Atelier de recherche “Écosophie du numérique”

Dans la lignée des remises en question que ne manquent pas d’occasionner à chaque fois les révolutions techniques, et notamment médiologiques, des débats se sont engagés ces dernières années, dans la société civile, sur les dangers de la « numérisation du monde », en matière d’impact cognitif, pédagogique et sociétal (notamment Citton, 2010 ; Carr, 2011 ; Stiegler, 2012 ; Rouvroy et Stiegler, 2015 ; Desmurget, 2019 ; Citton, 2021), tout comme en matière d’impact politique et écologique (entre autres Flipo, Debré et Michot, 2013 ; Bihouix, 2021 ; Flipo, 2021). Cette « numérisation » a également eu lieu au sein de la communauté scientifique des SHS, notamment avec le développement des Humanités numériques. Mais les mises en garde et alertes concernant la « numérisation du monde » ne semblent pas avoir eu de retentissements immédiats, à proprement parler, en matière de méthodologie de la recherche.

Il est pourtant admis que les modes de questionnement et les méthodes de recherche se sont transformés en profondeur avec le développement de l’outillage informatique et l’évolution des pratiques documentaires. Si certains déplacements d’accent ont fait l’objet d’une démarche critique et ont donné lieu à analyse (Moretti, Dobenesque, Jeanpierre, 2008 ; Moretti, 2016 ; Hayles, Degoutin, Citton, 2016), la plupart des transformations engagées dans la communauté des chercheur.e.s – soutenus voire exigées par des impératifs institutionnels – n’ont pour autant pas été documentées, parfois même objectivées ou conscientisées. Plus encore, la question des limites voire des dangers d’une telle utilisation du numérique dans le champ de la recherche n’a pas fait l’objet d’une réflexion critique de fond.

C’est à cette question que sera consacré l’Atelier de recherche “Écosophie du numérique”, à la suite des Journées EVEille 2022 consacrées à la notion d’”Écosophie du numérique : mettre en œuvre les principes FAIR(e)“. Ces journées ont introduit une première réflexion sur les soubassements éthiques et écologiques des transformations à l’œuvre dans les champs disciplinaires rassemblés sous l’étiquette d’“Humanités”. En posant la nécessité d’une exigence écosophique, a notamment été questionnée la mise en œuvre réelles des principes FAIR (que les données soient « Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables, Réutilisables ») forgés pour inciter et aider les chercheur.e.s et ingénieur.e.s à œuvrer en faveur de la “Science Ouverte”. Les présentations et retours d’expériences, les échanges sur les institutions, les chaînes de traitement comme les divers outils et méthodes ont rappelé combien l’épreuve du réel invitait à prendre en compte de réelles difficultés à passer du principe à la pratique. Les diverses interventions ont mis en valeur des initiatives concrètes, aux premiers résultats significatifs, pour mettre en œuvre l’indexation des données de la recherche, permettre la reproductibilité et la réutilisation des résultats, documenter le travail et partager la documentation pour que l’intéropérabilité des logiciels ne reste pas un cahier des charges en amont mais engage une réelle mise en commun des données dans les pratiques de recherche à venir. Mais les journées 2022 ont surtout conduit à conclure qu’il reste beaucoup à faire et que les préoccupations du FAIR ne viennent pas pour autant réduire les dangers de la fracture numérique, frein préalable à une véritable portée de l’ouverture des données.

Proposer une réflexion écosophique sur les pratiques du numérique en SHS revient ainsi à repartir des fondements de la pratique informatique appliquée aux Humanités pour s’interroger sur leur bien-fondés et sur les modalités “humaines” d'”habiter” le numérique, selon l’étymologie d’écosophie. Selon Félix Guattari, l’« écosophie » désigne « l’articulation éthico-politique entre les trois registres écologiques, celui de l’environnement, celui des rapports sociaux et celui de la subjectivité humaine » (Guattari, 1989, p. 12-13). Dans un article sur « la décroissance, une pensée antimoderne » (Flipo, 2015, p. 76), publié dans la revue Chimères consacré à l’écosophie de Guattari, Fabrice Flipo souligne les limites d’une telle réflexion qui continue de s’inscrire dans une démarche productiviste, puisque Guattari préconise selon lui « d’apprivoiser notre destin technologique, pas d’en infléchir la direction ». Yves Citton, quant à lui, rappelle l’engagement que nécessite une telle prise de conscience. La préoccupation écosophique vise à « promouvoir de nouvelles pratiques (de ralentissement, de circuits courts, de mise en commun des savoirs et de la créativité, de décroissance, de nouvelles formes de production et de consommation ») qui permettent de « revaloriser les liens qui nous attachent les uns aux autres ainsi qu’à notre environnement » (Citton 2014, p. 156). Ces réflexions, parmi bien autres qu’il s’agira d’explorer, offrent des entrées intéressantes, à approfondir, confronter, réinterroger aujourd’hui, pour envisager la poursuite des travaux sur l'”écosophie du numérique”.


Pour ce faire, l’Atelier de recherche consacré en 2022-2023 à l’Écosophie du numérique entend développer, au sein du proje EVEille, un temps spécifique, dans le cadre d’un séminaire mensuel qui se tiendra en bi-modal, en présence, sur le site de la MISHA (Maison Interuniversitaire en Sciences Humaines – Alsace), et à distance, en visio-conférence. Le format de deux heures mensuelles, les jeudis de 16h à 18h, favorisera le temps de la réflexion, avant, pendant et après les rencontres. Celles-ci s’organiseront en trois temps : une présentation problématisée autour d’une notion centrale aux enjeux de l’écosophie du numérique, un retour sur les lectures menées par les participants pour nourrir la réflexion et une discussion sur les pratiques du numérique en SHS que de tels échanges peuvent conduire à mettre collectivement en œuvre, en relation avec des collectifs déjà existants ou des initiatives individuelles.

Programme

jeudi 6 octobre 2022, 16h-18h – présentation de Marcello Vitali-Rosati, “La matière qui pense : de Plotin à Livia Canestaro” (MISHA, salle de table ronde).

jeudi 17 novembre 2022, 16h-18h – table ronde organisée par Anne Réach-Ngô, Marc Chantreux et Arthur Pons, autour du “convivialisme numérique” et de la Convivialité d’Ivan Illich (MISHA, salle de table ronde).

jeudi 8 décembre 2022, 16h-18h – table ronde autour du “notebook et le monde qui va avec” animée par Raphaëlle Krummeich (MISHA, salle de visio).

mercredi 8 février 2023, 16h-18h – lecture et discussions autour du principe responsabilité

Prochaines dates à venir.

Pour participer aux échanges de cet atelier entre les séances, vous pouvez vous inscrire à la liste de diffusion : https://groupes.renater.fr/sympa/info/ecosophie-du-numerique

Pour toute question ou manifestation d’intérêt, contacter anne.reach-ngo /at/ uha.fr