Markdown, se réapproprier ses outils d’écriture

Ce billet a été complètement remanié en janvier 2023. Son contenu n’a pas été supprimé, mais redistribué et augmenté dans plusieurs billets-ressources à l’occasion de l’atelier sur les écritures multisupports. Ces textes sont amenés à évoluer et à s’enrichir au fil des séances de l’atelier et de nos expérimentations1.

Nos savoir-faire en matière d’écriture académique semblent encore trop souvent conditionnés par nos seuls parcours de formation ou notre inscription dans un champ disciplinaire. Pourtant, comme le résument Alexandre Hobeika et Florent Bédécarrats, “l’édition scientifique fait aujourd’hui face à plusieurs transformations : réduction des budgets et des “personnels de renfort” éditoriaux, transition des supports vers le numérique, et crise de la reproductibilité des résultats2”. Chacune d’entre elles, par les conséquences qu’elle porte sur les auteur·rice·s, conduit à interroger nos pratiques et nos outils d’écriture.

En l’occurrence, l’emprise des outils et des formats propriétaires — Microsoft Word en tête — sur les textes en sciences humaines et sociales constitue un point d’achoppement majeur dans les débats qui animent la communauté depuis les années 1990. Aux obstacles techniques qui entravent la libre circulation entre nos productions (i.e. les échanges de données entre individus et les passages d’un système d’exploitation à un autre, d’un support à un autre), s’ajoute un modèle économique de plus en plus prédateur : l’usager doit désormais s’acquitter d’un abonnement pour avoir accès à ses propres données, sans garantie aucune sur la pérennité de ce service.

Plus encore, avec la cohabitation durable entre papier et numérique, c’est le paradigme même du traitement de texte — hérité de l’imprimé — qui doit être remis en question. Ainsi, les logiciels de traitement de texte, aussi puissants et polyvalents soient-ils, demeurent par essence inadaptés à la production web, au point que les initiatives du libre (OpenOffice, Libre Office, etc.), qui auraient d’abord pu apparaître comme une alternative aux outils et aux formats propriétaires, n’en sont finalement pas une. Sur le chemin de leur éditorialisation, les étapes (souvent multiples) de mise en forme et les divers copier-coller rendent les textes lourds, peu maniables, difficiles à interroger et à convertir. Le formatage, recommencé par chaque instance de la chaîne de partage des connaissances (auteur·rice·s, co-auteur·rice·s, reviewers, éditeur·rice·s, imprimeur·e·s), constitue une débauche de temps et d’énergie.

Dans cet environnement en constante évolution, le Markdown constitue un compromis au modèle du traitement de texte, sans pour autant le remplacer totalement. Ce langage de balisage dit léger permet de structurer simplement et rapidement un document pour un rendu intelligible à la fois pour l’homme et pour la machine. Le Markdown, qui ne dépend d’aucune solution logicielle propriétaire, peut être produit sur n’importe quel éditeur de texte brut. Il se concentre sur l’essentiel, tant en matière de lecture que d’écriture, grâce à l’utilisation économe de balises familières à toute personne ayant déjà approché un clavier d’ordinateur (#, -, *, =). Il est par conséquent simple à maîtriser et libère l’auteur·rice de son outil.

La maniabilité des textes en Markdown permet de circuler de façon plus fluide dans sa production écrite et de la mobiliser au fil de différents contextes de recherche (communications scientifiques, articles de recherche, notes, supports de cours, etc.). Le temps de traitement et le travail de mise en forme des textes ainsi produits sont de ce fait rationalisés. L’ensemble de ces étapes constitue un écosystème de travail global et intégré.

Partant de notre propre expérience, nous avons réuni ici quelques clefs de compréhension pratiques et théoriques pour aider celles et ceux qui souhaiteraient migrer vers un environnement de production des savoirs centré sur le Markdown :

Cite this article as: Marine Parra et Benoît Roux, "Markdown, se réapproprier ses outils d’écriture," in Eveille, 03/02/2022, https://eveille.hypotheses.org/975.
  1. Un grand merci à Anne Réach-Ngô, Régis Witz, Pierre Willaime, Romane Marlhoux, Michela Lagnena, Marie-Lou Solbach et Yanet Hernández pour les échanges avant et pendant l’atelier []
  2. Alexandre Hobeika et Florent Bédécarrats, « Une alternative à Word : écrire en RMarkdown », Data Sciences Sociales [en ligne], 25 février 2017. Consulté le 24 janvier 2023. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.