Archives de catégorie : Bibliothèque numérique

Pasquier amoureux ?

Site public ouvert sur la plate-forme EMAN (Edition de Manuscrits et d’Archives Numériques) : Pasquier amoureux ?

Responsable du projet : Michela Lagnena (UHA, ILLE, doctorante à partir de septembre 2022)

Réalisé sur la plate-forme de publication EMAN (Édition de Manuscrits et d’Archives Numériques), le projet « Pasquier amoureux ? » s’inscrit dans le cadre du séminaire de recherche PREMAN 2020/2021, animé par Anne Réach-Ngô, maîtresse de conférences HDR à l’Université de Haute-Alsace, et Richard Walter, ingénieur de recherche au CNRS. S’adressant aux masterants, aux doctorants et aux chercheurs qui s’initient aux humanités numériques, le séminaire PREMAN 2020/2021 a guidé chaque participant dans la réalisation de son propre site de recherche, dans le but d’interroger les apports méthodologiques qui dérivent de l’élaboration d’une bibliothèque numérique de données. Plus précisément, ce séminaire a prévu une formation d’introduction aux enjeux de l’établissement, du traitement et de la publication/exploitation/valorisation de la recherche et un accompagnement personnalisé de chaque participant, suivant les problématiques propres à son objet de recherche et à ses perspectives d’éditorialisation. La réalisation du site « Pasquier amoureux ? » relève également des compétences acquises au sein du projet pédagogique « Tragiques Inventions » consacré aux usages du numérique dans l’enseignement des corpus littéraires de la Première Modernité. Ce projet a pris notamment naissance lors du séminaire d’Anne Réach-Ngô « Littérature de la Première Modernité et technologies numériques », tenu à l’Université Ca’ Foscari de Venise au deuxième semestre de l’année académique 2019-2020.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Pasquier-500x484.png.

Le site « Pasquier amoureux ? » – ouvert au public depuis le 12 avril 2022 (https://rouealivres.hypotheses.org/2419) – se présente comme un volet numérique qui complète le travail d’édition critique des Lettres amoureuses (1610) d’Étienne Pasquier, mené sous la direction de Magda Campanini (Université Ca’ Foscari, Venise), Anne Réach-Ngô (Université de Haute-Alsace) et Nathalie Dauvois (Université Sorbonne Nouvelle, Paris III) dans le cadre du Master européen en études françaises et francophones de l’Université Ca’ Foscari de Venise, en cotutelle avec l’Université Sorbonne Nouvelle.

Développé de septembre 2020 à mars 2022, le site « Pasquier amoureux » dessine le parcours éditorial des Lettres amoureuses d’Étienne Pasquier. Il se propose de mettre en avant les éditions qui font l’objet d’un intérêt particulier (l’édition princeps, la publication des lettres de Pasquier à l’intérieur des recueils de Girolam Parabosque et d’Étienne Du Tronchet, l’édition de 1610), en raison des transformations de l’œuvre qu’elles mettent en lumière et de la nature des recueils où les lettres d’amour de Pasquier paraissent. Ce projet a développé une première réflexion sur la transposition des procédés éditoriaux appliqués à l’édition papier, du papier à l’écran. À ce titre, l’édition critique numérique, incluant la transcription semi-diplomatique et l’annotation de certains textes – effectuées à travers le nouveau plug-in Transcript développé sur la plate-forme EMAN –, concerne les péritextes (épître dédicatoire, adresse au lecteur) des recueils où l’œuvre de Pasquier est publiée (jusqu’à l’édition de 1610), ainsi que les quatre Lettres amoureuses jointes en annexe au volume d’Étienne Du Tronchet. Ainsi, la bibliothèque numérique « Pasquier amoureux ? » a-t-elle élaboré un parcours invitant le visiteur du site à découvrir la diffusion de la composition épistolaire de Pasquier dans le circuit de la librairie de l’époque et les lieux du texte où émerge la posture d’auteur adoptée par Pasquier vis-à-vis de sa première composition épistolaire de jeunesse. 

La création du site « Pasquier amoureux ? » a nourri toute une réflexion en matière de structuration de matériaux et de données, d’éditorialisation d’écrits littéraires des XVIe-XVIIe siècles, ainsi que d’appropriation de certaines pratiques à envisager en vue d’un projet d’édition critique numérique. C’est en ce sens que le site « Pasquier amoureux ? » peut être considéré comme un laboratoire d’expérimentations et un terrain d’explorations diverses, qui a permis d’interroger et d’exploiter de nouveaux procédés qui seront affinés par l’établissement d’une édition critique numérique complète du premier recueil composite de Pasquier, dans le cadre du projet de thèse « Éditer le Recueil des rymes et proses (1555) d’Étienne Pasquier : de la publication d’un corpus composite à la mise au jour d’une matrice d’écriture », sous la direction d’Anne Réach-Ngô de l’Université de Haute-Alsace et de Magda Campanini de l’Université de Venise – Ca’ Foscari.  

Page

Diverses Leçons

En cours d’élaboration sur la plate-forme EMAN (Edition de Manuscrits et d’Archives Numériques) : Les Diverses Leçons d’Antoine du Verdier : les pièces du dossier, élaborée dans le cadre du séminaire PREMAN 2021-2022 (Mon projet de recherche avec EMAN)

Responsable du projet : Romane Marlhoux, doctorante de l’ILLE sous la direction d’Anne Réach-Ngô, “La fabrique du mémorable : édition critique des Diverses Leçons d’Antoine du Verdier”

Les Diverses Leçons, parues pour la première fois chez Barthélemy Honorat en 1577 à Lyon, sont constituées d’une collection hétéroclite de considérations religieuses et morales, d’exempla, d’anecdotes historiques, de précisions sur la culture antique et de remarques scientifiques inspirés des lectures de leur auteur, Antoine du Verdier, célèbre pour sa Bibliothèque. De tels ouvrages de mélanges se multiplient à la Renaissance et Antoine du Verdier s’inscrit d’ailleurs dans la lignée de Pedro Mexía avec la Silva de varia lección qui connaît un grand succès au XVIe siècle et qui est très rapidement traduit dans toute l’Europe.

Éditer Les Diverses Leçons d’Antoine du Verdier constitue le meilleur moyen d’approcher au plus près la fabrique d’un type de texte qui fait rarement l’objet d’une édition critique et qui représente pourtant une voie d’accès privilégiée aux pratiques intellectuelles et à la culture écrite de la Renaissance à un moment où le lectorat s’élargit. Les pièces rassemblées ici constituent le dossier préparatoire de cette édition qui vise à permettre l’étude du geste de collecte et d’appropriation des textes et des savoirs à conserver et à transmettre. Nous espérons qu’elles offriront un éclairage sur ce rapport si particulier à la textualité qui engage des pratiques de lecture spécifiques – lire pour recueillir – et des pratiques d’écriture propres – écrire pour transmettre du déjà dit.

Amitiés / inimitiés d’écrivains

Site en cours d’élaboration sur la plate-forme EMAN (Edition de Manuscrits et d’Archives Numériques).

Responsable du projet : Régine Battiston et Nikol Dziub


Le projet numérique Amitiés / Inimitiés d’écrivains est né à l’occasion de l’organisation du colloque Amitiés vives à l’Institut de Recherches en Langues et Littératures Européennes de l’université de Haute-Alsace.

voir la présentation du colloque sur le site de l’ILLE.

Réunissant des chercheurs s’intéressant aux correspondances d’écrivain.e.s, le colloque a mis en valeur l’intérêt de prendre l’unité de la lettre comme entrée au sein de relations aussi bien affectives que littéraires qui unissent entre eux, à un moment donné, des écrivain.e.s.

Le projet numérique consiste à élaborer un espace collaboratif de travail et de publication afin d’explorer plus avant les corpus qui ont été présentés et étudiés par les participants du colloque. Ce site sera élaboré au cours de l’année 2020-2021, à la suite du colloque organisé par l’ILLE, qui s’est tenu les 19 et 20 novembre 2020, en distanciel :

Le projet scientifique collaboratif qui en découle, qui prendra la forme d’une bibliothèque numérique sur la plate-forme EMAN du CNRS, visera à prolonger les réflexions engagées en travaillant à l’édition numérique des lettres qui ont été étudiées.

Le format de la bibliothèque numérique qui accorde une place centrale à la mise en relation de documents, constituera un support fécond pour lancer, à l’issue du colloque, un projet de recherche collaboratif autour de la publication de correspondances d’auteurs permettant d’explorer l’expression épistolaire des formes de l’amitié et de l’inimitié.


Première rencontre du séminaire trimestriel : vendredi 5 février 2021, de 14h à 16h, en ligne (contacter les responsables du projet Régine Battiston, Nikol Dziub et Anne Réach-Ngô pour le lien)

Spectatrix. Le regard des spectatrices sur le théâtre européen de la première modernité

Site en cours d’élaboration sur la plate-forme EMAN (Edition de Manuscrits et d’Archives Numériques).

Responsable du projet : Véronique Lochert (UHA, ILLE, membre junior de l’Insitut universitaire de France)

Le projet Spectatrix souhaite contribuer à l’étude du public féminin des théâtres européens du XVIe au XVIIIe siècle en rassemblant et en rendant disponible la documentation qui le concerne. Il met en valeur la diversité des textes susceptibles d’éclairer les pratiques spectatoriales féminines : œuvres dramatiques, paratextes, traités théoriques, textes polémiques, textes médicaux, fiction narrative, mémoires et correspondances, récits de voyage, périodiques ou encore traités d’éducation et manuels de civilité. Il s’agit d’ouvrir de nouvelles pistes pour étudier la participation des femmes à la culture en faisant apparaître la variété des matériaux et des angles d’approche, en comparant plusieurs pays européens sur une période de trois siècles et en soulignant le rôle joué par certaines personnalités féminines (mécènes et dédicataires, mais aussi actrices, autrices, éditrices) dans la création et dans la réception du théâtre.

“La cazuela de mujeres”, dessin de Juan Comba, paru dans Ricardo Sepúlveda, El corral de la Pacheca, Madrid,  Fernando Fé, 1888

Le terme latin « spectatrix » est employé par Richard Baker à propos de la reine Élisabeth Ière dont il souligne la fréquente assistance à des spectacles pour défendre le théâtre contre les attaques des puritains (Theatrum redivivum, or The theatre vindicated, 1662).

Le choix de ce terme pour nommer le projet met en valeur ses principaux enjeux :

  • étudier l’émergence de la catégorie du public féminin et de la notion de spectatrice,
  • documenter les pratiques des spectatrices afin d’en reconstituer la nature et les enjeux,
  • permettre l’analyse des représentations des spectatrices dans les textes et des usages de leur mention,
  • comparer les pratiques spectatoriales féminines dans plusieurs pays européens, à travers un vaste éventail de textes produits dans différentes langues,
  • mesurer les évolutions de ces pratiques de la Renaissance aux Lumières.

Les objectifs du projet Spectatrix sont donc de :

  • centraliser et rendre disponible la documentation concernant les spectatrices de théâtre en Europe du XVIe au XVIIIe siècle,
  • mettre en relation les textes afin d’inviter à la comparaison et de faire apparaître les liens unissant auteurs, acteurs, éditeurs et spectateurs,
  • faciliter l’analyse des textes grâce à la sélection d’extraits pertinents et à l’élaboration d’un système de mots clés,
  • mettre en valeur les personnalités féminines impliquées dans la vie théâtrale et les réseaux auxquels elles appartiennent.

Le site Spectatrix s’inscrit dans le cadre d’un projet consacré au public féminin des théâtres européens de la première modernité, qui a donné lieu depuis 2017 à l’organisation de plusieurs colloques (Spectatrices ! Les femmes au spectacle de l’Antiquité à nos jours, 2019 ; Écrire pour elles. Dramaturges et spectatrices aux XVIe et XVIIe siècles, 2019-2021) et à la publication de plusieurs études. Il donne accès aux sources sur lesquelles s’appuient ces réflexions et vise à ouvrir de nouvelles perspectives pour l’analyse des pratiques théâtrales féminines, mais aussi plus largement de la production et de la réception du théâtre.

La première phase du projet est consacrée à l’édition de toutes les épîtres dédicatoires de pièces de théâtre adressées à des femmes aux XVIe et XVIIe siècles.

BibliHortus

Responsable du projet : Marine Parra

La bibliothèque numérique BibliHortus vise à réunir les photos de travail et données bibliographiques du corpus des Jardins de poésie constituées dans le cadre des recherches de thèse de Marine Parra (Fortune des Jardins poétiques. Étude d’un patron éditorial (1500-1670), soutenue en 2021).

Ce projet de bibliothèque numérique a vu le jour à l’occasion du séminaire « Mon projet de recherche avec EMAN » qui s’est tenu en 2020-2021 animé par Anne Réach-Ngô (IUF, UHA) et Richard Walter (Thalim – CNRS, ENS & Sorbonne nouvelle)1. Cette bibliothèque numérique est hébergée sur la plate-forme EMAN, adaptée du logiciel Omeka.

Pour plus d’informations sur les objectifs de BibliHortus, voir Marine Parra, Une bibliothèque sans échelle. Voir, classer et comparer les livres, Volume III, “Jardin” de poésie, 09/09/2021.

  1. Je remercie à cette occasion les participant·e·s de ce séminaire : Régine Battiston, Nikol Dziub, Véronique Lochert, Silvia Boraso, ilaria Giacometti et Michela Lagnela. []

Le projet EVEille s’associe à la bibliographie Zotero de Digit_hum

Retrouvez le travail de Camille Zara, dont le stage en veille numérique au sein du projet EVEille a été encadré par Anne Réach-Ngô et Marine Parra, de mai à juillet 2021.

La bibliographie Digit_hum consacrée aux Humanités numériques est consultable en ligne : https://www.zotero.org/groups/2485348/initiative_digit_hum/library

Camille Zara a contribué dans cette bibliographie à l’élaboration d’un dossier de données sur le traitement des Humanités numériques dans les carnets de recherche Hypothèses d’OpenEdition : Voir le dossier “e-Veille Carnets Hypothèses”

Ce travail ouvre une collaboration entre le projet EVEille et le projet Digit_hum de l’ENS autour des ressources en Humanités numériques et la pratique de la veille numérique.

Tragiques Inventions

« Le coeur mangé », Boccace, Dechamerone over Cento novelle de misser Johanni Boccaccio, 1510, exemplaire de la Biblioteca Marciana, RARI VEN. 0175, photographie Anne Réach-Ngô

Le projet « Tragiques Inventions », dirigé par Anne Réach-Ngô et Magda Campanini, s’inscrit dans une réflexion sur les usages du numérique dans l’enseignement des corpus littéraires de la Première Modernité. Il prend comme présupposé de départ que l’édition critique numérique, par les manipulations qu’elle nécessite sur le « document » littéraire, est un outil efficace pour démonter avec les étudiants les mécanismes de production, de communication et de réception des oeuvres des XVIe et XVIIe siècles.

Le site Tragiques Inventions, né en février 2020, est développé sur la plate-forme de publication numérique EMAN (Editions de Manuscrits et d’Archives Numériques) dirigée par Richard Walter (CNRS). Il sert d’espace d’expérimentation pour ces réflexions pédagogiques. Il a bénéficié du soutien du Département d’études linguistiques et culturelles comparées de l’université Ca’Foscari (Venise) et s’inscrit dans le « projet d’excellence » du département.

La première étape de ce projet s’est déroulée de février à juin 2020 dans le cadre du séminaire d’Anne Réach-Ngô « Corpus littéraires de la Première Modernité & Technologies numériques » à l’université Ca’Foscari (voir Point de départ du projet). Lors de sa première étape, il avait pour objectif d’initier les étudiants de M1 à la production d’une bibliothèque numérique à la suite de leur visite à la Bibliotheca Marciana. Il s’agissait de partir de l’expérience de leur première rencontre avec l’édition ancienne et de les inviter à réfléchir aux implications, en terme de conversion sémiotique, que suscitait la numérisation de l’exemplaire et sa mise en ligne, accompagné de métadonnées. Devenus des ressources numériques, les documents éditorialisés se sont ensuite prêtés à différents agencements au sein d’expositions virtuelles visant à restituer le cheminement intellectuel qui les avait amené à reconsidérer ces documents mis au format numérique.

Depuis septembre 2020, le projet vise à réunir différents enseignants-chercheurs, bibliothécaires et responsables de fonds patrimoniaux qui désirent accompagner de très jeunes chercheurs (le plus souvent en master) dans la découverte de la littérature de la Première Modernité par le biais de l’éditorialisation de textes littéraires. Espace d’initiation aux Humanités numériques, le site Tragiques Inventions se construit de manière collégiale avec les étudiants, lors de rencontres régulières en visioconférence, afin de réunir les participants (enseignants et étudiants) des diverses universités et institutions. Il est amené à évoluer grâce à la collaboration de spécialistes du domaine du récit et du registre tragique et constitue à ce titre un espace d’investigation entre enseignement et recherche, université et monde des bibliothèques et de l’ingénierie documentaire.