Concevoir son projet de recherche avec une carte mentale

La carte mentale, de l’état des lieux de la réflexion aux archives du projet de recherche

La conduite d’un projet de recherche ne suit pas un cheminement unique qui se déroulerait linéairement. Une part importante, et tout à fait légitime, doit être faite à la découverte fortuite, à l’intuition, à l’exploration des périphéries, à la fréquentation de voies déjà bien connues comme de sentiers encore vierges. Il peut être intéressant de revenir régulièrement à un état des lieux du parcours engagé, dans ses diverses voies simultanément, afin d’avoir en tête les évolutions du périmètre des recherches explorées. A cette fin, le recours à une carte mentale peut s’avérer  efficace. Cette opération nécessite en effet de mettre à plat les données, documents, intentions, idées, perspectives que l’on a identifiés dans un premier temps et qui peuvent se présenter de manière désordonnée. 

D’abord esquissée au crayon sur une feuille de papier puis enrichie et stabilisée avec un logiciel de mind mapping, la carte mentale de votre projet peut avoir une dimension évolutive. Il est alors intéressant d’enregistrer les versions successives pour constituer une archive du projet. L’élaboration régulière d’états des lieux de ces différents matériaux,  recensés et présentés de manière plus méthodique, permet alors de conserver les différentes étapes du projet comme des archives qui permettront de suivre les évolutions et infléchissements du projet. Cela pourra être utile lors de la rédaction du projet, pour justifier des choix faits aux différentes étapes de la réflexion.

Circuler dans les idées

Si la carte mentale présente l’intérêt de mettre à plat l’ensemble des idées, ressources et de les articuler (donc de formuler clairement la nature de ces relations), elle invite aussi à des gestes matériels qui engagent à l’arrière-plan des gestes intellectuels : réorganiser les idées, les hiérarchiser, circuler entre les espaces de réflexion. Le geste, surtout, de plier et déplier des sous-sujets, permet de regarder autrement la conduite de la réflexion, en synthétisant ou au contraire en développant les idées. L’intérêt de la carte mentale réside donc non seulement dans sa constitution, son enrichissement et son réagencement régulier, mais également sa manipulation : zoomer / dézoomer, passer d’une carte à l’autre, de la carte principale à des cartes secondaires, pour s’immerger dans un espace de questionnement puis revenir à la structuration d’ensemble. Une telle présentation s’apparente d’une certaine manière au logiciel de présentation Prezi.

En guise d’introduction aux cartes mentales, voir cette vidéo de Denis Parade, intervenant à l’Urfist. Voir également cette ressource élaborée par l’Urfist de Paris.

Pour quelques exemples de logiciels dont la version d’essai gratuite est intéressante, voir Xmind et Maps of Mind. Sur ce dernier, voir la présentation sur le site Outils Tice.

Pour un outil de structuration de la pensée lors de la rédaction, voir l’outil Thought Plan. Sur ce dernier, voir la présentation du site Outils Tice.

Pour un comparatif de 15 outils de mind-mapping, voir le blog du Webdesign.

Image mise en avant : Création de John Hain.



Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2020, 26 novembre). Concevoir son projet de recherche avec une carte mentale. Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.