plusieurs appareils photos

[Ressources] Séance 2 “Texte, image, audio, vidéo : quel(ls) contenu(s)”

Ce billet a été composé à quatre mains avec Yanet Hernández, stagiaire en ressource numérique du projet EVEille (Master 2 Rare Books and Digital Humanities, Université de Franche-Comté).

Média(tion) scientifique

La séance du 03 février 2022 de l’atelier sur le blogging et la vulgarisation scientifiques sera l’occasion de réfléchir ensemble aux médias que peuvent diffuser (ou commenter) les carnetier·e·s. 

On le devine, le texte est une forme privilégiée de la médiation scientifique ; il est aussi la matière première de nombreux chercheurs. Mais en termes de vulgarisation, une variété des contenus comme des médiums est souvent indispensable à l’apport d’un éclairage pluriel sur les thématiques abordées. 

De plus, les carnets sont pour beaucoup d’auteurs des bacs à sable où expérimenter des méthodes et formes nouvelles. Nous avons déjà souligné lors de la première séance la grande liberté que propose l’activité de blogging par rapport aux circuits traditionnels de la diffusion des recherches universitaires. Si cela influe sur le style du carnetiers, et donc sur le ton du chercheur, c’est aussi un espace d’innovations formelles où exposer des contenus autrement écartés par la matérialité et l’économie du support papier (photos, notes, schémas, listes, etc.). L’intégration de contenus embarqués joue sur la complémentarité entre différentes ressources – texte, image, vidéo, audio – et permet la création d’une expérience de consultation riche et originale pour un lectorat curieux et parfois non-spécialiste.

Droit à l’erreur

Dans un carnet de recherche, un droit à l’expérimentation, et donc à l’erreur, existe1. Les balbutiements scientifiques sont une chose, l’écueil numérique en est une autre. Alors que le partage des ressources textuelles a atteint une stabilité permettant d’espérer une certaine pérennité des ressources numériques écrites2, il en va autrement de nombreux autres types de contenus. La facilité d’import des images (et leurs formats — libre pour le jpeg et semi propriétaire pour le pdf) encourage à diffuser des contenus graphiques qui pourtant sont soumis à des contraintes de téléchargement, de résolutions et de dimensions. Les vidéos et les sons, plus lourds, sont souvent entreposés ailleurs et appelés dans un billet, ce qui complique considérablement la manœuvre. Et que dire des contenus nécessitant une intégration par des balises <iframe> ou <embed> (cartes interactives, frises chronologiques, arbres décisionnels, etc.), produits par des services extérieurs, certes gratuits, souvent simples d’utilisation et user friendly, mais soumis aux aléas des sites hôtes3.

Dans le cadre d’une production scientifique traditionnelle, diffusée à un instant i et ensuite citable pour les paires, contemporains et ceux des générations suivantes, ces écueils numériques posent problème, sinon question. Est-ce pour autant une raison de se montrer hostiles vis-à-vis de ces pratiques ? 

Il me semble que l’espace du carnet offre l’opportunité d’une constante reprise, mise à jour, correction des contenus. Les modifications, augmentations et suppressions sont garanties aux carnetier·e·s et donnent une grande plasticité à la forme des recherches exposées. Par conséquent, les technologies utilisées peuvent être éprouvées, mûrir dans cet espace de gestation de la pensée avant d’intégrer (peut-être) un jour, les pratiques de recherches, dites académiques.

Par ailleurs, la diffusion de contenus complexes demande une formation adéquate. Sur le plan technique, il est déjà possible, sous réserve de moyens et de compétences initiales, de générer en ligne des cartographies numériques interactives, des visualisateurs de réseaux de données, (etc.) le tout sous une forme pérenne, interopérable, Fair en somme. Mais ces réalisations ne sont pour l’heure pas à la portée d’un grand nombre de chercheurs. Ces dernières années, des services en ligne démocratisent ces outils et, même s’ils ne sont pas parfaits, ils peuvent constituer une étape intermédiaire intéressante. Celle-ci permet la production de premiers résultats, éprouve l’intérêt d’hypothèses de recherche, et sert de jalon dans le parcours d’apprentissage du chercheur vers des outils plus performants.

Au programme de la séance

15h20 : initiation au markdown | découverte de Zettlr, Yaml, Better Bibtex et Pandoc 
Objectif : Quelques pistes pour écrire (et préparer) autrement les billets en amont de la publication sur un carnet.

À l’occasion de chaque atelier, nous consulterons quelques carnets de recherche et échangerons avec leur rédacteur sur la thématique de la séance. Ce jeudi, nous aurons le plaisir de visiter les carnets de Benoît Roux et Luis Velasco-Pufleau.

Au-delà des seuls carnets, la vulgarisation scientifique emprunte depuis quelques années d’autres sentiers, comme la bande dessinée ou les podcasts. C’est avec Nicolas Charles et Anna Fouqué-Legros que nous explorerons ces médiums.

Partage du lien de connexion après inscription (contact : projet-eveille@uha.fr)

NB : Ce billet est amené à s’enrichir, à bientôt pour la suite !

PhoPhoto by Alexander Andrews on Unsplash



Citer ce billet
Marine Parra (2022, 1 février). [Ressources] Séance 2 “Texte, image, audio, vidéo : quel(ls) contenu(s)” Eveille. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omli

  1. De fait, il existe dans toutes les formes de diffusion de la recherche et c’est même un mécanisme vertueux, comme le souligne par exemple le témoignage de Ben de Haas dans “What my retraction taught me”, Nature, 19 janvier 2021. En ligne <10.1038/d41586-021-00073-4>. Consulté le 1er février 2022. []
  2. Notre recul sur les langages html et xml — bien qu’il ne soit en rien comparable à celui que nous pouvons avoir sur les manuscrits sur vélin — est désormais vecteur de confiance. []
  3. j’ai ainsi perdu une frise chronologique de mon corpus de thèse, il y a quelques mois. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.