute-Alsace, 2023.

Dans le cadre de notre première année de Master Arts, Lettres et Civilisations, nous avons assisté aux Journées 2023 du projet EVEille (Exploration et Aalorisation Electroniques des corpus en Sciences Humaines et Sociales), consacrées à « Numesthésie. L’écran pour saisir le sensible ? ». Les Journées EVEille sont animées par Anne Réach-Ngô, Marine Parra et Benoît Roux avec la collaboration de Régine Battiston.

Le 10 mars 2023, la journée EVEille a eu lieu à la bibliothèque des Dominicains à Colmar. La journée a été divisée en trois sessions. La première session était une excursion immersive à travers une visite exploratoire du parcours muséographique puis une table ronde « Médiation numérique et accès sensible aux fonds exposés de la Bibliothèque des Dominicains » animée par Anne Réach-Ngô. La deuxième session portait sur la médiation et l’exploration scientifiques à travers les interventions de Sabrina Corbellini et Margriet Hoogvliet, « Discovering medieval space: the use of geolocated applications for research and public history » et Adrien Fallot, « Valoriser l’héritage culturel hors des murs des institutions : expérimenter le patrimoine vitré aubois ». Ensuite, pour la troisième session « en quête d’outils », nous avons assisté aux interventions Clarisse bardiot et Jacob Hart, « MemoRekall, un outil pour la création d’un appareil critique des sources vidéo ».

La première session, consacrée à une excursion immersive, fut pour nous l’occasion de visiter le parcours muséal des Dominicains de Colmar. La galerie muséale présente une large collection de livres du Moyen-Âge au XVIIIe siècle, proposant aux visiteurs une remontée à travers le temps et les origines des collections. Le parcours muséal est composé de quatre parties. La première partie, intitulée « le livre triomphant », présente le livre au siècle des Lumières. Puis, la deuxième partie, intitulée « le livre conquérant », propose une présentation sur le livre de la Renaissance aux XVe et XVIe siècles, ainsi que la naissance de l’imprimerie et la diffusion du livre en Europe et plus précisément dans l’espace rhénan. La troisième partie, nommée « le livre manuscrit : monopole de l’Église », se centre sur l’histoire du livre manuscrit et son évolution dans les anciens établissements religieux d’Alsace, sa fabrication ainsi que ses formes et ses formats entre les VIIIe et XVe siècles. Le parcours muséal aboutit à la découverte des manuscrits liturgiques les plus spectaculaires et les plus précieux, exposés dans une salle qui était auparavant l’ancienne sacristie du couvent.

Cette large collection, exposant près de 100 documents originaux sous vitrine, est présentée à travers divers supports mis en place dans l’ensemble du parcours muséal. Afin de susciter la curiosité des visiteurs et les accompagner lors de la visite, le parcours propose divers outils de médiation tels que les outils numériques, les manipulations mécaniques, les vidéos, ainsi que dispositifs sonores.

L’ouverture du parcours se fait à travers une animation numérique, retraçant les moments fondateurs de la bibliothèque municipale de Colmar. Nous pouvons y retrouver l’épisode des confiscations révolutionnaires entre 1789 et 1793, ayant permis de rassembler en un même lieu des collections qui appartenaient autrefois à des établissements religieux et à des nobles lettrés.

Par la suite, nous pouvons écouter des extraits de plusieurs livres exposés, en français, en allemand et en anglais. De plus, nous pouvons faire défiler sur grand écran des suites d’images et assister par le biais d’un théâtre d’ombres à la préparation et à l’impression d’une feuille dans une imprimerie artisanale. Le parcours met à disposition des visiteurs une large table tactile présentant les épisodes majeurs des débuts de l’imprimerie. Nous pouvons visionner des films exposant comment un livre était autrefois illustré et copié à la main et nous pouvons manipuler des matériaux utilisés dans la fabrication du livre tels que des cuirs et des parchemins.

Tout au long de la visite, nous traversons des espaces meublés par des mobiliers anciens dont la reconstitution vise à proposer une expérience immersive. Le parcours muséal s’achève sur le cloître et son jardin ainsi que sur l’atelier de reliure.

Remy Casin, conservateur de la bibliothèque des Dominicains, a contribué au parcours muséal. Il s’agit d’un projet de 19 millions d’euros porté par la ville de Colmar visant à créer un parcours de la une collection ancienne afin de lui donner une nouvelle vocation. Cela permet de mettre en valeur un site d’exception et de mettre en lumière son héritage architectural. Ce lieu fut une médiathèque dès 2012 et la richesse du bâtiment et son histoire sont ainsi valorisé. La collection de Colmar a une certaine renommée, c’est le deuxième fond en France après la bibliothèque nationale.

Le projet se veut très épuré dans l’ensemble avec un axe majeur et la création de 500 m² d’exposition permanente mettant en perspective un échantillon de la vaste collection. Ce projet permet tout d’abord de présenter des outils servant à une série d’éclairages sur quelques très belles pièces de la collection tout en gardant un fil chronologique et thématique permettant de remonter le temps et de mettre en avant un espace médiéval propice à la présentation de manuscrits anciens. La portée des circuits européens du livre est également soulignée.

Dès 2015, l’équipe de la bibliothèque songea à avoir recours au dispositif numérique afin de valoriser la mission de transmission patrimoniale de la bibliothèque. Il s’agit de rendre accessible au plus grand nombre les chefs-d’œuvre de la bibliothèque et de sortir le patrimoine livresque de son cadre d’érudition afin de susciter un dialogue et plusieurs regards sur les objets exposés. La réflexion sur le rôle des dispositifs numériques autour du livre a d’abord pris comme cadre d’observation les quelques musées qui disposent d’expositions permanentes consacrées au livre alors que l’on rencontre majoritairement des expositions temporaires.

Exposer l’objet-livre dans un environnement statique relève d’une gageure car le livre nécessite d’être manipulé et parcouru pour être saisi dans toute sa réalité. Le livre est également parcouru de textures et de matières différentes, d’où l’importance de mettre au premier plan la valeur matérielle de l’objet. L’organisation de la visite va ainsi reposer sur la création d’un parcours, suivant une approce didactique qui privilégiera la recréation de l’expérience de manipulation de l’objet. Pour cela, le recours à grands diaporamas, à un arrière-fond sonore et à l’évocation du grain du papier contribueront à mettre en avant la sensibilité de l’objet livre. Le sens du toucher est donc primordial puisque cela permet au dispositif numérique d’avoir une approche vivante et émotionnelle.

Équiper le musée d’un dispositif numérique a ainsi contribué à créer une boucle entre le passé et le présent afin d’ancrer la réflexion dans l’actualité. L’utilisation de nouveaux canaux d’information par le biais du numérique permet ainsi de développer de nouvelles manières d’accéder aux livres en conservant toujours un lien avec l’expérience la plus sensorielle de la découverte.

Ainsi, le numérique offre des informations supplémentaires sur une œuvre par le biais de dispositifs interactifs. Ces dispositifs permettent aux visiteurs d’interagir avec les expositions en utilisant des écrans tactiles, des projections interactives, des jeux vidéo ou des installations multimédias. Cela peut rendre le parcours plus engageant et encourager les visiteurs à explorer davantage. Les dispositifs de son et lumière contribuent à créer des ambiances particulières.

Image mise en avant : colmar tourisme



Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2023, 24 mai). Journées EVEille 2023 J3 : “Médiation numérique et accès sensible aux fonds exposés de la Bibliothèque des Dominicains” Eveille. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omn7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.