Réflexions sur les dispositifs numériques en parallèle des journées EVEille 2023 : l’implantation du dispositif Microfolie à la Filature à Strasbourg

Présentée par Edwige Springer, attachée aux relations avec le public à la Filature et Marine Buttiegieg, médiatrice des Espaces partagés et de l’Audiovisuel.

Compte rendu rédigé par Dorine Zadi et Hajar El Aroui, master Lettres et CLE, université de Haute-Alsace, 2023.

Edwige Springer, responsable des relations avec les publics, présente l’espace de la Filature et l’importance accordé à la médiation culturelle et notamment au spectacle vivant et à l’art visuel. La Filature a obtenu le label “scène nationale” qui encadre le travail de la médiation culturelle en mettant l’accent sur l’accompagnement des spectateurs : la pluridisciplinarité, le soutien à la création contemporaine et la démocratisation et la médiation culturelle.

Marine Buttiegieg, responsable des espaces partagés de la Filature, présente l’introduction du dispositif Micro-folie à la Filature. La filature fonctionne comme un atelier pédagogique et un centre d’accompagnement d’appui à la recherche et aux projets. Toute personne ayant un projet peut se faire aider dans le domaine de l’art du spectacle vivant. Le rôle du dispositif Micro-folie est de présenter certaines œuvres d’art en les intégrant dans des catalogues de documents classés suivant différentes catégories, que l’on peut convoquer en créant des playlists mises à disposition des spectateurs. Des tablettes éducatives sont prêtées pour une utilisation par tout types de publics. Les visiteurs sont encouragés à la découverte avec les outils comme la micro-folie et le grand écran avec lequel ils peuvent utiliser ces tablettes.

La présentation du dispositif a donné lieu à une réflexion sur le geste même de la numérisation de bonne qualité et ses différentes contraintes, à partir des documents qui ont été montrés, parmi d’autres, aux étudiants. Certains documents exigent une numérisation de très haute qualité avec un éclairage parfait afin d’assurer la bonne récupération de la matière, du contraste et permettre alors une meilleure lecture du document. Le rendu de certains objets est particulièrement complexe à obtenir. L’exemple est pris d’un bijou en crocodile du peuple Akan, originaire de la Côte D’ivoire. La numérisation a beaucoup de mal à rendre compte de la couleur et de la texture du bijou. Même la numérisation 3D ne parvient pas à restituer la question du toucher qui fait partie intégrante de la prise en considération du volume d’un objet. Ainsi, les collections proposées par le dispositif Micro-Folie permettent un premier contact avec certaines œuvres mais elles ont surtout pour mission de susciter la curiosité et d’inciter les utilisateurs à se rendre eux-mêmes dans les musées où les œuvres sont exposées.

Marine et Edwige l’ont bien souligné, la première étape pour rendre la numérisation possible est de mettre en place l’ambiance au sein du public ou de la population et l’équipement nécessaires pour les chercheurs, les étudiants mais aussi les enfants, qui constituent aussi les visiteurs de demain.



Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2023, 25 mai). Réflexions sur les dispositifs numériques en parallèle des journées EVEille 2023 : l’implantation du dispositif Microfolie à la Filature à Strasbourg. Eveille. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omnb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.