Archives de catégorie : Matière à penser

image de carte-mère

Édition et formation : deux missions qui s’alimentent

Arrivée dans le laboratoire ILLE depuis mi-octobre 2022, et travaillant en parallèle au laboratoire ARCHE de l’université de Strasbourg, la mission qui m’a été confiée est double : premièrement, reprendre avec mon collègue Guillaume Porte les différentes étapes de la chaîne de production de travaux d’éditions scientifiques, à travers le projet d’édition Estrades. Ce projet, porté par l’initiative de Guillaume, consiste à la création d’une plateforme d’édition de sources textuelles structurées dans le domaine des sciences humaines et sociales, proposant des éditions interrogeables, FAIR et publiées au format numérique et/ou papier. Deuxièmement, ma mission sera d’accompagner trois chercheuses et doctorantes du laboratoire ILLE dans leur travail éditorial afin qu’elle puissent, au terme de leur recherche/doctorat, proposer une édition structurée de leur corpus de recherche.

Quelques semaines après mon arrivée, j’ai pu mesurer ce qu’avait tenté de m’expliquer Guillaume quelques temps auparavant : c’est-à-dire l’existence d’un réel déséquilibre entre les différentes institutions concernant les moyens et les ressources octroyés aux chercheurs.euses souhaitant éditer leur corpus. Deux groupes sont en effet à distinguer :

  • un premier groupe composé d’institutions très avancées et maîtresses dans le domaine des humanités numériques (dans lequel on trouve par exemple le Pôle Document Numérique de l’université de Caen, qui va bientôt fêter ses 10 ans, ou bien encore des institutions parisiennes comme l’École nationale des Chartes (ENC) ou l’Université PSL, dont les deux formations en humanités numériques proposées vont également fêter respectivement leurs 10 et 3 ans, si je ne me trompe pas).
  • de l’autre côté un second groupe composé d’institutions dispersées dans le reste de la France où le concept même d’humanités numériques peine à percer (c’est le cas notamment de l’université de Strasbourg dont les projets d’édition de corpus reposent en grande partie sur des chercheurs.euses et ingénieur.e.s volontaires).

Diplômée de l’École nationale des Chartes, et ayant effectué mon stage de master au sein du PDN de Caen, je suis arrivée à l’université de Strasbourg avec un regard biaisé sur la question. Je n’ai pu mesurer cet écart entre les groupes qu’après quelques semaines d’échanges avec des collaborateurs.trices d’Alsace. Malgré tout, je reste persuadée que ce “retard” n’en est pas un et qu’il permet au contraire de pouvoir tirer profit des conclusions émergentes d’institutions plus “avancées”. Les échanges ou lectures que j’ai pu avoir, de même que mes expériences m’ont permis de distinguer différents points d’amélioration à prendre en compte dans la création de nouveaux pôles éditoriaux :

  • bien souvent, les services d’appui à l’édition que nous proposons sont souvent perçus par les chercheurs comme une prestation de service, alors que nous sommes avant tout un laboratoire de recherche. Nos missions sont donc différentes ;
  • n’ayant aucune idée de la manière dont les ingénieurs procèdent, l’imaginaire pensé autour du numérique, l’incompréhension d’un vocabulaire et des pratiques dont nous usons amènent souvent à des problèmes de compréhension entre le monde de la recherche et celui de l’ingénierie, et donc à des pertes de temps sur les projets. D’où la nécessité de création et de partage d’un vocabulaire commun ;
  • une répétition et une ré-invention des outils utilisés pour chaque projet, dû probablement à une dispersion des moyens ainsi qu’à un manque de communication entre les institutions. Alors qu’il serait plus profitable de se focaliser sur une mutualisation contrôlée des dits moyens, bénéfique à plusieurs points de vue (financier, ressources humaines, pérennisation des emplois…) ;
  • la dépendance des ingénieurs et chercheurs à des outils et logiciels techniques propriétaires, en provenance des GAFAM, constitue à mon sens une atteinte à la liberté de la recherche. Il s’agit là d’un problème alarmant que pourraient en partie résoudre le recours à des logiciels libres.

Mon hypothèse est donc la suivante : à travers très peu d’heures de formation aux notions, outils et pratiques numériques libres, une chercheuse/un chercheur peut acquérir une autonomie favorable à ses travaux de recherche, lui permettant une ouverture de sa pensée critique, une gestion plus efficace et autonome de ses fichiers, de même qu’une acquisition de connaissances profitable à un travail collaboratif avec des ingénieurs d’études et de recherche.

Pour cela, il s’agit de procéder à une formation aux bases, sous forme de pas-à-pas que la chercheuse/le chercheur doit ensuite approfondir par elle-même/lui-même. Les différentes étapes de récupération, traitement et production de données dans le processus éditorial scientifique sont toujours accolés à des outils et des pratiques techniques que nous détaillerons plus bas, et qu’il s’agit de comprendre à minima. Sans oublier cependant que, dans mon cas au laboratoire ILLE, cette formation est adaptée à des personnes ayant déjà une connaissance et une vision de ce qu’est l’édition numérique scientifique. En effet, les personnes que j’accompagne ont déjà reçu une formation en XML-TEI, de même qu’en gestion de bases de données (concernant le logiciel Heurist dans leur cas), en langages à balises et de développement pour de la production web (HTML, CSS, Javascript) et également en langage de requête XSL et xQuery. Nous pourrions donc compter trois groupes, trois situations différentes dans le champ de la recherche en humanités numériques :

  • un premier groupe composé de chercheuses.eurs avec des connaissances/compétences en humanités numériques ;
  • un second groupe composé des chercheuses.eurs en sciences humaines n’ayant encore ni connaissances, ni formation en humanités numériques ;
  • un troisième groupe composé d’étudiants en master de recherche n’étant pas au courant de l’existence des humanités numériques.

Il s’agira ensuite de déterminer trois entrées différentes pour ces trois groupes distincts.

Dans mon cas, mes “apprenantes” venant du premier groupe, j’ai pu déterminer différents cours à proposer qui suivent un fil rouge : exploration, autonomie, sobriété. L’objectif est de partir avec des chercheuses disposant déjà des données qu’elles souhaitent traiter, pour arriver à la production d’une édition numérique de leur corpus. Voici les différentes compétences auxquelles je compte les former :

  • une formation en lignes de commande (CLI) : connaître le minimum de commandes permettant de comprendre le fonctionnement interne d’un ordinateur sans interface graphique, qui puisse donner les capacités de se rendre d’un dossier à un autre, de pouvoir créer et modifier des fichiers, afficher des contenus à l’écran, comprendre le fonctionnement du “pipe”, faire de la recherche plein texte etc. Pour cela, je pense que l’approche à l’aide du jeu gameShell, que j’avais moi-même utilisé à l’ENC, est une voie intéressante et ludique.
  • une formation à git : comprendre le fonctionnement de git, l’intérêt que celui-ci peut avoir dans la gestion de versionnages de mes fichiers. Le tout sans recourir à des logiciels comme Github Desktop.
  • une formation aux expressions régulières (regex) : suite à une discussion avec une doctorante pour transformer des fichiers “simples” Alto en fichiers structurés XML. Après m’avoir suggéré deux solutions auxquelles elle avait pensé (se former en Python ou bien pousser sa formation XSLT) je me suis dit que de simples regex pourraient – probablement – suffire. De toute façon, la maîtrise des regex est un avantage à tout moment dans le processus éditorial.
  • une formation à TEIpublisher (même si pour l’instant il s’agit de la solution retenue pour le projet Estrades, il serait idéal dans mon esprit de parvenir à faire sans) : TEIPublisher, l’instance de création d’édition numérique, pourrait servir de première approche et de validation d’un schéma TEI ainsi que d’une ODD.
  • une formation au moteur d’affichage XML MaX de l’Université de Caen : l’étape finale de la formation. Une bonne initiative en tous points : il s’agit d’un outil libre, produit par et pour le monde de la recherche, d’un outil sobre par sa conception, sa structuration, et son mode de fonctionnement qui, bien sûr, reste toujours à améliorer.

Il est important à ce stade, je pense, de préciser une chose : il ne s’agit pas de transformer la chercheuse en ingénieure. La chercheuse ou le chercheur doit avant tout effectuer un travail de recherche, un travail déjà perturbé par le temps octroyé à de nombreuses tâches administratives, de même que par la course aux financements de projets. Il ne s’agit pas de faire perdre du temps de travail, au contraire. Cette formation et les conséquences qui en découlent ont d’autres bénéfices qui valent la peine de s’intéresser à ces questions d’outils : des données normalement plus alignées avec les protocoles FAIR (sensibilisation aux métadonnées, à la structuration de la donnée utilisée et produite…), une plus grande liberté de la recherche, des coûts financiers moindres, un meilleur dialogue entre les parties grâce à un vocabulaire partagé, ainsi qu’un impact de la recherche sur l’environnement plus soutenable, favorable à une justice sociale ainsi qu’à un meilleur équilibre mental à tous les niveaux (je détaillerai ces derniers points qui me sont chers dans un autre article). La participation des apprenantes à la formation est également bénéfique à l’élaboration même de la chaîne éditoriale Estrades, en ce qu’elles pensent, préparent et interrogent les données à éditer dans le même temps que les besoins et le déroulé de la chaîne éditoriale se précisent. Dans un sens, elles permettent donc une mise à l’épreuve de cette dernière.

De toute manière il est, je pense, évident qu’une simple formation de quelques heures dans ces différentes pratiques ne peut aboutir à la formation d’une ingénieure. La formation que j’ai suivie, à l’École nationale des chartes, qui consistait en deux années, dont 6 mois pleins à de la formation technique, complétés par 4 mois de stage, était déjà (ce n’est évidement que mon avis), tout juste suffisant.

Et surtout, je pars du principe que si j’ai pu le faire, si j’ai pu acquérir ces nouvelles pratiques et ces nouveaux usages numériques tout en ayant une formation initiale en recherche, alors la majorité des chercheurs/chercheuses peut le faire. J’ai conscience qu’une telle affirmation peut en heurter certains (je vous vois soupirer et vous dire “encore une qui pense que parce qu’elle a pu le faire, tout le monde le peut…”). Attention, je ne dis pas que tout le monde peut le faire dans le sens “méritocratique”, ou cela ne dépendrait que d’une volonté forte de la part de l’élève. J’ai bien conscience que pour certaines personnes, le blocage est réel, et que certain.e.s chercheuses.eurs ne parviendront jamais maîtriser git, ou MaX par exemple. Mais le simple fait d’avoir connaissance de ces pratiques, de recevoir cette formation, de réaliser que le monde de l’informatique n’est pas magique, mais bien plus concret que l’on s’imagine, tout cela peut permettre un meilleur déroulé de projets.

Une chose qui me conforte dans cette idée est que j’étais moi-même loin d’être la meilleure (notez l’euphémisme…) dans chacun des cours que j’ai reçu pendant ma formation. Ce qui m’a aidé, déjà, c’était d’avoir des professeur.e.s conciliant.e.s et à l’écoute. Mais c’est aussi, je pense, parce que je n’ai pas eu peur de demander, approcher mes camarades de classe, travailler avec eux pour comprendre et pourquoi je bloquais. Et malgré le fait que je ne sois pas encore indépendante sur beaucoup de choses dans mon métier (exemple avec la maîtrise de javascript ou bien encore pour effectuer des requêtes xQuery), et qu’il m’arrive bien souvent de demander de l’aide à mon collègue, je ne crois pas que cela pose problème. J’ai conscience que certains appelleraient ça être dépendant de quelqu’un. Pour ma part, j’appellerai plutôt ça de la nécessaire transmission de savoirs d’une personne à une autre.

En effet, une de mes autres hypothèses, partagée je pense avec des collègues et certains membres de la direction du numérique de l’Université de Strasbourg, est que les interfaces graphiques logicielles, loin de nous rendre indépendants en nous facilitant l’accès au numérique, nous ont au contraire coupés net de ce devoir. Nous sommes passés d’une transmission du savoir d’une personne à une autre personne, à une réelle dépendance subie de personnes à travers des logiciels. Cela expliquerait en partie pourquoi cette culture de l’informatique est en perdition (certains enfants peuvent penser par exemple que l’utilisation d’internet se limite à l’utilisation du téléphone portable ), puisque ce savoir et cette mission de transmission, nous les avons peu à peu laissés aux mains des géants du numérique.

Ces considérations et questionnements font souvent l’objet d’échanges entre ingénieur.e.s, informaticien.ne.s et chercheur.euse.s engagé.e.s dans le voie de la science ouverte. Ma mission ayant commencée maintenant depuis un peu plus de deux mois, je pense pouvoir affirmer que mon ancrage dans la ville de Strasbourg, dans laquelle j’ai pu créer des liens non seulement avec le monde associatif du numérique (en particulier l’association Desclicks) mais également avec des personnalités engagées dans cette voie (notamment mes collègues et amis informaticiens de la MISHA, Marc Chantreux et Arthur Pons, membres des collectifs EcoInfo et Katzele), est un vrai atout dans ma démarche. Tout cela me permettra, à terme, de délivrer à la fois une formation complète, de même qu’établir une documentation utile à la chaîne d’édition Estrades.

[Compte-rendu] L’après-séance n°3 d’Écosophie du numérique – Le notebook et le monde qui va avec (séance du 8 décembre 2022)

Participants : Raphaëlle Krummeich, Sébastien Rey-Coreyhourcq, Sacha Hodencq, Ludovic Duhem, Fabrice Flipo

Intervention de Raphaëlle Krummeich

Remerciements aux collègues du réseau EVEille, aux collègues du groupe de
travail notebook et à la MISHA pour son accueil.

Titre de la séance suggéré par Fabrice Flipo, professeur de philosophie sociale et politique, philosophie des sciences, Sustainability studies au département Langues et Sciences humaines de l’Institut Mines-Télécom, rattaché au Laboratoire de Changement Social et Politique (EA7335 – Paris 7 Diderot). Participe aussi Ludovic Duheim, philosophe et artiste. Il intervient sur l’éco-design et l’industrie ouverte, coordonne la recherche à l’ESAD de Valenciennes, et enseigne la philosophie de l’art et du design.
Puis la parole sera donnée à Sébastien Rey-Coreyhourcq, ingénieur de recherche, informaticien et géographe de l’université de Rouen Normandie, qui coanime le GT notebook. Et enfin Sacha Hodencq, post-doctorant au laboratoire informatique de Grenoble et membre du GT Notebook.

Intervention de Sébastien Rey-Coreyhourcq

Lien servant de notes de réflexion :
Notebook : objet complexe, qui fait le point de départ du groupe de travail.
Objet multiple, mouvant (dans sa maintenance, son déploiement…). Il appartient d’observer plus finement le delta entre l’objet tel qu’il a pu être, tel qu’il se ré-écrit aujourd’hui (fantasmes et déceptions) au sein d’une communauté d’outils et de méthodes (ex des communautés R et Python), et ce qu’on en comprend entre nos pratiques interdisciplinaires.

Un premier atelier de 3h avait été fait l’an dernier pour dérouler cette complexité : exposition et explication, sorte d’atelier reproductible.

Déconstruction : le notebook est un écrit à destination de l’œil humain mais dont le contenu structural est un mélange de prose non exécutable et de prose exécutable, compréhensible par la machine. Peut-être visible ou caché. Pourrait être comparé à un bloc-notes papier classique, mélangeant des blocs de texte non exécutables et d’autres exécutables.

Est-ce un objet autonome et reproductible ? Car dans les faits on exécute toujours la même chose. Or, le notebook n’est pas simplement un enchaînement de blocs exécutables ou non : on y retrouve la pensée, le geste et l’environnement, qui n’existent pas sur le papier.

Tient du litterate programming de Donald Knut (qui parle de langage de programmation + du langage de documentation) pour produire des programmes plus robustes et plus soutenables. Le programme est alors une pièce de littérature qui s’adresse d’abord à l’humain, avant l’ordinateur.

Apport double :
Premièrement, on se focalise uniquement sur la partie opératoire (j’écris du code source, je clique sur un bouton, le code s’exécute et le résultat s’affiche directement dans la prose non exécutable). Il y a la possibilité d’une meilleure reproductibilité grâce au notebook, mais ce n’est pas automatique.
Deuxième partie du contrat, plus structurable : on sort du cadre des noteboooks imaginés par les “data-scientists” (terme flou, car tout le monde en vrai a des données qu’il manipule).

Le literate programming consiste à prendre le temps de s’intéresser au pourquoi : comprendre le processus qui a amené le programmeur à faire ce choix-là, à ce moment-là, lorsqu’il écrit. Ce n’est pas de la documentation à destination du développeur ou de l’utilisateur, c’est une mise en narration pour l’humain avec comme objectif final : l’explicatif.

Dans des pratiques de modélisation et de simulation, ce pourquoi a toute sa place, appuyé par la littérature avec plusieurs hypothèses que l’on va pouvoir tester les unes par rapport aux autres.

On trouve une distinction dans les usages du notebook :

  • exploratoires avec des prototypages et de l’analyse interne, avec souvent peu d’explication par rapport au code.
  • explicatif pour le partage et la reproductibilité des résultats, qui sont parfois l’extension du premier notebook exploratoire (à destination de collègues, d’étudiants, du grand public, où son moi futur).

Perspectives écologiques : début de mouvement dans le monde académique (Labo1Point5) comme figure ou modèle à suivre. Chiffres : collecte et étude de 1.4 millions de notebooks stockés sur Github, entre 2013 et 2018.


Résultats :

  • 19% sont des doublons
  • seulement 25% des 81% restants étaient reproductibles d’un point de vue technique (c’est-à-dire qui fonctionnent à l’identique une fois lancés). Donc plutôt déceptif, pose des questions en terme de volumétrie de stockage et d’utilisation des infrastructures. Et là on ne parle même pas du contenu qualitatif, qui n’était pas pris en compte dans l’étude.

Diverses technologies déployées pour le notebook :

  • Binder pour du développement instantané -> utilise beaucoup de ressource informatique.

Question du déport de calcul : soit déporter le calcul exécuté, soit le notebook est déplacé sur un environnement distant. Pour des calculs importants (en mathématiques, physique quantique), on le déporte à d’autres centres de calculs qui nous redonnent le résultat à l’intérieur de notre notebook. On a donc des allers-retours. Pose la question d’efficience des systèmes qui est très coûteux (faut-il privilégier son serveur chez soi en solaire ou bien des data-centers qui mutualisent ?)

Question : doit-on tout sauvegarder ? Amène à pense à l’acuration des données, sorte de responsabilité que devraient avoir les chercheurs par rapport à leurs données. Mais c’est un terme que l’on entend peu dans la politique des données, car c’est un travail qui prend du temps, charge de travail peu compatible avec une politique de recherche fonctionnant par projets.

Mouvement Low-tech : pose les bonnes questions. Questions éthiques et technologiques. Exemple typique des mails de Gmail qui mettent des secondes à s’afficher, alors qu’il ne s’agit que de mails de seulement quelques octets, et qui
devraient s’afficher tout de suite. Cela est dû notamment au grand nombre de
demandes et d’aller-retours vers des machines dans le monde entier. Il existe cependant des initiatives techniques diverses et variées dans le monde académique. Des sortes de Do It Yourself sur son supercalculateur par exemple.

Question du notebook linéaire :
Pertinence du notebook à certains moments : la question pourrait-être, est-il utile de faire du notebook pour tout et pour rien ?

Intervention de Sacha Hodencq

Fin de thèse de recherche ayant pour intitulé : “Les notebooks comme objets de recherche et de médiation dans le domaine de l’énergie”

Il est important de définir l’énergie : il s’agit d’un objet d’étude particulier, distinction à faire entre l’objet théorique VS énergie que tout le monde pratique et use au quotidien (Laure Dobigny).

Les projets énergétiques sont des systèmes sociaux-techniques : différents d’un problème technique à résoudre et demande donc des études transdisciplinaires sur le temps long.

Objet d’étude (énergie) assez fermé : peu d’articles en open-access, bons derniers dans le domaine (20%), sans parler des codes et des données qui sont bien souvent pires. Or ce n’est pas une fatalité :

Détour épistémologique : constructivisme. Dans le notebook, qui doit prendre en compte les parties prenantes et leurs contextes, leurs objectifs.

Méthode ORUCE : Open and Reproductible Use Case for Enery -> idée d’avoir un processus de modélisation énergétique complet, rassemblé dans un seul objet, avec le contexte et les objectifs des acteurs/actrices. Donc pas seulement le résultat de l’étude seul, mais tout le chemin qui a mené à ce résultat. Contexte explicite.

Jeux de données ouverts en entrée. Au centre : on rassemble tout dans les Jupyternotebook. Il existe cependant un problème en sciences ouverte : on externalise la partie documentation et code.

Idée : proposer un template pour les notebooks dans le domaine de l’énergie pour mener à bien les recherches :

  • infos générale, licence de partage, contexte, contacts de la développeuse
  • gestion des données etc…

On aura a disposition donc le code + les données ouvertes + le contexte, que n’a pas un simple article en science ouverte. On veille aussi à avoir un environnement d’exécution pour réutiliser le notebook. Cet environnement est vraiment à destination des autres, et malheureusement peu de temps lui est accordé.

Utilisation de cette méthode ORUCE à la fois dans le monde de la recherche et celui de la médiation.

Présentation de différents applicatifs :

  • projet de valorisation de chaleur fatale d’un acteur électro-intensif (sujet non abordé aujourd’hui) ;
  • autoconsommation photovoltaïque : consommer l’énergie produite localement.

Côté recherche : quel arbitrage entre l’autonomie et l’impact environnemental de ce système complet avec tout son cycle de vie ? Le notebook est alors proposé comme du matériel supplémentaire en plus de l’article qui parle de cette question, pour avoir le contexte, les objectifs, et pouvoir le reproduire.

Coté médiation :

  • utilisation en tant qu’objet pédagogique auprès d’étudiants en architecture -> ORUCE bien accueilli, avec une préférence d’interface et d’un notebook adapté au public, mais qui n’était pas en autonomie.
  • collectif d’artistes (organic orchestra avec comme objectif d’avoir un système énergétique autonome et sobre pour faire leurs spectacles, avec seulement 1KWH, soit la conso d’un projecteur d’une salle classique).

Conclusion : partages et expériences transdisciplinaires. Notebook facile à l’usage. Volonté d’utiliser le notebook pour discuter avec une initiative citoyenne d’installation de panneaux solaires mais ce mode de discussion ne leur parlait pas, donc le choix a été plutôt de se baser sur des jeux. Nécessité de s’adapter.

Trois points importants :

  • transparence nouvelle que cela permet dans ce domaine, avec un suivi dans les travaux ;
  • processus rigoureux et gratifiant : force à avoir une réflexivité sur sa recherche ;
  • changement de paradigme : on passe d’une recherche compétitive à plus collaborative.

Conclusion : ouverture des processus et complémentaire à d’autres formes de partage. Au delà, la question de la reproductibilité d’usage, comment accompagner un utilisateur dans le parcours du notebook pour qu’il lui soit utile ? Intérêt aussi pour des approches collaboratives, comment éviter du purement “descendant” ? Réflexivité sur l’usage de l’objet numérique pour de la recherche et de la médiation. Réfléchir à la matérialité d’ouverture, réflexion au sein de la communauté Low-Tech, Recherche et Enseignement.

Intervention de Ludovic Duhem

Philosophe des techniques, rapport avec les sciences depuis surtout ce que l’on appelle “révolution industrielle” même si pour moi l’industrie commence au paléolithique.
Démontage d’une idéologie qui s’impose au XIXe siècle et qui a reposé sur une analogie fausse entre la révolution française et la révolution technologique du développement industriel, qui est entrain d’être remise en question. Nécessité de passer à une industrie ouverte basée sur les low-tech.

Voir aussi les limites politiques qui en découlent.

Design éco-social : design terme récent, vers XXe qui s’impose en 1970. Dérivé de l’anglais design, mais qui vient avant tout du français “désigner”, et surtout “dessin”, c’est-à-dire à la fois le projet de l’intention, en même temps celui de la graphie et de la mise en forme.

Trois grands champs :

  • la théorie de la conception (LD ne se met pas dans cette catégorie),
  • définition banale de la vie quotidienne, avec abus, quelque chose est design -> sens de production industrielle, qui vise à une simplification des formes avec un effet sur les consommateurs qui le voient comme plus moderne, avec des enjeux psycho-sociaux, principe de consommation via les entreprises de marketing et de publicité ;
  • démarche expérimentale de création qui s’adresse à l’ensemble des problèmes humains, dans une société particulière, pour retrouver du design en dehors des sociétés industrielles modernes occidentales -> position dans laquelle LD s’inscrit, un design d’auteur et de recherche, qui prend le design industriel comme un repoussoir (à raison et à tort).

Pourquoi le terme éco-social ? Écologique et social, considère que ces enjeux sont inséparables, interdépendants et indispensables, pour toute démarche qui cherche à résoudre un problème humain. Donc les problématiques sociales et écologiques se co-déterminent par bien des situations, en particulier des pays du Sud et des populations les plus vulnérables. Partout où le modèle industriel s’est imposé, on se retrouve dans une forme terrible d’inégalité éco-sociale. La réduction de ces inégalités devraient être l’enjeu principal du design.

Ces inégalités sont multiples :

  • connaissance des problématiques écologiques/sociales et de leur corrélation ;
  • modes d’action et de l’accès à ceux-ci ;
  • rapports symboliques qui sont liés, encore plus difficiles à appréhender lorsque l’on est dans une situation où la survie prime sur le questionnement des manières d’en sortir ou de lutter.

Donc design éco-social et industrie sont incompatibles, voire ennemis.

Solution : en finir avec l’industrie grâce à ce design ? Un peu abusif hors des petites communautés autonomes (éco-lieux), qui elles rejettent tout ou en partie la production/consommation industrielle.

L’enjeu devient décisif au moment où l’on parle d’échelle : toutes les démarches depuis le XVIIIe siècle, c’est l’idée que toutes les explorations qui ont été faites, toutes les utopies concrètes qui ont été développées et les systèmes de production alternatives (dont fait partie le Low-tech), ou d’initiatives comme Arts and Craft ou mouvement plus
récent, on peut se demander ce que peu le désign éco-social à une autre échelle que celle de l’ultra-locale, de petite production, limitée. Quand il s’agit de poser par exemple les questions du militaire, de la recherche, de l’habitat, de la santé, pour un grand nombre d’habitants, y’a-t-il toujours un sens de vouloir promouvoir des pratiques parallèles ?

Donc problème plus épineux : choix anthropologiques, voire spirituels (rapport à la vie, à la mort…). On risque de rencontrer des limites évidentes à vouloir aller vers toujours plus de numérique.

Que veut dire industrie ? : pour définir cela il faut revenir à l’industrie paléolithique supérieure et aussi à l’industrie thermo-dynamique machiniste puis électrifié, en s’intéressant à l’industrie ouverte. Cette idée est-elle pertinente dans un sens économique, technologique, sociologique ? Cela reste à questionner, c’est une idée récente pour LD. Puisque avant il était dans un anti-industriaslisme (idée selon laquelle tous les soucis humains ne doivent pas être résolu par l’industrie) mais pas dans une opposition à l’industrie.

Trois sens à l’industrie :

  • technique de production ;
  • système économique ;
  • idéologie politique.

Trois exigences :

  • refuser d’adopter 4 positions classiques qui occupent la technicité dont l’industrie est une forme historique :
  • réduire l’objet technique en objet matériel, ce que font la plupart du temps les philosophes (ex : Simondon) ;
  • considérer un objet technique uniquement comme un objet utilitaire,
    position courante chez les intellectuels (point de vue extérieur, on oppose
    producteur, utilisateur, consommateur) ;
  • l’ensemble des objets technique sont des outils (ex : un ordinateur ou un téléphone sont des outils) ;
  • idée qu’un objet technique se réduise à une marchandise. Un objet existerait en vue d’être consommé.
  • refuser l’opposition entre technique et culture. L’enjeu fondamental est que la culture puisse intégrer les objets techniques comme étant une nécessité de compréhension, d’ouverture, pour parvenir à une culture véritablement universelle et représentatrice.
  • refuser l’opposition entre technique et nature : décisif pour les enjeux écosophiques. Tout objet technique vient de la nature, intègre des lois et des effets propres à la nature, et un devenir nature -> en effet l’évolution technique (selon Simondon) a tendance à se rapprocher toujours plus des formes de vies de type “être vivant autonome”, mais sans jamais devenir un être vivant à part entière.

Conclusion :

Industrie ouverte = terme qui pourrait paraître banal puisqu’on parle d’open- source, d’open-software, d’open-hardware. Mais le mot d'”ouverture” vient de Simondon, et montre qu’il existe une dimension d’ouverture et de fermeture dans l’artisanat tout comme dans l’industrie. L’industrie est très peu ouverte à l’époque de Simondon, excepté pour le réseau de pièces détachées. Autre idée qu’il a : le concept d’ouverture de la machine, qui est une véritable machine quand elle est ouverte sur sa genèse, sur son milieu, sur sa connaissance, son entretien, sa réparation et son amélioration. Exemple du fairphone qui est un exemple relatif, ou d’autres machines ou ordinateurs produits en low-tech. Urgent de questionner l’industrie ouverte et de sa forme/statut : coopérative ? Formes ouvertes dans la relation au quartier, aux habitants, dans la pédagogie, avec des enjeux d’émancipations et protection de l’intégrité des milieux vivants.

Fabrice Flipo :

Intérêt pour l’écologie du numérique depuis un premier rapport en 2006. Spécialité : développement durable, décroissance… avec toujours un regard autour de la question d’émancipation. Utilisation de concepts tirés de l’anthropologue J.C.Scott :

  • schème étatique : catégories générales à partir desquelles l’État organise son action (exemple le CNRS qui est un “outil de recherche” pour l’État, c’est un ensemble de bâtiments, des ordinateurs, une structure organisationnelle qui structure les débats publics) ;
  • texte public : structure communicationnelle par laquelle passe l’interaction entre dominants et dominés (Les arts de la résistance) : réglementations et lois du numérique, avec les directives européennes (exemple : celle sur les déchets de 2002 DEEE, sur les produits utilisant de l’énergie de 2005 (EuP), sur les produits toxiques
    ([ROHS).
    Également regarder comment tout ça bouge et change, et pour cela, on peut utiliser quatre catégories :
  • modes de vie : répétitif et largement répandu (exemple : outil BBB), tout le monde fait la même chose au même endroit avec le même bouton ;
  • styles de vie : variation individuelle (comment l’individu choisi de se réaliser au sein des modes de vie, par exemple, pourquoi se réunit-on aujourd’hui pour telle visio…) ;
  • genre de vie : petit collectif qui essaie de modifier les styles de vie (exemple du GT Notebook, ou bien encore Apple avec l’Iphone en 2007 qui lance les “apps” et son magasin d'”app”. Il a trouvé un public réceptif sur un petit public, puis de plus en plus grand ;
  • système : certains nombre d’acteurs comme les autorités publiques, les discours (dans les années 90 le numérique est super, immatériel ne coûte rien etc…), les agences de l’État (Credoc) avec ses échecs (exemple de l’ordinateur multimédia en 2002). Également des stratégies spécifiques de logiciels qui poussent à l’adoption de numérique (stratégie du leasing qui consiste à proposer l’achat de smartphone via un forfait par mois). Il s’agit de faire baisser le coût d’entrée pour faire entrer les gens comme des consommateurs. On a ce que les économistes appellent un “effet de réseau”, car il faut au moins être deux pour avoir un téléphone (ex de la BD
    Bidochon Les Internautes). Effet de réseaux et collectifs, donc les modes de vies ne sont pas contrôlables de manière individuelle. Il faut donc mettre la régulation au niveau du collectif.

Fairphone a tout de même un rôle de minorité active en cherchant des relais, des publics susceptibles d’acheter son produit pour faire basculer les modes de vie.

Échanges :

Raphaëlle : BBB serait selon Ludovic un appareil. Le notebook aurait cette volonté de rétablir le dialogue entre technique et culture, et donc nous pourrions partir de cette notion “d’appareil” pour la questionner. Ou bien aussi questionner cette vision d’informatique “magique” dont seuls les informaticiens auraient la clé.

Sacha : question sur l’industrie ouverte : “est-ce que être ouvert est forcément ‘bon'”, d’un point de vue éco-social ?

Ludovic : la fermeture de l’accès à la machine lorsqu’elle est en route est obligatoire pour des questions de santé (particules fines, dangers de brûlures etc.). Il existe une nécessité d’ouverture sociale, cependant les contraintes de règles de sécurité ou bien du temps de formation nécessaire pour faire de la réparation soi-même reste trop élevé pour beaucoup. On voit à un certain moment une injonction à la transparence qui peuvent conduire à des ouvertures “fallacieuse” (exemple de la coque transparente d’Apple pour montrer ce qu’il y a dedans, sans remédier à cette incapacité de modifier et réparer sa machine soi-même). L’ouverture est donc nécessaire mais pas suffisante, car il y a des fermetures incontournables.

Fabrice : paradoxalement, cette ouverture pas mal prônée par les GAFAM. L’idée de vendre des codes fermés reculent, car leur code ne sont pas au point et le mettent à disposition de béta-testeur. Un peu une spécificité du numérique.

Sébastien : question de la récupération de la science-ouverte, avec le capitalisme qui vient tout écraser quand il récupère. N’est-ce pas contre productif, ou bien même se tirer une balle dans le pied que de faire du tout ouvert et de permettre cette récupération ?

Ludovic : Question qui revient souvent. Mais le rapport de force est complètement déséquilibré : tout ce qui est proposé comme opposition, alternative au capitalisme est récupérable. Il faut parvenir à anticiper les modes de récupération, savoir ce qu’on est prêt à lâcher ou non (exemple de Blablacar). Tout est marchandable maintenant : tout service peut devenir monnayable. On voit même le retour du laquais ou du larbin pour aller à notre place dans les files d’attente ou les manifestations !

Pour produire un effet positif durable : il faut non pas seulement de la résistance mais également de l’invention. Pas seulement de la critique mais des solutions alternatives à proposer. Intérêt aussi des effets réseaux qui font qu’on peut faire les mêmes choses en étant hors du système dominant. On peut être encore plus radical et travailler sans numérique.

Sébastien : question des protocoles fait pour être repris, mais finalement tout le monde part avec le même langage. Exemple des serveurs mails devenus impossible à créer (trop de spams etc.), et malgré le respect des protocoles, les petits se font recaler par les géants. Les protocoles tombent lorsqu’ils sont ingérés par les plus grosses industries.

Ludovic : exemple du modèle Jitsi -> exemple de Framasoft devenu n°1 d’échanges vidéos pendant le covid mais qui n’avait pas la puissance nécessaire pour gérer la demande. Cela pose la question des moyens mis dans les alternatives. S’il y avait eu une coalition nationale, avec une redistribution de la demande sur des petits serveurs à
travers le monde au lieu d’un unique et gros serveur, peut-être ça aurait marché.

Fabrice : Jitsi a été soutenu par Renater, mais qui montre la souveraineté technologique et sa gestion en France ou Europe sur des points clés, où les financements n’étaient pas là. Idem pour Qwant. Questions d’analyses stratégiques derrière mal menées. Le but n’est pas de refaire non plus des GAFAM locaux mais d’inspirer aussi au monde. Exemple des directives DEEE : les politiques étaient contre l’idée d’avoir une contrainte de plus sur la production, et on voit que la directive européenne a fait école aux États-Unis, en Chine, en Inde, et dans beaucoup d’autres pays.

Ludovic : Interrogation de ce numérique qui vient du monde universitaire, et pourquoi n’y a-t-il pas eu un fournisseur public d’accès au réseau, comme il y a eu pour l’énergie et pour le transport ? La question ne s’est pas posée pour le numérique dont le devoir serait alors de soutenir des initiatives telles que Framasoft.

Fabrice : c’est en partie les lois et une vision très étroite de la notion de réseau. Car qui dit réseau dit monopole naturel dans un résonnement économiste. Cela devrait même aller au delà d’internet, penser que le système d’exploitation soit de service public, avec Ubuntu, comme dans la gendarmerie, et non pas Microsoft, qui offre Teams au moment du covid puis le fait devenir payant.

Ludovic : Exemple de la suite d’Adobe, présent par défaut dans les écoles de design, sur lequel il faut concevoir et restera pour les individus le seul moyen de produire. Et c’est interdit pour ces écoles d’avoir des logiciels libres.

Sébastien : Forme de dénigrement de la solution mise en place que l’on juge moins performante face aux solutions des GAFAM, avec l’exemple de BBB dans certaines universités. On est confronté à des consomacteurs, et il est difficile de leur faire accepter un logiciel “moins bien”.

Ludovic : Pourquoi Apple domine dans les écoles de design ? Trois raisons :

  • les ordinateurs Apple pendant très longtemps ont eu de meilleures cartes graphiques que les PC ;
  • puis on a eu un effet d’habituation, ça devient la norme ;
  • puis la fiabilité de la machine : on a toujours considéré leurs machines comme plus fiables, à changer moins souvent. De même, la pratique était simplifié (pas besoin de coder, il existe des interfaces graphiques pour les utilisateurs). Concernant la grande dissuasion d’utiliser des logiciels libres : le Ministère de la Culture avait tout
    simplement passé un contrat avec la suite Adobe qui était alors intégrée directement dans l’ordinateur.

Conclusion :

Raphaëlle : défendre les pratiques low-tech avec des dispositifs de versioning comme Git. Donc peut-être est-il aussi intéressant de déconstruire ces idées de notebook, Jupyter, logiciel etc. en revenant au code même ? Intéressant de sensibiliser les collègues à ces questions du numérique.

Ludovic : Dans un travail disponible sur internet qui s’appelle “Les écologies du numérique“, on s’est posé la question du web to print et de la couleur utilisée pour limiter la dépense énergétique (dans le gris, pour réduire la consommation à l’écran), la
question également des images et des vidéos, quel type de langage utilise-t-on (XML ? HTML ?). Toutes ces choix ont des impacts écologiques par leur structure même ! On a souvent une couche insoupçonnée : la manière d’écrire son code peut avoir des effets positifs écologiques et sociaux. Ce n’est pas du tout ce que l’on imagine initialement. Le web du départ était beaucoup plus “vertueux” qu’aujourd’hui où de nos jours toutes les applications de toutes les plateforme jouent sur le flux vidéo, avec l’incitation de faire des stories et enregistrements vidéos ce qui justifie la 4G, puis la 5G… et qui en plus appauvrissent la fonction numérique.

[Compte-rendu] L’après-séance n°2 d’Écosophie du numérique – Alternatives technologiques et pratiques sociales (séance du 17 novembre 2023)

Participants :

Baptiste MELES, Marc CHANTREUX, Arthur PONS, Vincent BUARD

Intervention de Baptiste Mélès

Opacité des machines, questions de la philosophie Unix et logiciel libre, en
reprenant les choses en amont. Cette opacité et ses problématiques ne sont pas
spécifiques aux ordinateurs seulement.

Parallèle fait avec l’exemple du grille pain.

Paradoxe du numérique : agrandit à la fois nos capacités et est une source
d’aliénation.
Machine = instrument modifiant le mouvement imprimé de l’ordinateur.
Instrument = objet qui permet de réaliser une action (extension du corps) avec
d’un côté les outils (adopte sans modifier le mouvement imprimé de l’utilisateur, exemple du marteau et du tournevis) et de l’autre les machines (transformation du mouvement : exemple du grille pain, mouvement vers le bas donc tranche descend + et se retrouve grillée).

Conséquences : dans l’outil, le fonctionnement est transparent. Pour une machine, il est potentiellement opaque. On ne connait pas ce qu’il se passe à l’intérieur, qui peut-être caché. C’est souvent même une vertu de la machine pour la rendre disponible au plus grand nombre. Ce qui m’intéresse en tant qu’utilisateur: la fente, le thermostat, la languette pour baisser la tartine. Plusieurs machines différentes peuvent proposer la même interface : exemples du synthétiseur, du clavecin, du piano. L’opacité n’est pas forcément mauvaise.

Ordinateur : machines complexes qui ont été rendues accessibles à des personnes non informaticiennes. La complexité est rendue maitrisable par une série d’interfaces empilées les unes sur les autres (niveau matériel jusqu’aux GUI)

Les machines sont donc opaques.

2 conséquences probablement néfastes :

  • une contrainte externe sur le mouvement initial et terminal ;
  • une contrainte interne sur la fiabilité de la transformation de mouvement.

Souhait de brancher son grille pain à une beurreuse ? Et aussi une trancheuse ? Nécessité d’une compatibilité universelle pour composer à son goût. Ceci est très philosophie Unix : chaque programme fait une chose et la fait bien. Puis on les assemble comme on le souhaite.

Démonstration du pouvoir du grep “|” en ligne de commande qui permet de relier les différentes machines entre elles. Exemple d’une commande donné par Baptiste, pour rechercher 10 sujets contenant l’expression “lang” dans un ensemble de fichiers de philosophie : grep “lang” | shuf -n10

L’opacité pose des problèmes techniques et politique. Puis-je ouvrir, réparer et améliorer mon grille pain ? Puis-je distribuer mon grille pain amélioré ?

Amène aux quatre libertés du logiciel libre :

  • pouvoir exécuter le programme comme on le souhaite ;
  • pouvoir étudier le fonctionnement du programme (présence de vis pour ouvrir
    le grille pain) ;
  • pouvoir redistribuer des copies ;
  • pouvoir redistribuer des copies de nos versions modifiées (pouvoir
    distribuer mon grille-pain-beurreur).

Conclusion :
Le problème des logiciels est très général et peut s’étendre aux machines dans
leur ensemble.
Solutions : modularité et transparence.

Intervention de Marc Chantreux

Opacité de la machine dont l’ingénieur se méfie pour pouvoir maintenir efficacement un système. Cependant la production des outils actuels repose sur cette opacité, quand on voit la simplicité des outils de nos aïeux, on peut se poser la question du pourquoi de tant de complexité.

Aujourd’hui, cela a été dicté par les besoins de rentabilité. Difficile de réunir des experts de tous les domaines à tous les niveaux de la chaîne de production. Donc on s’appuie sur des “experts”, on achète des composants électroniques et logiciels à d’autres sociétés pour réduire le coût de sa valeur ajoutée.

Problème : la notion de propriété intellectuelle, accumulation de “boites
noires”.

Mouvement dans les années début 80, tentative de privatiser les codes, de créer des logiciels qui se basaient sur une économie (le logiciel privateur, logiciel propriétaire d’après Richard Stallman). Une façon de contrer cette opacité est d’ouvrir toutes les recettes de fabrication pour les composants (open-hardware) et du logiciel libre, qui pré-existait avant le logiciel propriétaire. Au départ, dans les universités puisque l’informatique vient des universités, l’objectif n’était pas le business mais bien de faire avancer la science. D’où le développement d’Unix et le besoin de faire des logiciels
spartiates.

Ordinateur = outil générique pour faire des opérations. Au dessus, on a des programmes. Au début, on lançait un programme, puis on relançait la machine, avec un nouveau programme. Le système d’exploitation est une sorte de programme intermédiaire qui permet de pouvoir lancer des programmes à la chaîne. Le matériel permet un nombre fini d’opérations, et avec cela les ingénieurs vont devoir créer des outils qui répondent à des besoins fonctionnels. Pour ça, ils s’appuient sur ces transformations d’état qu’ils transforment en abstraction. Exemple : éditer du texte, créer de la vidéo, tout ça sous la forme d’un conteneur générique qui est le fichier, ces
fichiers sont ensuite organisé de manière arborescente dans des répertoires. Mais ce n’est pas une nécessité : certains système d’exploitation n’ont pas de notion de fichiers, ou de catalogue… Un OS, pour en faire le tour, il faut réussir à répondre à un maximum de besoins fonctionnels avec un minimum d’abstractions et d’interactions.

Le monde Unix a essayé de penser dès le départ à cette complexité, ce qui résulte à très peu d’abstractions dans le système. L’immense majorité des terminaux, des supercalculateurs, sont sur Unix. D’autres valeurs doivent ressortir de ça :

  • simple à maintenir, car moins gros et font la belle part aux interactions plutôt qu’aux objets : maximiser les interactions entre les objets plutôt que de les faire grossir. Y aurait-il une arnaque dans le logiciel libre ? Car l’appel à contribution n’est pas si simple, avec par exemple la base de code de firefox composée de 65 millions de lignes de code. Évident : pour des raisons sociales de transmission, de facilitation, pour la discussion et l’autogestion, pour comprendre de quoi il s’agit, il faut revenir à des outils spartiates.
  • Les bénéfices du numérique sont à pondérer aujourd’hui à cause de problèmes de lisibilité, qui causent des problèmes de pilotage, de souveraineté, de démocratie. Il faut revenir à des choses simples.
  • Grosse question de la transmission : au lieu de créer du logiciel avec lequel l’utilisateur se débrouille, l’idée serait d’avoir plus de gens qui veillent à la transmission du savoir et l’intégration des gens dans les processus décisionnels, mais nous ne sommes pas dans une société qui le permet. Est-il possible de recréer le rêve qui a permis de donner vie à Unix ? La question se pose…

Intervention d’Arthur Pons

Lecture d’Illich, “la Convivialité”. Passage marquant où Illich parle de savoir :

Dans quel environnement l’enfant des villes voit-il le jour ? Dans un ensemble complexe de systèmes qui signifient une chose pour ceux qui les conçoivent et une autre pour ceux qui les emploient. Placé au contact de milliers de systèmes, placé à leurs terminaisons, l’homme des villes sait se servir d’un téléphone et de la télévision, mais il ne sait comment ça marche. L’acquisition spontanée du savoir est confinée aux mécanismes d’ajustement et de confort massifié. L’homme des villes est de moins en moins à l’aise pour faire sa chose à lui. Faire la cuisine, la cour ou l’amour devient matière à enseignement. Dévié par et vers l’éducation, l’équilibre du savoir se dégrade. Les gens savent ce qu’on leur a appris, mais ils n’apprennent plus par eux même. Ils sentent qu’ils sont besoin d’être éduqués.

Sentiment d’être souvent dans cette situation présente dans la phrase en gras.

Conversation avec Thomas Bernard : discussion autour de la documentation.
Comment réduire l’écart de vocabulaire entre le créateur et l’utilisateur ?
Retour d’une discussion de Thomas d’un groupe qui documente tout, à la manière
d’une histoire, y compris leur manière de fonctionnement.

Autre discussion avec Régis Witz à propos d’un générateur de site statique créé dans le collectif Katzele. Il nous demande la documentation, qui n’existe pas encore… et surtout il demande de la vrai documentation, pas une liste de commandes d’installation. Il voulait du français, avec des phrases qui mentionne l’intérêt et l’objectif de l’outil, ce qui est rare dans le monde de l’informatique. Et discussion avec Elsa, à propos de cette documentation limitée qui sert assez peu, peut-être seulement aux personnes qui utilisent ce code. Exemple du manuel avec la commande man sed. Frustration au moment d’apprendre à utiliser la commande car cela demande, malgré l’existence du
manuel, de devoir aller sur internet pour demander à un moteur de recherche comment fonctionne la commande. Sur le site du collectif Suckless, dans la rubrique sur “les outils qu’ils jugent ne pas être bien”, ils ont mis infotech, où ils expliquent l’existence d’une autre commande, info sed, qui donne une toute autre version de la présentation de la commande avec une introduction, des parties… personne ne m’avait dit que cette commande info sed existait. Peut-être est-ce la manifestation d’une culture qui s’est perdue avec le temps ?

Dernière chose : chaîne youtube 3blue1brown qui parle de maths, et la personne opte pour le même processus pédagogique et qui se focalise sur comment cette question a-t-elle pu se poser à cette personne à ce moment.

Hypothèse : peut-être est-il possible de faire une doc de meilleure qualité qui permettrait, adossée à des outils conviviaux, de réduire l’écart entre ce que signifie l’outil à la personne qui le conçoit et à la personne qui l’utilise ?

Test de cette manière de documenter le générateur de site statique Francium. Une grande partie du makefile. Pas totalement satisfait du résultat, il faudra sûrement relire et reprendre le tout.

Intervention de Vincent Buard

Entourés d’objets dont nous ne comprenons ni ne connaissons le fonctionnement.
Leur production nécessite une haute spécialisation (éducation supérieure, chaîne de prod sophistiquée…).

Pourquoi l’informatique est-elle un problème particulier ?

Modèle OSI (open system interconnection) représente ce qui se passe en informatique. Les utilisateurs sont dans la dernière et septième couche, celle de l'”application”.

Question de la division du travail : point de vue de Jacques Rancière (le philosophe et ses pauvres) avec la théorie des clercs et des pauvres, la classe qui a du temps contre celle qui n’en a pas.

En informatique, différentes classes : utilisateurs, analystes, développeurs et décideurs. Le chemin classique était : un besoin émerge -> celui-ci est qualifié et uniformisé par les analystes -> les choix techniques sont faits par des décideurs -> le travail est accompli par les développeurs -> le produit livré à l’utilisateur. Rôle important de l’analyste qui a presque disparu et qui pourrait être revalorisé. Ce travail est toujours fait mais de manière désordonné. Les gens de Framasoft sont pas mal dans cette mouvance là.

Axiologie : étude des principes moraux, une pratique qui n’apparaît presque plus.

Fin années 80, arrivée de Microsoft, on escamote les enjeux axiologiques par intérêt commercial : moins les utilisateurs comprennent ce qu’il se passe, mieux on leur vend le produit.

Analyse marxiste : critique de la valeur.

Beaucoup de bazar dans le monde de l’informatique, ce qui permet la création de poches de résistance, souvent locales, pour faire des choses qui rapprochent les gens.

Beaucoup de décisions sont prises par défaut, peu de réflexion : une technologie est à la mode donc on prend celle-là, ou alors on est limité par un budget, ou bien on s’appuie sur des compétences particulières d’une personne en particulier. Exemple du champ de l’IA : on a une solution nécessitant des forces de calcul de plus en plus grandes, au détriment de types de recherches qui pourraient trouver d’autres solutions. Avec en plus pour l’IA des résultats moins spectaculaires que l’on fait croire aux gens.

Donc cela pose des problématiques sur la durabilité des projets, la pérennité des données (les formats changent sans cesse), les évolutions impossible car les compétences ne sont plus là… les questions axiologiques ne sont plus posées que sous forme de vagues recommandations et de ‘bonnes pratiques’.

Des pistes :
Plus polémique, pour ouvrir la discussion : les machines ne sont pas des objets mais des systèmes, elle ne pensent pas, le code n’est pas non plus de la poésie car le code n’a pas de sémantique mais seulement une syntaxe.

Le quantified-self c’est l’exemple de l’applewatch : l’individu devient une extension de la machine.

La question de la connaissance technique n’est pas centrale : on peut avoir des outils propriétaires et fermés mais qui permettent l’émancipation. A qui profitent les gains de productivité ? Est-ce que les disruptions sont-elles vraiment des innovations, ou seulement une “révolution des moyens de production” (concept marxiste) de plus ?

Citation d’Orwell (traduite en français): “Échanger une orthodoxie pour un autre n’est pas forcément un progrès. L’ennemi c’est l’esprit transformé en gramophone (on dira en lecteur MP3 ajd), peu importe que l’on soit d’accord avec le morceau qui est joué à un moment donné.”

Échanges croisés avec le groupe Écosophie du numérique

Anne : Les modalités d’échanges, les jalons posés pour l’élaboration de ponts, posent la question du langage, de la pédagogie et du temps d’échange.

Baptiste : Arthur dit que Régis voulait une doc avec de vraies phrases, problème qui est proposé aussi par Marc avec Firefox. Il est compliqué de rentrer dans un code. Mais il existe des bonnes pratiques, des recommandations et la programmation lettrée de de Donald Knuth (voir la biblio pour plus d’explications). Cette pratique est utilisée par la communauté LateX, la communauté Caml, qui composent de vrais textes pour leur doc. Il existe donc de la documentation bien faite, avec différents niveaux de documentation.

Marc : Complexité intrinsèque au problème qu’on essaie de résoudre. On a beau
écrire des textes lisibles, si au lieu d’écrire sur des abstractions on reprend chaque instances de ces abstractions que l’on réécrit, on se retrouve avec des encyclopédies peu porteuses de savoir, et de plus elles seront trop longues à lire. Je m’intéresse beaucoup au langage fonctionnel, avec la question “y a t-il vraiment une bonne manière d’écrire du code ?”, avec le fonctionnel qui s’est imposé petit à petit. Approcher un texte on le fait toujours avec un fond culturel. Le débat dans la réappropriation des outils
numériques et le combat dans l’opacité c’est d’avoir une approche autour de la complexité, se poser la question du contrôle de cette complexité : interroger le besoin, un logiciel pas utile ne devrait pas exister. Les analystes remplacés par des chefferies de projet est un problème. Si on passe autant de temps à définir des outils très complexe, c’est que peut-être on en avait pas besoin.

Ne pas oublier qu’une partie de la communauté libre s’est mise à développer des outils qui ont les même problèmes que ceux produits par les GAFAM, mais qu’il reste aussi des communautés attachées à ce “minimalisme”, avec une vraie valeur complexe. La production d’outil est un médium porteur d’une façon de penser, comme l’avait dit Marcello lors de la première séance. Il faut réapprendre aux gens à utiliser des outils simples, et cela passe par l’éducation. Il y a une volonté d’incapaciter les gens pour créer du service. Il est nécessaire de pénétrer la scolarisation avec des bases de shell par exemple.

Vincent : Dans pratiquement tous les projets que j’ai suivi, les utilisateurs n’étaient pas intéressés, accablés déjà par de l’administratif et le reste de leur travail.

Arthur : Pose la question de l’école, de l’enseignement, ce que l’on souhaite transmettre. A un moment, dans “La convivialité”, Illich dit qu’un outil complexe n’est pas forcément pas convivial, et un outil simple n’est pas forcément convivial. Exemple des réseaux fluviaux pour les ressources, qui étaient compliqués, mais très conviviaux. Par contre plus tard, il note plusieurs fois la complexité comme un inconvénient des outils. Donc difficile de savoir ce qu’il en pensait. Il y a un avantage de cette complexité qui se doit d’être contrôlée et non subie. Parallèle à faire avec la sobriété, le fait de se rendre volontairement plus sobre permet de se redécouvrir une forme de liberté dans cette contrainte que l’on s’impose à nous même. En voulant se contraindre à des outils techniquement simples permet de revaloriser là où la complexité est nécessaire.

Anne : Je fais partie des chercheuses/chercheurs, qui est une communauté à ne pas généraliser. Besoin du démontage et de la compréhension comme un détour intéressant dans le processus de recherche, qui pourrait être vu comme une perte de temps mais également comme des formes d’investigations intellectuelles qui font partie du travail de recherche, et auxquelles il est intéressant de s’atteler.

Elsa : Parcours spécial des certains chercheurs qui on ce désir là. Donc peut-être il est possible de montrer, à travers différentes portes d’entrées pour chaque chercheurs, l’intérêt que celui-ci peut gagner dans ses travaux de recherche en se posant des questions relatives à ses outils numériques.

Vincent : Ce qui ramène à l’importance du métier d’analyste.

Baptiste : l’ingénieur se doit être capable de faire des choses aussi simplifiables que possible.

Marc : Simplement se parler entre l’utilisateur et le développeur existe et permet de maintenir toute cette contre-culture. Donc est-ce vraiment une question d’informatique ? Ce n’est pas le numérique qui pose problème, c’est partout pareil, de complexité à travers le management… Pourquoi ne pas miser sur l’éducation ? Beaucoup de personnes, une fois que l’on démystifie la chose, parviennent à comprendre l’algorithmie par exemple.

Vincent : Attention, l’analyste n’est pas une personne mais une fonction, une fonction que l’on a fait disparaître. A un moment on doit déléguer le pouvoir de décider à quelqu’un. La culture de l’outil est un vecteur d’émancipation, et ça je suis tout à fait d’accord.

Présentation en conclusion de la liste de diffusion renater ecosophie du numérique.

Bibliographie et sitographie

Richard Stallman : programmeur et militant du logiciel libre. Créateur de la licence publique GNU.

plan9 : système d’exploitation expérimental développé par Bell Labs.

collectif Katzele : collectif de réflexions et d’expérimentations autour des pratiques du numérique dont font parti notamment Marc et Arthur.

collectif suckless : se définit comme une “software community of programmers working on projects with a focus on minimalism, simplicity, clarity, and frugality”.

3blue1brown : chaîne youtube de vidéos illustrant des concepts mathématiques de niveau universitaire, avec une approche visuelle caractéristique.

[Hubert-Félix Thiéfaine](https://fr.wikipedia.org/wiki/Hubert-F%C3%A9lix_Thi%C3%A9faine); Alligator 427 : chanson du chanteur français Hubert-Félix Thiéfaine sortie en 1979 inspirée “par sa peur du cancer et qui évoque les centrales nucléaires”.

Jacques Rancière : philosophe français.

Framasoft : réseau d’éducation populaire consacré principalement au logiciel libre.

Donald Knuth : informaticien et mathématicien américain, préconnisant une approche de la programmation lettrée

LateX : système de composition de documents.

Caml: langage de programmation généraliste conçu pour la sécurité et la fiabilité des programmes.

Conférence sur la motivation des communautés logicelles : [lien]
(https://replay.jres.org/w/hnmYK54GxaQPxgJkxBH4ND)

[Compte rendu] L’après-séance n° 1 de Marcello Vitali-Rosati et “la matière qui pense” (séance du 6 octobre 2022)

Articulation des deux premières séances, de la “matière qui pense” au
“convivialisme numérique” : les échanges ont porté sur la poursuite de la première séance animée par Marcello Vitali-Rosati et sur la manière dont ce premier jalon allait se poursuivre par le deuxième séance de l’Atelier de recherche, le 17 novembre
2022, dont l’animation a été confiée à Marc Chantreux et Arthur Pons.

Interrogations de Marc Chantreux et Arthur Pons autour de “l’ articulation
des concepts de la philosophie unix, du minimalisme et du “convivialisme”. À
travers le concept de “convivialisme numérique”, ils souhaitent désigner :
* une pratique collective du numérique fondée sur l’assistance, la
transmission du savoir et la co-gestion d’un numérique à l’échelle locale et
qui ne réponde à un besoin que ne trouve d’autre solution qu’une solution
technique ;
* l’usage de logiciels qui répondent par leurs propriétés à cette pratique du
numérique ;
* les propriétés décrites dans les premiers chapitres de The Art Of Computer
Programming (https://en.wikipedia.org/wiki/The_Art_of_Computer_Programming) ;
* les 4 libertés logicielles.

Marc : En repartant de l’exposé de Marcello sur la pensée de la matière,
j’aurais tendance à proposer l’hypothèse qu’en pensant que la logithèque
unix force l’utilisateur à penser par abstraction plutôt que par
solution, cela permet d’interdire aux outils de penser à notre place et par
là déjouer le piège que nous tendait le consumérisme numérique.

Résumé des échanges :
Marc et Arthur se présentent comme des ingénieurs informaticiens conscients de
leurs limites en connaissances de ce sujet en philosophie, ou en sciences
humaines de manière générale, qui exposent leur volonté de voir leur vision
complétée par celles de spécialises de la pensée d’Ivan Illich. Selon eux, la question est de savoir si Ivan Illich validerait leurs propositions comme convivialistes.

Marc et Arthur souhaitent donc apporter aux participants de l’Atelier :
* la critique qu’ils adressent aux outils numériques actuels et à l’industrie
informatique en général ;
* une réflexion sur les grands principes du convivialisme numérique ;
* une explication sur comment ces outils peuvent répondent aux besoins des 3
écologies.
En retour, les philosophes proposeraient une lecture de leur approche par la
pensée d’Illich et tout autre ressource de sciences humaines pertinente.

Les organisatrices de l’atelier ont pour volonté de faire intervenir des voix
différentes dans le point de vue sur les débats qui ont commencé. Elles ont donc proposé une intervention de Baptiste Mélès qui est chercheur CNRS en
histoire et philosophie des sciences.
Celui-ci voudrait proposer uneintroduction à la philosophie Unix afin
* de montrer comment la technologie a fait émerger une culture ;
* d’expliquer qu’unix est donc la culture alternative la plus proche de nos
attentes et celle qui, par sa popularité, provoque le plus d’imaginaires ;
* de rappeler l’importance des 4 libertés et la démonstration que la
collaboration, lorsqu’elle passe sous le radar des politiques, est
incroyablement plus efficace que la compétition qui nous est actuellement
vendue ;
C’est aussi une belle démonstration de l’échec d’une partie de la communauté
à transmettre la culture unix et le convivialisme qui existait plus
naturellement quand nos PCs étaient le facteur limitant.

### Synthèse de Marc sur certains des enjeux mis en valeur lors des
discussions par mail entre les deux séances :
Les ingénieurs ont souvent du mal à mobiliser les sciences humaines pour faire
l’étude et le témoignage de la culture qui gravite autour de la production
des objets technologiques. Ils font pourtant face à des concepts que les SHS
étudient :
* la tension entre les attentes des utilisateurs et les contraintes techniques, la complexité d’un eco-système vs l’inconscience de commanditaires ;
* dynamique, finalité, entropie, inertie culturelle… ;
-> se retrouvent enfermés dans des concepts spécifiques à la technologie ;
* la place de vecteur de rétroaction continue entre société et technologie est
ignorée ;
* l’intuition et la pratique précède la théorie.
Les ingénieurs ont du mal à témoigner de la valeur sociale et/ou politique de leurs
pratiques et mobilisent plus volontiers des notions abstraites qui permettent
l’économie de l’introspection (le bon sens, l’expérience, l’intuition).
-> Ce sont les sciences humaines qui permettent rétrospectivement d’apporter
un vocabulaire.

* Marc établir un parallèle entreMarcello -> la matière pense et Dawkins -> la mémétique => l’objet (économique, culturel, social) est donc acteur et non environnement (quoi que l’environnement soit acteur ?).

Il nous faut prendre les intuitions de ces ingénieurs comme la révélation des
mutations culturelles qui s’opèrent à proximité de la production de la
technologie :
* l’ingénieur est vecteur de sa culture dans l’objet ;
* l’objet véhicule cette culture auprès d’utilisateurs qui n’ont pas connaissance des intentions initiales et du contexte dans lequel elle naissent ;
* de cette incompréhension nait de nouvelles mutations qui positionnent les
attentes des usagers ;
* les usagers d’aujourdhui sont les ingénieurs de demain!

Ces boucles mémétiques rétroactives nous éloignent à la fois du propos initial
mais aussi de la possibilité de penser le besoin par d’autres biais –> les
objets techniques deviennent des acteurs à part entière, des bassins
mémétiques qui les font naitre et dans lesquels ils évoluent.

L’établissement d’une monoculture est dangereuse :
* pas de résilience sans diversité ;
* la disparition d’un courant technophile invisibilise son projet social ;
* “computers for the rest of us” -> l’enfer est pavé de bonnes intentions ?
* le mouvement libriste est finalement tombée dans cette erreur ;
* “révolution accidentelle” (bouquin sur la création de linux) -> “dictature
accidentelle” (de apple/MS/IBM?) (confirmée par le head de MS dans “que reste-
t-il du libre”?)


Résumé de certains enjeux abordés lors de la discussion entre les séances
par Elsa Van Kote
:
Concernant la notion de convivialisme numérique portée par les collaborateurs
informaticiens, plusieurs points important ont émergé, notamment la nécessité
de faire prendre conscience de l’intérêt de produire des outils qui respectent
l’idée d’isofonctionalité protocolaire, selon laquel toute fonction
présente dans une interface graphique devrait être accessible par une
intéraction de bas niveau avec le service. Cela comprend également les outils
proposés en sciences humaines. Et deuxièmement, celui de mettre en place des
ateliers de formation pratique indispensables pour la compréhension des
enjeux.

Un autre défi se présente à nous également, celui de l’évolution rapide du
domaine du numérique et de nos pratiques. Des pratiques d’informaticien des
années 80 peuvent parfois sembler étrange pour des néophytes en la matière.
Exemple avec la pratique de réponses aux mails à l’aide de chevrons, qui
porte de doux nom de nétiquette (https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9tiquette).


Informations sur d’autres sources d’information sur ces enjeux
Éclairage de Framasoft : Christophe Masutti 11/10/2022
https://framablog.org/2022/08/29/bifurquer-avant-limpact-limpasse-du-capitalisme-de-surveillance/
La seconde partie interroge notre rapport à la technique.
ramasoftreprésente ce mouvement en France (comme il est indiqué sur le synopsis de
l’audio sur Soundcloud à propos du livre de Celnik et Benoit alors que dans
leur – très bon – livre ils ne prétendent rien de tel), c’est mal comprendre
qu’à Framasoft, nous ne concevons d’autres usages de la technique que dans un
mouvement qui remet en cause d’abord et avant tout le capitalisme par
l’action directe, donc sans possibilité de faire une critique de la technique
sans une critique sociale et économique qui se cherche dans le programme que
nous proposons (et qui évolue au fur et à mesure des années). Framasoft
représente plusieurs mouvances en son sein : même si nous sommes peu nombreux
(35) nous ne sommes pas un bloc uniforme. En tant qu’anarchistes (1/3 de
Framasoft, je dirais), nous concevons que l’aliénation des techniques est un
gros problème mais que l’usage des techniques peut être un compromis
acceptable si l’on ne veut pas verser dans une sorte de primitivisme (qui
n’est pas condamnable en soi car il est souvent porteur d’une critique
intéressante de la technique). Beaucoup comme moi regardent les attitudes de
repli et de refus technique comme purement réactionnaires, c’est du luddisme
moderne, c’est tout. Mais nous ne nous permettront pas d’avoir l’outrecuidance
de critiquer ceux qui bien que “technocritiques” font face à leurs propres
contradictions en utilisant tout de même des services de Google ou Facebook,
ou un smartphone : c’est l’image de l’infirmière que je relate dans mon texte
cité ci-dessus. Le monde ne se divise pas entre techno-béats idiots,
technophobes contrariés, et alternuméristes prétentieux. Nous sommes plus que
cela et c’est pourquoi je recommande sur ce point la lecture de M. de Certeau.

liste sobriete-numerique
Aussi Marc vous propose de rejoindre la liste sobriete-numerique
créée après son intervention à JRES 2019 :
https://groupes.renater.fr/sympa/info/sobriete-numerique
Pardon à ceux qui n’ont pas réussi à s’incrire : la liste a été renommée :
https://groupes.renater.fr/sympa/info/convivialisme-numerique
L’idée était d’être explicite et précis sur la discussion (la sobriété étant
devenu un terme à géométrie beaucoup trop variable).

Bibliographie et sources
* Critiques de l’alternumérisme, présenté par les membres de Framasoft :
[podcast soundclound]
(https://soundcloud.com/techologie/70-techno-luttes-les-nouveaux-visages-de-la-technocritique-avec-nicolas-celn)
* “[Contre l’alternumérisme]
(https://www.hobo-diffusion.com/catalogue/2227/contre-l-alternumerisme)” de
Julia Laïnae et Alep Nicolas.
* [EcoInfo](https://ecoinfo.cnrs.fr/) : site web regroupant des réflexions
et propositions d’action suivant différents axes pour réduire les impacts des
TICs sur notre environnement et appliquer ainsi une forme de sobriété
numérique par des comportements et des choix éco-responsables.
* “[La Convivialité]
(https://www.seuil.com/ouvrage/la-convivialite-ivan-illich/9782757842119)” de
[Yvan Illich](https://fr.wikipedia.org/wiki/Ivan_Illich)
* “[L’Homme unidimensionnel]
(https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Homme_unidimensionnel)” de [Herbert
Marcuse](https://fr.wikipedia.org/wiki/Herbert_Marcuse “Herbert Marcuse”) :
essai qui propose une critique du monde moderne qui emporte à la fois le
capitalisme et le communisme soviétique, basée sur le constat, dans les deux
systèmes, de l’augmentation des formes de répression sociale.
* “[The Road to Wigan Pier]
(https://en.wikipedia.org/wiki/The_Road_to_Wigan_Pier)” de Georges Orwell :
peu avant d’aller prendre part à la guerre civile espagnole, George Orwell
fait un reportage au cœur du pays minier anglais, où se trouve Wigan. Ce décor
de terrils, de montagnes de boue, de cendres et de suie symbolisant la laideur
de la grande industrie, va lui inspirer ce récit.

Personnes mentionnées
* [van Illich (https://fr.wikipedia.org/wiki/Ivan_Illich) : né le 4
septembre 1926 à Vienne en Autriche et mort le 2 décembre 2002 à Brême en
Allemagne, est un prêtre devenu philosophe, un penseur de l’écologie politique
et une figure importante de la critique de la société industrielle.
* Nicolas Celnik (https://reporterre.net/Techno-luttes-Rencontre-de-Reporterre-avec-Fabien-Benoit-et-Nicolas-Celnik-a-Paris) : journaliste indépendant et collaborateur régulier des pages Idées de Libération, où il suit les enjeux de l’écologie politique et de la critique
des nouvelles technologies. Il a couvert en Amérique latine plusieurs crises
qui ont secoué les démocraties du continent.
* Sophie Quinton(https://team.inria.fr/spades/quinton/) : chercheuse et
chargée de mission “Sciences, Environnements et Sociétés” à l’Inria
(https://sens-gra.gitlabpages.inria.fr/atelier-impacts-recherche/www.inria.fr)
Grenoble.

[Compte-rendu] “Les vertus pédagogiques de la transcription, enjeux et outils” (Estrades/EVEille sept. 22)

Présentation d’Anne Réach-Ngô lors de la matinée organisée par le groupe OLIO aux deuxièmes rencontres Estrades / EVEille (Strasbourg, 12-13 septembre 2022)

Résumé de la présentation

L’objectif du projet pédagogique Tragiques inventions est d’inviter des étudiant.e.s en Master de Lettres, d’Édition numérique, de Documentation, des doctorants mais aussi des étudiants de Licence de Lettres à faire l’expérience d’une entreprise d’éditorialisation afin qu’ils/elles comprennent par le geste “ce qui se passe” quand on met en ligne des ressources patrimoniales. Pour ce faire, ils sont introduits au sein d’une communauté d’agents (informaticien.ne.s, ingénieur.e.s, chercheur.se.s, enseignant.e.s) qui réfléchissent au processus, à ses enjeux, à ses implications ainsi qu’à son ergonomie. La transcription du texte constitue l’une des opérations de ce processus, selon différentes procédures qu’il convient d’examiner selon les visées du projet.

Le travail pose bien la question de la plate-forme de transcription, puis du logiciel lui-même, dans un second temps. Il s’agit d’abord d’interroger le phénomène de la textualité et la manière dans l’acte de transcription constitue un acte de lecture au sens plein du terme (qui comprend donc un déchiffrement, une explicitation, éventuellement une interprétation, en tout cas toujours un engagement et une restitution à destination d’un lecteur.rice). La première question consiste donc à se demander pourquoi on transcrit, suivant quelles intentions et par conséquent selon quels protocoles.

Le recours à un éditeur de texte très simple (Notepad++, SublimeText, etc.) constitue un espace de confrontation à l’exercice de la transcription tout à fait suffisant dans un premier temps pour appréhender, suivant un travail collaboratif, la diversité des choix éditoriaux qui se posent. Cela conduit les étudiants à saisir ce que la transcription “fait” au document-source. La transcription d’un même texte par un groupe d’étudiants sans consigne de départ est à cet égard édifiant, tant les résultats diffèrent. La répétition de l’opération avec différents protocoles, de plus en plus affinés, confirme la nécessité d’un échange pour l’établissement des normes de transcription selon les visées de l’établissement premier du texte. Dans le cadre d’une formation plus avancée à destination des doctorants, l’étape suivante consiste à présenter les différents outils de transcription à disposition afin de montrer aux étudiants comment le questionnement scientifique du projet qui nécessite la transcription des textes peut conditionner le choix de l’outil. Cela permet alors d’interroger l’héritage philologique et son renouvellement à l’heure du numérique.

Image mise en avant : photo retraité à partir de https://pxhere.com/fr/photo/1231258?utm_content=shareClip&utm_medium=referral&utm_source=pxhere

[Compte-rendu] « Transcription collaborative, enjeux et outils » (Estrades/EVEille septembre 22)

« Transcrire collectivement avec Scripto (MediaWiki + Omeka S) »

Présentation de Pierre Willaime (AHP, CNRS) lors de la matinée organisée par le groupe OLIO aux deuxièmes rencontres Estrades / EVEille (Strasbourg, 12-13 septembre 2022)

En archivistique, on préconise que ce soit une même personne qui produise l’instrument de transcription et ses protocoles et qui réalise la transcription. Elena Pierazzo a montré que de nouveaux rôles étaient apparus avec le développement du numérique qu’il fallait prendre en compte pour analyser les opérations, notamment la transcription. Cela pose notamment la question de la responsabilité de l’éditeur. 

La transcription collaborative présente des avantages, dans le cas de gros corpus, lorsqu’on rencontre des difficultés de lecture et d’interprétation, lorsque l’on a besoin de faire appel à une expertise extérieure afin d’éviter les biais, dans le souci de rendre explicite tous les choix de transcription. Comme il fonctionne pour un grand nombre d’utilisateur·rices, elle est pensée comme un moyen de gérer les conflits.

En cela, la transcription collaborative apparaît comme un défi car l’outil devra permettre d’échanger sur le corps de la transcription, selon la notion de « sagesse des foules » proposée par Surowiecki. L’une des difficultés tient aussi à la fonctionnalité du suivi des modifications, particulièrement complexe dans le cas de la transcription collaborative (l’exemple de Wikipedia est à cet égard assez instructif : l’encyclopédie libre est fondée sur un wiki).

Scripto, module officiel soutenu par le même développeur qu’Omeka, est une passerelle entre Omeka classic / Omeka S (qui sert de garant d’interopérabilité) et mediawiki. Il s’agit d’outils très adaptables qui fonctionnent très bien et qui sont interconnectés dans Scripto.

L’outil n’a pas été vraiment pensé pour le balisage, même s’il comprend des extensions en TEI. Il nécessite l’intervention régulière de quelqu’un pour le gérer, ce qui est une contrainte non négligeable.

La discussion a porté sur l’avantage d’utiliser les deux outils afin de bénéficier de l’historique et de l’interface de Wiki et de la structuration des données et des métadonnées grâce à Omeka.

« Gestion de projets collaboratifs de transcription avec TACT »

Présentation d’Elisabeth Greslou et Arnaud Bey (Litt&Arts, UGA) lors de la matinée organisée par le groupe OLIO aux deuxièmes rencontres Estrades / EVEille (Strasbourg, 12-13 septembre 2022)

TACT est une plateforme de transcription mais aussi de création de projets de transcription, développé à partir de 2016 dans le cadre d’une thèse de doctorat sur les correspondances familières aux XVIIe et XVIIIe siècles, par Iris Fabry sous la direction de Julie Sorba (LIDILEM), avec PHuN de Grenoble. Elle a ensuite été développée dans le cadre d’un nouveau cahier des charges et est devenue PATCS, avant d’obtenir de nouveaux financements et de devenir TACT. La plateforme TACT est parvenue à s’améliorer notamment par le recours à divers Transcripthons qui ont permis de la faire tester et connaître.

L’idée de départ était que la transcription ne doit pas mobiliser trop de ressources dans un projet car elle constitue la première étape du travail mais ne constitue pas un lieu en soi pour faire des analyses. La plateforme doit pouvoir s’adapter à des projets hétérogènes, avec diverses formes de réutilisation. Elle fonctionne par la mise à disposition d’un espace, avec un manuel d’accompagnement. Ensuite, chaque projet élabore son propre guide de transcription. En cela, la plateforme invite à la rédaction d’une documentation, ce qui est un passage obligé de toute gestion de projet. Elle nécessite aussi, comme tout outil de transcription, d’élaborer un schéma d’encodage RNG qui peut être fait avec ROMA. La plateforme est adaptative et a intégré le protocole IIIF et le recours à l’OCR. TACT comprend aussi un blog des actualités. La disponibilité sur un navigateur, la facilité de la prise en main ainsi que l’import et export notamment par lots constituent les principaux avantages de la plateforme. En revanche, TACT ne permet pas d’encodage fin et l’unité de travail reste restreint à celle du facsimilé. Le travail sur les métadonnées est par ailleurs à affiner mais le projet manque d’une d’équipe dédiée au développement. 

Image mise en avant : photo retraité à partir de https://pxhere.com/fr/photo/1231258?utm_content=shareClip&utm_medium=referral&utm_source=pxhere

 

 

[Compte-rendu] « Environnement de transcription intégré à Omeka Classic : le plugin Transcript » (Estrades/EVEille sept. 22)

Présentation de Richard Walter (THALIM, CNRS) lors de la matinée organisée par le groupe OLIO aux deuxièmes rencontres Estrades / EVEille (Strasbourg, 12-13 septembre 2022).

Richard Walter a d’abord présenté la plateforme EMAN (Edition de Manuscrits et d’Archives Numériques) qui compte plus de 55 projets à ce jour. Cette chaîne éditoriale générique qui repose sur le logiciel Omeka est fondée sur le développement ouvert et partagé d’un grand nombre de plugin, ce qui conduit à une transformation progressive d’EMAN d’une plateforme généralise au déploiement d’un plateforme spécialisée, qui autorise notamment la transcription en XML-TEI.

Le principe du module Transcript est en effet d’accompagner l’encodage avec un minimum d’apprentissage, tout en respectant les règles de la communauté TEI. Le projet est itératif et se développe avec de nouvelles fonctionnalités qui sont explorées collectivement au sein de la communauté EMAN : 

– la plateforme comprend un éditeur mais aussi un validateur de codes qui permet de faire fonctionner Transcript avec des fichiers qui ont été produits à l’extérieur d’EMAN ; 

– l’une des grandes avancées réside aussi dans le passage de la transcription page à page à la transcription multipages ; 

– la visualisation va sans doute être déployée avec l’outil TEI Publisher, après une tentative peu concluante avec TEI Boiler Plate ;

– des développements sont en cours actuellement pour la création d’index.

L’ensemble des réflexions menées au sein de la communauté EMAN vise à élaborer un nouveau modèle d’édition savante numérique, en assurant un continuum entre l’étape de la description des documents dans le cadre des métadonnées d’une bibliothèques numériques et celle de la transcription où les informations sont insérées au sein du texte lui-même. Les chantiers à venir visent à implémenter LateX et MathML.

Il serait possible d’installer le plugin Transcript, indépendamment d’Omeka mais cela demanderait quelques ajustements et constituerait un autre projet. Lors de la discussion, il a ainsi été souligné l’influence de l’outil sur la démarche, ce qui est intéressant en termes de geste éditorial. Les métadonnées sont mises en avant par Omeka et la transcription n’est qu’une fonction implémentée sur EMAN dans un second temps. Au contraire, dans Oxygen par exemple, c’est bien la transcription qui est le point de départ du travail. Ces deux logiques se croisent mais elles engagent aussi des différences qu’il ne faut pas oublier d’interroger. 

Image mise en avant : photo retraité à partir de https://pxhere.com/fr/photo/1231258?utm_content=shareClip&utm_medium=referral&utm_source=pxhere

pile de livres

[Lectures] Numesthésie

Cette bibliographie est en cours de constitution et sera augmentée tout au long des recherches menées dans le cadre des journées EVEille 2023 consacrées à la notion de numesthésie. N’hésitez pas à nous écrire si vous souhaitez participé à son enrichissement !1

Épistémologie du sensible

  • Jean-Pierre Changeux, Du vrai, du beau, du bien : une approche neuronale, Paris, Odile Jacob, 2010.
  • Lucien Febvre, Au cœur religieux du XVIe siècle, Paris, SEVPEN, 1952.
  • Carlo Ginzburg, À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard, 2001.
  • David Howes, Empire of the Senses, Oxford, Berg Publishers, 2005.
  • Claude Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, Paris, Plon, 1962.
  • Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.
  • Jacques Rancière, Le Partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique, 2000.
  • Michel Serres, Les Cinq Sens, Paris, Bernard Grasset, 1985.
  • Georg Simmel, Soziologie. Untersuchungen über die Formen der Vergesellschaftung, Leipzig, Duncker & Humblot, 1908.

Étude de cas

Médiation numérique muséale

Sujets voisins

Philosophie

  • Evard Jean-Luc, Du Sensible au sensé, Paris, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2015.
  • Hénault Anne, Le Sens, le sensible, le réel. Essais de sémiotique appliquée, Paris, Sorbonne université presses, 2019.
  • Robert Franck, Merleau-Ponty, Whitehead : le procès sensible, Paris, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2011.
  • François Urvoy, L’Expérience multiforme, Paris, Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2009.

Approche par sens

Bembibre, Cecilia and Matija Strlič, “From Smelly Buildings to the Scented Past: An Overview of Olfactory Heritage”, Frontiers in Psychology, vol. 12, 2022. DOI : 10.3389/fpsyg.2021.718287

  • Bembibre, Cecilia and Matija Strlič, “Smell of heritage: a framework for the identification, analysis and archival of historic odours”, Heritage Sceice, vol. 5, 2017. DOI : 10.1186/s40494-016-0114-1
  • Hendriksen, Marieke, & Wragge-Morley, Alexander, BJHS Themes, Taste and the history of science. vol. 7, 2022, DOI : 10.1017/bjt.2022.8
  • Leemans, Inger and William Tullett, Cecilia Bembibre et Lizzie Marx, “Whiffstory: Using Multidisciplinary Methods to Represent the Olfactory Past”, The American Historical Review, Volume 127, issue 2, 2022, p. 849–879, DOI : 10.1093/ahr/rhac159
  • Marx, Lizzie and Sofia Collette Ehrich, William Tullett, Inger Leemans, Cecilia Bembibre, Odeuropa, IFF et Museum Ulm, “Making Whiffstory: A Contemporary Re-creation of an Early Modern Scent for Perfumed Gloves”, The American Historical Review, vol. 127, issue 2, 2022, p. 881–893, DOI : 10.1093/ahr/rhac150
  • Tullett, William and Inger Leemans, Hsuan Hsu, Stephanie Weismann, Cecilia Bembibre, Melanie A Kiechle, Duane Jethro, Anna Chen, Xuelei Huang, Jorge Otero-Pailos et Mark Bradley, “Smell, History, and Heritage”, The American Historical Review, vol. 127, issue 1, 2022, p. 261–309, DOI : 10.1093/ahr/rhac147

Photo by Kimberly Farmer on Unsplash

  1. Merci à Fabienne Gallaire pour l’indication de certaines de ces références. []
paresseux dans un arbre

Réutiliser les données : un droit à la paresse ?

À l’occasion de la quatrième journée des Journées EVEille 2022 consacrées aux principes FAIR, j’ai souhaité explorer quelques pistes de réflexions sur la réutilisation des données, en adoptant sans surprise le point de vue un peu particulier d’une chercheuse en lettres1.

Arrêtons-nous d’abord sur le mot en lui-même.

Réutiliser des données, cela n’aura échappé à personne, implique une action *a minima* en deux temps : utiliser d’abord, puis utiliser encore. Le verbe se focalise sur ce second temps, cette suite donnée à une action précédemment exécutée, qui doit être préparée en amont. Réutiliser implique donc un double usage. Pour cette raison, la réutilisation peut s’avérer vertueuse ; vertueuse au sens économique d’« enchaînement de mécanismes dont le cumul entraîne l’amélioration d’une situation ». Pour les plus optimistes d’entre nous, ou les plus mercantilistes, la fructification est aussi le signe d’un gain potentiel d’énergie : « Ce qui est fait n’est plus à faire », dit l’adage. Certes. Mais ce qui est fait peut quand même être refait, voire re-refait, selon un mouvement itératif infini. Le faire peut être répété, reproduit, amélioré même. « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage », préconise un autre proverbe.

Continuer la lecture
  1. Voir l’enregistrement de cette introduction sur la chaîne UHA pod des journées EVEille. []

FAIR Way : approches éthique et épistémologique

Lorsqu’au détour d’une conversation, l’idée de cette intervention entre synthèse et ouverture a surgi, je me suis d’abord dit que ce n’était pas un exercice pour moi. La pensée resserrée dans une expression concise n’est pas dans ma nature profonde. Vous voilà prévenus ! J’ai aussi été pris d’un doute et me suis demandé si j’avais été assez attentif à toute l’épaisseur des perspectives explorées lors de la première journée ou si je parviendrais à cerner les jalons nécessaires pour introduire les enjeux de la seconde. Après un temps de réflexion, je me suis finalement souvenu de ce qui fait l’essence d’EVEille et de ma participation à son comité scientifique : l’envie de construire autrement des axes d’intelligence du numérique. Aussi, pour les quelques minutes à venir, mon propos tiendra moins du résumé analytique que de la digression, et ce, afin d’offrir une vision sur les étapes et les errances de construction d’une dispositio commune.

Continuer la lecture