Archives de catégorie : Analyse

Journées EVEille 2023 J3 : “MemoRekall : un outil pour la création d’un appareil critique des sources vidéo”

Présentée par Clarisse Bardiot, professeure en études théâtrales à l’université de Rennes 2, développeuse de Rekall et MemoRekall, historienne du théâtre contemporain, spécialiste des humanités numériques et des digital performance et Jacob Hart, chercheur post-doctorant sur MemoRekall.

Compte rendu rédigé par Camille Menzel-Varanda et Timothée Schmitt, master Lettres et CLE, Université de Haute-Alsace, 2023.

MemoRekall est d’une web-app gratuite et open source d’annotation vidéo, qui donne la possibilité d’expliquer plus facilement le contenu de vidéos, confère une aisance certaine afin de relier à une vidéo d’autres traces numériques – photos, audio, partitions, informations techniques, pages web, etc. Le logiciel permet d’annoter des vidéos à n’importe quel moment, pouvoir ajouter une note, un document ou une ressource en ligne et sous-titrer la vidéo, afin de documenter, analyser les processus de création et simplifier la reprise des œuvres. Une fois tout ceci accompli, une “capsule” peut être partagée, diffusée et intégrée à d’autres pages web. L’application est hébergée par l’infrastructure numérique de recherches Huma-Num. La SARL de développement et de services sur les logiciels libres Tétras Libre accompagne les développeurs.

Deux stratégies complémentaires contribuent à l’enrichissement de la vidéo initial dans ce logiciel : l’intra-documentaire qui permet d’annoter la vidéo et l’inter-documentaire externe, qui fait se connecter la vidéo à un corpus documentaire plus vaste. Initialement le projet visait le domaine des arts de la scène et du spectacle vivant dans le but d’expliquer et d’expliciter la captation de spectacles pour l’analyse et l’histoire du théâtre contemporain. Depuis cet environnement scientifique a étendu son champ d’application en passant des chercheurs en sciences humaines aux sphères universitaires, des artistes au monde institutionnel de la culture, des éditeurs aux enseignants du secondaire et du supérieur, afin de privilégier l’éducation aux médias et à l’information. Le logiciel précédent, Rekall, était moins facile d’accès et s’adressait plus spécifiquement aux professionnels.

Le projet MemoRekall passe maintenant dans une nouvelle phase de développement. Considérant que la vidéo ne suffit pas comme seul outil de travail, les responsables du projet ont estimé qu’il serait intéressant d’intégrer un réseau de documents multimodaux qui pourraient s’annoter les uns les autres et ouvriraient alors le champ à d’autres documents d’annotation. Les intervenants accompagnés des développeurs du SARL Tetras Libre ont œuvrés de concert afin d’améliorer l’application et fournir un prototype pour une nouvelle version du logiciel. Ce logiciel va s’implanter dans le monde des GLAM. Les orateurs sont impatients et enthousiastes de voir se concrétiser leurs espérances sur les nouvelles possibilités du site. Il va acquérir un format plus léger qui lui permettra de faire référence à des contenus de sources plus diverses, agrandir les collections de documents, redocumentariser le site. L’application devrait aussi être rendue compatible avec IIIF et pourrait évoluer vers un outil d’enrichissement de tous types de documents numériques.

Le système d’annotation numérique en lui-même permet, en littérature, d’enrichir le travail de recherche en liant des sources complémentaires, les rapports intertextuels potentiels, en ajoutant des éclaircissements sur les procédés littéraire ou les traductions de certains mots lorsqu’il s’agit de travailler sur des œuvres en ancien français, par exemple. Cela permet de concentrer les ressources, plutôt qu’à s’éparpiller, en mettant directement en lien la matière textuelle et l’analyse, le travail de recherche, et en rendant accessibles par la suite les textes à des non-spécialistes qui s’intéresseraient à ces ouvrages sans avoir le bagage de recherche nécessaire à ce type de corpus. Le travail de recherche en littérature peu également se faire sur de la vidéo, comme une captation de performance théâtrale ou une adaptation cinématographique. L’application peut aider, au moment de la recherche, à regrouper les informations sur la vidéo, de l’analyse de l’image aux parallèles entre les médias, etc. La question qui peut se poser concerne les limites de données à ajouter, ainsi que la possible illisibilité du document, une fois toutes les annotations faites, ainsi que le stockage de données. Bien que l’application, en créant une capsule, n’altère pas le document d’origine, la question se pose également de la possibilité, par exemple, de corriger les données une fois enregistrées dans la capsule, qui devient un nouveau document. Quoi qu’il en soit, ces questions cruciales en matière de réflexion documentaire, n’empêche pas dès maintenant un usage poussé de l’application sur des corpus littéraires et culturels et vient ainsi renouveler aussi bien les pratiques de travail que les résultats de la recherche en SHS.

Image mise en avant : Capsule réalisée par Clarisse Bardiot pour l’édition numérique de l’ouvrage La neige n’a pas de sens. Adrien M & Claire B, Valenciennes © Subjectile, 2016.

[Estrades-Eveille] Retour du premier séminaire de travail à Strasbourg les 18-20 mai 2022

Sous une vague de chaleur exceptionnelle, le premier séminaire Estrades-EVEille s’est déroulé du 18 au 20 mai 2022 à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme de Strasbourg (MISHA). Animées par Guillaume Porte, ingénieur d’études au laboratoire ARCHE de l’Université de Strasbourg, le groupe EVEille et le comité de pilotage d’Estrades, les journées du séminaire strasbourgeois ont été l’occasion de réflexions sur le positionnement des projets Estrades et EVEille, de retours d’expérience collectifs et individuels concernant les projets de jeunes chercheurs et de futurs doctorants, de travaux pratiques et d’expérimentation sur divers outils numériques.

Lancé par Guillaume Porte et soutenu par le comité de pilotage qui réunit des chercheurs et des ingénieurs de l’Université de Strasbourg, de l’Université de Haute Alsace et de la MISHA, le projet Estrades vise à développer, en avançant par paliers, un « pipeline » éditorial à géométrie variable, depuis l’acquisition des données jusqu’à leur diffusion et leur réutilisation, permettant ainsi de produire des éditions structurées, interrogeables, FAIR et publiées au format numérique et/ou papier1. Conçu sur le modèle développé par le Pôle Document Numérique de la MRSH de Caen (Métopes), le projet se propose de guider, d’accompagner, mais aussi d’engager les chercheurs et les doctorants des sites alsaciens dans l’ensemble des étapes et des interactions de la chaîne éditoriale, afin de créer une dynamique collective et d’engager une forme d’acculturation numérique des doctorants/chercheurs. Suivant cette perspective, les formations et manifestations du projet EVEille ont pour mission de favoriser le développement d’une culture numérique chez les étudiants, doctorants et enseignants-chercheurs, afin de contribuer, in fine, à l’implantation d’Estrades dans les formations et les pratiques de recherche développées dans les sites alsaciens intéressés, en partenariat avec la plate-forme PHuN et l’Ouvroir de la MISHA.

Le premier séminaire Estrades-EVEille s’est organisé autour de deux formations animées par Guillaume Porte sur les usages des langages XSLT, Xquery et XPath permettant d’interroger un document XML et de le transformer dans un autre document.

Le séminaire a aussi donné lieu à la présentation de plusieurs projets numériques en cours : le projet d’édition de carnets de bord du XVIIIe siècle ÆTeiCab (Marine Parra et Benoît Roux), le site d’édition critique numérique des lettres de Jean Calvin (Yanet Hernandez), le projet Pasquier amoureux ? (Michela Lagnena), le projet Trésor des bons esprits français (Anne Réach-Ngô).

  1. Voir les enregistrements de la session consacrée à Estrade aux journées EVEille 2022. []