La pérennisation des données

synthèse rédigée par Pauline Leplongeon, mise en ligne par Stella Mulas, stagiaires sur le projet EVEille en 2022 et 2023

Définition

A la place du terme pérennisation, c’est souvent l’adjectif “pérenne” que l’on rencontre dans des expressions comme “archivage pérenne”, ou “identifiant pérenne”.
La pérennisation c’est donc le processus qui rend pérenne un élément. Un élément pérenne est un élément dont la conservation à long terme, l’accessibilité et l’intelligibilité sont assurées, autant de mission dévolues aux services d’archives. Ainsi, archivage et pérennité ou pérennisation sont des concepts fortement liés.

Pourquoi pérenniser les données de la recherche ?

  • pour favoriser la reproductibilité de la recherche et de ses résultats.
  • pour s’inscrire dans une démarche de recherche respectant les principes FAIR et ceux de la science ouverte [voir ci-après].
  • pour favoriser la réutilisation des données et inscrire la recherche dans une démarche écosophique qui s’oppose à la consommation à “usage unique” des données mais promeut au contraire, leur “recyclage”.
  • pour rentabiliser la recherche qui peut être coûteuse en temps et en argent.
  • pour favoriser les collaborations car l’auteur des données est facilement identifiable.

La science ouverte et les principes FAIR

La science ouverte entend rendre plus aisé l’accès aux résultats et aux données de la recherche.
En France, on peut faire remonter les prémices de la science ouverte à la loi dite CADA de 1878 qui rend libre l’accès aux documents administratifs et la réutilisation des informations publiques.
Depuis le début des années 2000 et la Déclaration de Budapest, le mouvement pour la science ouverte prend de l’ampleur au sein des institutions notamment gouvernementales ainsi qu’au sein de la communauté internationale des enseignants-chercheurs.
En 2015, la loi dite Valter règle la gratuité d’accès et de réutilisation des données publiques ainsi que les modalités de réutilisation. Cette loi introduit le principe de “données de la recherche”.
En 2016, la loi pour une république numérique, dite loi Lemaire, établit “un principe d’ouverture des données publiques par défaut” ainsi qu’un “principe de libre utilisation des données scientifiques”.
(Source, Inist-CNRS, Les lois pour l’Open Data)
En 2018, est lancé en France le Plan national pour la science ouverte qui propose trois axes stratégiques pour favoriser le libre accès des résultats et des données de la recherche française. Ainsi, il prévoit l’accès ouvert obligatoire pour les publications et les données de recherches financées sur fonds publics. De même, les principes FAIR devront être appliqués aux données et les politiques en faveur de la science ouverte sont encouragées dans les institutions de recherche.
Il est suivi la même année par le Plan S qui entend qu’

“Après le 1er janvier 2021, les publications scientifiques sur les résultats de la recherche financée sur fonds publics accordés par des agences de recherche ou des organismes de financement nationaux ou européens, doivent être publiées dans des revues ou sur des plateformes en accès libre.”

(source : Plan S, septembre 2018).

Depuis 2021, un deuxième Plan National pour la Science Ouverte existe. Il

« étend son périmètre aux codes sources issus de la recherche, il structure les actions en faveur de l’ouverture ou du partage des données à travers la création de la plateforme Recherche Data Gouv, il multiplie les leviers de transformation afin de généraliser les pratiques de science ouverte et il en présente des déclinaisons disciplinaires et thématiques.»

(Source : Deuxième plan pour la science ouverte, site Ouvrir la science, juillet 2021)

Les principes FAIR s’inscrivent dans le mouvement de la science ouverte, ils visent à rendre les résultats et les données de la recherche :

  • trouvables (Find)
  • accessibles (Accesible)
  • Interopérables (Interoperable)
  • Réutilisables (Reusable)

Pour cela, les principes FAIR s’appuient sur les processus d’automatisation que fournissent les machines : métadonnées, identifiants pérennes, protocoles et standards, etc.

Sources & ressources

  • Consortium Couperin, Le site couperin de la science ouverte en France. Lien
  • Déclaration de Budapest, 14 février 2002. Lien
  • Deuxième plan pour la science ouverte, juillet 2021. lien, accès au document
  • Inist-CNRS, Les lois pour l’Open Data, DoRANum, mis à jour le 5 juillet 2018. Lien
  • Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public et diverses dispositions d’ordre administratif, social et fiscal – Version consolidée au 10 mai 2017. Lien
  • Loi n° 2015-1779 du 28 décembre 2015 relative à la gratuité et aux modalités de la réutilisation des informations du secteur public. Lien
  • Loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique. Lien
  • Plan national pour la science ouverte, juillet 2018. Lien
  • Plan S, septembre 2018. Lien
  • ROARMAP : Registry of Open Access Repository Mandates and Policies.
  • Urfist Méditerrannée, Les principes FAIR, 4 décembre 2019. Lien,
    DOI : 10.13143/Z7S6-ED26.
  • Groupe de travail Atelier Données, Guide de bonnes pratiques sur la gestion des données de la recherche, 8 décembre 2021. Lien


Citer ce billet
Équipe EVEille (2023, 24 juin). La pérennisation des données. Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omnh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.