Les données de la recherche : définitions

synthèse rédigée par Pauline Leplongeon, mise en ligne par Stella Mulas, stagiaires sur le projet EVEille en 2022 et 2023

OCDE : définition la plus courante

La définition de l’OCDE reprend en grande partie celle de l’Office of Management and Budget du gouvernement américain.
Selon l’ODCE

“les données de la recherche sont définies comme des enregistrements factuels (chiffres, textes, images et son), qui sont utilisés comme sources principales pour la recherche scientifique et sont généralement reconnus par la communauté scientifique comme nécessaires pour valider des résultats de recherche. Un ensemble de données de recherche constitue une représentation systématique et partielle du sujet faisant l’objet de la recherche.
Ce terme ne s’applique pas aux éléments suivants : carnets de laboratoire, analyses préliminaires et projets de documents scientifiques, programmes de travaux futurs, examens par les pairs, communications personnelles avec des collègues et objets matériels (par exemple, les échantillons de laboratoire, les souches bactériennes et les animaux de laboratoires tels que les souris). L’accès à tous ces produits ou résultats de la recherche est régi par d’autres considérations que celles abordées ici.”

Analyses et critiques de la définition de l’OCDE

La définition de l’OCDE, enrichit le concept de donnée comme matériel brut sur quatre points :

  • L’enregistrement est un préalable qui agit comme équivalent de la fixation matérielle d’une idée sur un support comme préalable de la reconnaissance et de la protection d’une oeuvre de l’esprit.
  • La nature factuelle, malgré la grande diversité des données, peut être supposée.
  • Le lien avec la communauté scientifique : une donnée est ce qui est acceptée par un groupe de chercheur comme telle.
  • La finalité : les données ont une fonction dans le processus scientifique, notamment pour la validation des hypothèses et des résultats.

(Source : J. Schöpfel, E. Kergosien, H. Prost, 2017)

L’ensemble des documents ou enregistrements produits par les chercheurs ne sont pas des données de la recherche puisque les données de types gestionnaires et managériales sont écartées de la définition de l’OCDE. L’approche archivistique n’est pas retenue dans cette définition.
Les données peuvent être produites en dehors du processus de recherche.
La définition de l’OCDE ne clôt pas la question de la nature et du périmètre des données, très dépendants du cadre disciplinaire.
Deux tendances caractérisent les données de la recherche : elles sont de plus en plus numériques/numérisées et de plus en plus massives.

(Source : Thierry Fournier, 2014)

Définition de la donnée par rapport au fait

“Quand on prouve qu’un fait est faux, il cesse d’être un fait. Une donnée fausse, en revanche, n’en demeure pas moins une donnée.”

(Source : Daniel Rosenberg, 2013, cité et traduit par. V. Rebouillat, 2019)

Pour Simon Chignard,

une donnée est “un fait brut, qui n’est pas – encore – interprété.”

(Source : Simon Chignard, 2012)

Définitions de la donnée par rapport à l’information et à la connaissance

La définition d’un informaticien :

“Une donnée est une description élémentaire, typiquement numérique pour nous, d’une réalité. C’est par exemple une observation ou une mesure.
À partir de données collectées, de l’information est obtenue en organisant ces donnée, en les structurant pour en dégager du sens.
En comprenant le sens de l’information, nous aboutissons à des connaissances, c’est-à-dire à des “faits” considérés comme vrais dans l’univers du locuteur, et à des “lois” (des règles logiques) de cet univers”.
Exemple développé :

“Des mesures de température relevés chaque jour dans une station météo, ce sont des données. Une courbe donnant l’évolution dans le temps de la température moyenne dans un lieu, c’est une information. Le fait que la température sur la terre augmente en fonction de l’activité humaine, c’est une connaissance.”

(Source : Serge Abiteboul, 2012)

La définition d’un philosophe :

“J’ai sur mon bureau un livre consacré aux habitudes de voyage des gens de Stockholm, que je n’ai pas encore lu – autrement dit, j’ai accès à de l’information sur la question, mais non à du savoir ; si je lis cet ouvrage, cette information aboutira probablement à du savoir, mais cette transformation de l’information en savoir ne se produira que si je comprends ladite information de manière à l’assimiler en l’intégrant à mon système de croyances : si j’en apprends le texte par coeur, sans le comprendre, je possède de l’information, mais pas de savoir sur la question.
Les données diffèrent de l’information en ce qu’elles n’ont pas à se présenter sous une forme qui se prête à l’assimilation. Si au lieu de l’ouvrage en question, j’avais sur mon bureau les dix mille questionnaires sur lesquels il repose, j’aurais des données au lieu d’information. En résumé, il faut que les données soient assimilables pour pouvoir constituer de l’information et qu’elles soient assimilées pour pouvoir constituer du savoir.”

(Source : Sven Ove Hansson, 2002)

La définition d’un spécialiste des sciences de l’information :

L’information peut être un processus, l’action d’informer, de communiquer.
L’information en tant que connaissance correspond au contenu de ce qui est communiqué. Elle est intangible et nécessite une représentation physique pour être communiquée.
Cette représentation c’est la donnée. La donnée c’est aussi l’information “as thing”, en tant que chose.
La donnée est informative. Mais, elle est informative selon la question que se pose celui qui l’observe et son degré d’expertise. Donc la donnée est une preuve situationnelle ou circonstantielle.

(Source : Michael K. Buckland, 1991 dans V. Rebouillat, 2019)

Définition de la donnée en fonction du processus de recherche

Il n’existe pas de donnée en soi.
C’est le chercheur qui détermine ce qu’est une donnée à partir du moment où il envisage une entité comme pouvant être utilisée en tant que preuve dans un développement scientifique.

“La représentation d’une observation, d’un objet ou de tout autre entité devient une donnée de recherche dès lors qu’elle est utilisée comme preuve d’un phénomène, à des fins scientifiques”.

(Source : Christine L. Borgman (2015) dans V. Rebouillat (2019))

Les données sont portables, elles sont communicables. Cette portabilité est nécessaire à leur caractérisation comme preuve.

(Source : Sabina Leonellli, 2015, dans V. Rebouillat, 2019)

Sources & ressources

  • Abiteboul (Serge), Sciences des données : de la logique du premier ordre à la Toile : leçon inaugurale prononcée le jeudi 8 mars 2012, Paris, Collègue de France, 2012.
    Lien
  • André (Francis), “Déluge des données de la recherche ? Petit manuel d’immersion. Curation, infrastructures et partage”, dans Calderan (Lisette), Laurent (Pascale), Lowinger (Hélène) et al. (sous la dir.), Big Data. Nouvelles partitions de l’information. Actes du séminaire IST Inria, octobre 2014, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, “Information et stratégie”, 2014, pp. 77-95.
    Lien
  • Borgman (Christine L.), Big Data, Little Data, no Data: Scholarship in the networked World, Cambridge MA, The MIT Press, 2015, p. 28.
  • Buckland (Michael K.), “Information as thing”, dans Journal of the American Society for Information Science, 42 (5), 1991, pp. 351-360.
    [Lien : https://doi.org/10.1002/(SICI)1097-4571(199106)42:5<351::AID-ASI5>3.0.CO;2-3)]
  • Chignard (Simon), Open Data : comprendre l’ouverture des données publiques, Limoges, FYP éditions, 2012.
  • Fournier (Thierry), “Les données de la recherche : définition et enjeux”, dans Arabesques, 73, 2014.
    Lien
  • Hansson (Sven Ove), “Les incertitudes de la société du savoir”, dans Revue internationale des sciences sociales, 171 (1), 2002, pp. 43-51.
    Lien
  • Leonelli (Sabina), “What counts as Scientific Data? A Relational Framework”, dans Philosophy of Science, 82 (5), 2015, pp. 810-821.
  • OCDE, Principes et lignes directrices pour l’accès aux données de la recherche financées sur fonds publics, Paris, éd. de l’OCDE, 2007, p. 18.
    Lien
  • Rebouillat (Violaine), Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs. Sciences de l’information et de la communication, Conservatoire national des Arts et Métiers – CNAM, 2019.
    Lien
  • Rosenberg (Daniel), “Data before the Fact”, dans Gitelman (Lisa), Raw Data is an Oxymoron, Cambridge, MIT Press, 2013, pp. 15-40.
    Lien
  • Schöpfel (Joachim), Kergosien (Eric), Prost (Hélène), “Pour commencer, pourriez-vous définir ‘données de la recherche’ ?” Une tentative de réponse. Atelier VADOR : Valorisation et Analyse des Données de la Recherche, INFORSID 2017, Toulouse, mai 2017. Lien


Citer ce billet
Équipe EVEille (2023, 24 juin). Les données de la recherche : définitions. Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omnf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.