Archives de catégorie : Matière à penser

image de carte-mère

Édition et formation : deux missions qui s’alimentent

Arrivée dans le laboratoire ILLE depuis mi-octobre 2022, et travaillant en parallèle au laboratoire ARCHE de l’université de Strasbourg, la mission qui m’a été confiée est double : premièrement, reprendre avec mon collègue Guillaume Porte les différentes étapes de la chaîne de production de travaux d’éditions scientifiques, à travers le projet d’édition Estrades. Ce projet, porté par l’initiative de Guillaume, consiste à la création d’une plateforme d’édition de sources textuelles structurées dans le domaine des sciences humaines et sociales, proposant des éditions interrogeables, FAIR et publiées au format numérique et/ou papier. Deuxièmement, ma mission sera d’accompagner trois chercheuses et doctorantes du laboratoire ILLE dans leur travail éditorial afin qu’elle puissent, au terme de leur recherche/doctorat, proposer une édition structurée de leur corpus de recherche.

Quelques semaines après mon arrivée, j’ai pu mesurer ce qu’avait tenté de m’expliquer Guillaume quelques temps auparavant : c’est-à-dire l’existence d’un réel déséquilibre entre les différentes institutions concernant les moyens et les ressources octroyés aux chercheurs.euses souhaitant éditer leur corpus. Deux groupes sont en effet à distinguer :

  • un premier groupe composé d’institutions très avancées et maîtresses dans le domaine des humanités numériques (dans lequel on trouve par exemple le Pôle Document Numérique de l’université de Caen, qui va bientôt fêter ses 10 ans, ou bien encore des institutions parisiennes comme l’École nationale des Chartes (ENC) ou l’Université PSL, dont les deux formations en humanités numériques proposées vont également fêter respectivement leurs 10 et 3 ans, si je ne me trompe pas).
  • de l’autre côté un second groupe composé d’institutions dispersées dans le reste de la France où le concept même d’humanités numériques peine à percer (c’est le cas notamment de l’université de Strasbourg dont les projets d’édition de corpus reposent en grande partie sur des chercheurs.euses et ingénieur.e.s volontaires).

Diplômée de l’École nationale des Chartes, et ayant effectué mon stage de master au sein du PDN de Caen, je suis arrivée à l’université de Strasbourg avec un regard biaisé sur la question. Je n’ai pu mesurer cet écart entre les groupes qu’après quelques semaines d’échanges avec des collaborateurs.trices d’Alsace. Malgré tout, je reste persuadée que ce “retard” n’en est pas un et qu’il permet au contraire de pouvoir tirer profit des conclusions émergentes d’institutions plus “avancées”. Les échanges ou lectures que j’ai pu avoir, de même que mes expériences m’ont permis de distinguer différents points d’amélioration à prendre en compte dans la création de nouveaux pôles éditoriaux :

  • bien souvent, les services d’appui à l’édition que nous proposons sont souvent perçus par les chercheurs comme une prestation de service, alors que nous sommes avant tout un laboratoire de recherche. Nos missions sont donc différentes ;
  • n’ayant aucune idée de la manière dont les ingénieurs procèdent, l’imaginaire pensé autour du numérique, l’incompréhension d’un vocabulaire et des pratiques dont nous usons amènent souvent à des problèmes de compréhension entre le monde de la recherche et celui de l’ingénierie, et donc à des pertes de temps sur les projets. D’où la nécessité de création et de partage d’un vocabulaire commun ;
  • une répétition et une ré-invention des outils utilisés pour chaque projet, dû probablement à une dispersion des moyens ainsi qu’à un manque de communication entre les institutions. Alors qu’il serait plus profitable de se focaliser sur une mutualisation contrôlée des dits moyens, bénéfique à plusieurs points de vue (financier, ressources humaines, pérennisation des emplois…) ;
  • la dépendance des ingénieurs et chercheurs à des outils et logiciels techniques propriétaires, en provenance des GAFAM, constitue à mon sens une atteinte à la liberté de la recherche. Il s’agit là d’un problème alarmant que pourraient en partie résoudre le recours à des logiciels libres.

Mon hypothèse est donc la suivante : à travers très peu d’heures de formation aux notions, outils et pratiques numériques libres, une chercheuse/un chercheur peut acquérir une autonomie favorable à ses travaux de recherche, lui permettant une ouverture de sa pensée critique, une gestion plus efficace et autonome de ses fichiers, de même qu’une acquisition de connaissances profitable à un travail collaboratif avec des ingénieurs d’études et de recherche.

Pour cela, il s’agit de procéder à une formation aux bases, sous forme de pas-à-pas que la chercheuse/le chercheur doit ensuite approfondir par elle-même/lui-même. Les différentes étapes de récupération, traitement et production de données dans le processus éditorial scientifique sont toujours accolés à des outils et des pratiques techniques que nous détaillerons plus bas, et qu’il s’agit de comprendre à minima. Sans oublier cependant que, dans mon cas au laboratoire ILLE, cette formation est adaptée à des personnes ayant déjà une connaissance et une vision de ce qu’est l’édition numérique scientifique. En effet, les personnes que j’accompagne ont déjà reçu une formation en XML-TEI, de même qu’en gestion de bases de données (concernant le logiciel Heurist dans leur cas), en langages à balises et de développement pour de la production web (HTML, CSS, Javascript) et également en langage de requête XSL et xQuery. Nous pourrions donc compter trois groupes, trois situations différentes dans le champ de la recherche en humanités numériques :

  • un premier groupe composé de chercheuses.eurs avec des connaissances/compétences en humanités numériques ;
  • un second groupe composé des chercheuses.eurs en sciences humaines n’ayant encore ni connaissances, ni formation en humanités numériques ;
  • un troisième groupe composé d’étudiants en master de recherche n’étant pas au courant de l’existence des humanités numériques.

Il s’agira ensuite de déterminer trois entrées différentes pour ces trois groupes distincts.

Dans mon cas, mes “apprenantes” venant du premier groupe, j’ai pu déterminer différents cours à proposer qui suivent un fil rouge : exploration, autonomie, sobriété. L’objectif est de partir avec des chercheuses disposant déjà des données qu’elles souhaitent traiter, pour arriver à la production d’une édition numérique de leur corpus. Voici les différentes compétences auxquelles je compte les former :

  • une formation en lignes de commande (CLI) : connaître le minimum de commandes permettant de comprendre le fonctionnement interne d’un ordinateur sans interface graphique, qui puisse donner les capacités de se rendre d’un dossier à un autre, de pouvoir créer et modifier des fichiers, afficher des contenus à l’écran, comprendre le fonctionnement du “pipe”, faire de la recherche plein texte etc. Pour cela, je pense que l’approche à l’aide du jeu gameShell, que j’avais moi-même utilisé à l’ENC, est une voie intéressante et ludique.
  • une formation à git : comprendre le fonctionnement de git, l’intérêt que celui-ci peut avoir dans la gestion de versionnages de mes fichiers. Le tout sans recourir à des logiciels comme Github Desktop.
  • une formation aux expressions régulières (regex) : suite à une discussion avec une doctorante pour transformer des fichiers “simples” Alto en fichiers structurés XML. Après m’avoir suggéré deux solutions auxquelles elle avait pensé (se former en Python ou bien pousser sa formation XSLT) je me suis dit que de simples regex pourraient – probablement – suffire. De toute façon, la maîtrise des regex est un avantage à tout moment dans le processus éditorial.
  • une formation à TEIpublisher (même si pour l’instant il s’agit de la solution retenue pour le projet Estrades, il serait idéal dans mon esprit de parvenir à faire sans) : TEIPublisher, l’instance de création d’édition numérique, pourrait servir de première approche et de validation d’un schéma TEI ainsi que d’une ODD.
  • une formation au moteur d’affichage XML MaX de l’Université de Caen : l’étape finale de la formation. Une bonne initiative en tous points : il s’agit d’un outil libre, produit par et pour le monde de la recherche, d’un outil sobre par sa conception, sa structuration, et son mode de fonctionnement qui, bien sûr, reste toujours à améliorer.

Il est important à ce stade, je pense, de préciser une chose : il ne s’agit pas de transformer la chercheuse en ingénieure. La chercheuse ou le chercheur doit avant tout effectuer un travail de recherche, un travail déjà perturbé par le temps octroyé à de nombreuses tâches administratives, de même que par la course aux financements de projets. Il ne s’agit pas de faire perdre du temps de travail, au contraire. Cette formation et les conséquences qui en découlent ont d’autres bénéfices qui valent la peine de s’intéresser à ces questions d’outils : des données normalement plus alignées avec les protocoles FAIR (sensibilisation aux métadonnées, à la structuration de la donnée utilisée et produite…), une plus grande liberté de la recherche, des coûts financiers moindres, un meilleur dialogue entre les parties grâce à un vocabulaire partagé, ainsi qu’un impact de la recherche sur l’environnement plus soutenable, favorable à une justice sociale ainsi qu’à un meilleur équilibre mental à tous les niveaux (je détaillerai ces derniers points qui me sont chers dans un autre article). La participation des apprenantes à la formation est également bénéfique à l’élaboration même de la chaîne éditoriale Estrades, en ce qu’elles pensent, préparent et interrogent les données à éditer dans le même temps que les besoins et le déroulé de la chaîne éditoriale se précisent. Dans un sens, elles permettent donc une mise à l’épreuve de cette dernière.

De toute manière il est, je pense, évident qu’une simple formation de quelques heures dans ces différentes pratiques ne peut aboutir à la formation d’une ingénieure. La formation que j’ai suivie, à l’École nationale des chartes, qui consistait en deux années, dont 6 mois pleins à de la formation technique, complétés par 4 mois de stage, était déjà (ce n’est évidement que mon avis), tout juste suffisant.

Et surtout, je pars du principe que si j’ai pu le faire, si j’ai pu acquérir ces nouvelles pratiques et ces nouveaux usages numériques tout en ayant une formation initiale en recherche, alors la majorité des chercheurs/chercheuses peut le faire. J’ai conscience qu’une telle affirmation peut en heurter certains (je vous vois soupirer et vous dire “encore une qui pense que parce qu’elle a pu le faire, tout le monde le peut…”). Attention, je ne dis pas que tout le monde peut le faire dans le sens “méritocratique”, ou cela ne dépendrait que d’une volonté forte de la part de l’élève. J’ai bien conscience que pour certaines personnes, le blocage est réel, et que certain.e.s chercheuses.eurs ne parviendront jamais maîtriser git, ou MaX par exemple. Mais le simple fait d’avoir connaissance de ces pratiques, de recevoir cette formation, de réaliser que le monde de l’informatique n’est pas magique, mais bien plus concret que l’on s’imagine, tout cela peut permettre un meilleur déroulé de projets.

Une chose qui me conforte dans cette idée est que j’étais moi-même loin d’être la meilleure (notez l’euphémisme…) dans chacun des cours que j’ai reçu pendant ma formation. Ce qui m’a aidé, déjà, c’était d’avoir des professeur.e.s conciliant.e.s et à l’écoute. Mais c’est aussi, je pense, parce que je n’ai pas eu peur de demander, approcher mes camarades de classe, travailler avec eux pour comprendre et pourquoi je bloquais. Et malgré le fait que je ne sois pas encore indépendante sur beaucoup de choses dans mon métier (exemple avec la maîtrise de javascript ou bien encore pour effectuer des requêtes xQuery), et qu’il m’arrive bien souvent de demander de l’aide à mon collègue, je ne crois pas que cela pose problème. J’ai conscience que certains appelleraient ça être dépendant de quelqu’un. Pour ma part, j’appellerai plutôt ça de la nécessaire transmission de savoirs d’une personne à une autre.

En effet, une de mes autres hypothèses, partagée je pense avec des collègues et certains membres de la direction du numérique de l’Université de Strasbourg, est que les interfaces graphiques logicielles, loin de nous rendre indépendants en nous facilitant l’accès au numérique, nous ont au contraire coupés net de ce devoir. Nous sommes passés d’une transmission du savoir d’une personne à une autre personne, à une réelle dépendance subie de personnes à travers des logiciels. Cela expliquerait en partie pourquoi cette culture de l’informatique est en perdition (certains enfants peuvent penser par exemple que l’utilisation d’internet se limite à l’utilisation du téléphone portable ), puisque ce savoir et cette mission de transmission, nous les avons peu à peu laissés aux mains des géants du numérique.

Ces considérations et questionnements font souvent l’objet d’échanges entre ingénieur.e.s, informaticien.ne.s et chercheur.euse.s engagé.e.s dans le voie de la science ouverte. Ma mission ayant commencée maintenant depuis un peu plus de deux mois, je pense pouvoir affirmer que mon ancrage dans la ville de Strasbourg, dans laquelle j’ai pu créer des liens non seulement avec le monde associatif du numérique (en particulier l’association Desclicks) mais également avec des personnalités engagées dans cette voie (notamment mes collègues et amis informaticiens de la MISHA, Marc Chantreux et Arthur Pons, membres des collectifs EcoInfo et Katzele), est un vrai atout dans ma démarche. Tout cela me permettra, à terme, de délivrer à la fois une formation complète, de même qu’établir une documentation utile à la chaîne d’édition Estrades.

pile de livres

[Lectures] Numesthésie

Cette bibliographie est en cours de constitution et sera augmentée tout au long des recherches menées dans le cadre des journées EVEille 2023 consacrées à la notion de numesthésie. N’hésitez pas à nous écrire si vous souhaitez participé à son enrichissement !1

Épistémologie du sensible

  • Jean-Pierre Changeux, Du vrai, du beau, du bien : une approche neuronale, Paris, Odile Jacob, 2010.
  • Lucien Febvre, Au cœur religieux du XVIe siècle, Paris, SEVPEN, 1952.
  • Carlo Ginzburg, À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard, 2001.
  • David Howes, Empire of the Senses, Oxford, Berg Publishers, 2005.
  • Claude Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, Paris, Plon, 1962.
  • Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.
  • Jacques Rancière, Le Partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique, 2000.
  • Michel Serres, Les Cinq Sens, Paris, Bernard Grasset, 1985.
  • Georg Simmel, Soziologie. Untersuchungen über die Formen der Vergesellschaftung, Leipzig, Duncker & Humblot, 1908.

Étude de cas

Médiation numérique muséale

Sujets voisins

Philosophie

  • Evard Jean-Luc, Du Sensible au sensé, Paris, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2015.
  • Hénault Anne, Le Sens, le sensible, le réel. Essais de sémiotique appliquée, Paris, Sorbonne université presses, 2019.
  • Robert Franck, Merleau-Ponty, Whitehead : le procès sensible, Paris, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2011.
  • François Urvoy, L’Expérience multiforme, Paris, Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2009.

Approche par sens

Bembibre, Cecilia and Matija Strlič, “From Smelly Buildings to the Scented Past: An Overview of Olfactory Heritage”, Frontiers in Psychology, vol. 12, 2022. DOI : 10.3389/fpsyg.2021.718287

  • Bembibre, Cecilia and Matija Strlič, “Smell of heritage: a framework for the identification, analysis and archival of historic odours”, Heritage Sceice, vol. 5, 2017. DOI : 10.1186/s40494-016-0114-1
  • Hendriksen, Marieke, & Wragge-Morley, Alexander, BJHS Themes, Taste and the history of science. vol. 7, 2022, DOI : 10.1017/bjt.2022.8
  • Leemans, Inger and William Tullett, Cecilia Bembibre et Lizzie Marx, “Whiffstory: Using Multidisciplinary Methods to Represent the Olfactory Past”, The American Historical Review, Volume 127, issue 2, 2022, p. 849–879, DOI : 10.1093/ahr/rhac159
  • Marx, Lizzie and Sofia Collette Ehrich, William Tullett, Inger Leemans, Cecilia Bembibre, Odeuropa, IFF et Museum Ulm, “Making Whiffstory: A Contemporary Re-creation of an Early Modern Scent for Perfumed Gloves”, The American Historical Review, vol. 127, issue 2, 2022, p. 881–893, DOI : 10.1093/ahr/rhac150
  • Tullett, William and Inger Leemans, Hsuan Hsu, Stephanie Weismann, Cecilia Bembibre, Melanie A Kiechle, Duane Jethro, Anna Chen, Xuelei Huang, Jorge Otero-Pailos et Mark Bradley, “Smell, History, and Heritage”, The American Historical Review, vol. 127, issue 1, 2022, p. 261–309, DOI : 10.1093/ahr/rhac147

Photo by Kimberly Farmer on Unsplash

  1. Merci à Fabienne Gallaire pour l’indication de certaines de ces références. []
paresseux dans un arbre

Réutiliser les données : un droit à la paresse ?

À l’occasion de la quatrième journée des Journées EVEille 2022 consacrées aux principes FAIR, j’ai souhaité explorer quelques pistes de réflexions sur la réutilisation des données, en adoptant sans surprise le point de vue un peu particulier d’une chercheuse en lettres1.

Arrêtons-nous d’abord sur le mot en lui-même.

Réutiliser des données, cela n’aura échappé à personne, implique une action *a minima* en deux temps : utiliser d’abord, puis utiliser encore. Le verbe se focalise sur ce second temps, cette suite donnée à une action précédemment exécutée, qui doit être préparée en amont. Réutiliser implique donc un double usage. Pour cette raison, la réutilisation peut s’avérer vertueuse ; vertueuse au sens économique d’« enchaînement de mécanismes dont le cumul entraîne l’amélioration d’une situation ». Pour les plus optimistes d’entre nous, ou les plus mercantilistes, la fructification est aussi le signe d’un gain potentiel d’énergie : « Ce qui est fait n’est plus à faire », dit l’adage. Certes. Mais ce qui est fait peut quand même être refait, voire re-refait, selon un mouvement itératif infini. Le faire peut être répété, reproduit, amélioré même. « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage », préconise un autre proverbe.

Continuer la lecture
  1. Voir l’enregistrement de cette introduction sur la chaîne UHA pod des journées EVEille. []

FAIR Way : approches éthique et épistémologique

Lorsqu’au détour d’une conversation, l’idée de cette intervention entre synthèse et ouverture a surgi, je me suis d’abord dit que ce n’était pas un exercice pour moi. La pensée resserrée dans une expression concise n’est pas dans ma nature profonde. Vous voilà prévenus ! J’ai aussi été pris d’un doute et me suis demandé si j’avais été assez attentif à toute l’épaisseur des perspectives explorées lors de la première journée ou si je parviendrais à cerner les jalons nécessaires pour introduire les enjeux de la seconde. Après un temps de réflexion, je me suis finalement souvenu de ce qui fait l’essence d’EVEille et de ma participation à son comité scientifique : l’envie de construire autrement des axes d’intelligence du numérique. Aussi, pour les quelques minutes à venir, mon propos tiendra moins du résumé analytique que de la digression, et ce, afin d’offrir une vision sur les étapes et les errances de construction d’une dispositio commune.

Continuer la lecture

“S’orienter à la boussole d’un métier” : pour une “écosophie du numérique”

“S’orienter à la boussole d’un métier”, c’est le titre que donne Arthur Lochmann à l’épilogue de son ouvrage, La vie solide. La charpente comme éthique du faire, paru en 2019. Dans cet essai-récit d’apprentissage, il relate comment, d’étudiant de droit et de philosophie, il est devenu apprenti charpentier et les enseignements qu’il en a tirés à force d’échardes aux mains et de courbatures au corps. Tout comme l’a fait avant lui Matthew B. Crawford dans Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, et dans la lignée des réflexions de Richard Senett dans Ce que sait la main. La culture de l’artisanat (1989), Arthur Lochmann raconte comment le métier de charpentier, qui développe un « rapport productif à la matière » (p. 15), conduit à une véritable « éthique artisanale du faire ». Il évoque à cet égard l’influence de Denis de Rougemont qui avait exploré dès 1936 l’idée de « Penser avec les mains » :

« j’ai appris à penser matériellement en me servant de mes mains et en admettant le verdict des choses. J’ai appris à penser mes gestes, à anticiper les séquences de travail, à envisager les projets dans leur globalité tout en sachant que les problèmes se posent dans les détails, à faire et à ne pas avoir peur d’expérimenter, à ne pas miser sur le talent qui brille un instant, mais sur une certaine forme de labeur qui ancre dans le corps ». (Denis de Rougemont, Penser avec les mains, Paris, Gallimard, 1972, cité par Lochmann, La vie solide, op. cit., p. 177)

D’une certaine manière, il s’agit ici de remettre en question la distinction entre arts mécaniques et arts libéraux. « Penser avec les mains » fait écho, pour ma part, à l’expression de « lire avec les mains » qui anime ma compréhension du livre artisanal de la Renaissance dont on ne saisit la réalité qu’en manipulant le livre, de même que les différents acteurs de l’œuvre, de la mise en texte à la mise en livre et à sa diffusion, l’on façonné manuellement en collaborant, au-delà d’une distinction elle aussi limitée entre mise en texte et mise en livre.1

« Penser avec les mains » pourrait aussi désigner l’investissement qu’expérimentent quotidiennement les humanistes numériques, en tant que responsable scientifique d’un projet d’envergure ou d’une initiative plus modeste et circonstanciée, en tant qu’ingénieur.e, documentaliste, stagiaire, contractuel.le, chef.fr de projet ou participant.e scientifique, régulier.ière ou occasionnel.le, associé.e, étudiant.e, utilisateur.e, testeur.e de projets, de logiciels et d’outils en humanités numériques. Arthur Lochmann, l’auteur de la Vie solide, évoque lui-même le travail des développeurs informatiques, semblables aux artisans de la charpente. Selon lui, la production de « biens communs », au service d’une communauté d’utilisateurs qui sauront se réapproprier et faire usage des bâtiments construits, s’apparente à l’entreprise des créateurs de logiciels libres qui ont nourri la réflexion sur les « commons », entreprise entendue comme un « mode de travail, d’organisation, et plus généralement comme culture et modèle éthique soucieux du bien commun par le partage du savoir » (p. 140).

Favoriser une « écosophie du numérique »

Les Journées EVEille 2022 ont pris pour objet de réflexion collective la notion d’« écosophie » appliquée au numérique. Le terme n’est pas employé au sens strict selon l’acception que lui a donnée la deep ecology, initiée et développée par le norvégien Arne Naess dans les années 1960 – et que l’on peut lire depuis peu en traduction française notamment dans Une écosophie pour la vie – même si l’enjeu de « l’attention » portée, notamment à la nature, est au cœur de sa réflexion. Les Journées EVEille se situent davantage dans la perspective que dessine Félix Guattari lorsqu’il se place à la croisée de trois espaces de réflexion qu’il qualifie d’« articulation éthico-politique », et nomme « écosophie » (dit-il) – « entre les  trois registres écologiques, celui de l’environnement, celui des rapports sociaux et celui de la subjectivité humaine » (REF, p. 12). Cet angle d’attaque, par sa dimension aussi bien scientifique, politique que subjective, définit un questionnement de fond sur les raisons profondes et la manière dont nous voulions exercer notre/nos « métier(s) ».

Comme le dit Félix Guattari, quelques lignes après sa définition de l’écosophie dans les Trois écologies : « les forces productives, du fait du développement continu du travail machinique, démultiplié par la révolution informatique, vont rendre disponible une quantité toujours plus grande du temps d’activité humaine potentielle. Mais à quelle fin ? Celle du chômage, de la marginalité oppressive, de la solitude, du désœuvrement, de l’angoisse, de la névrose ou celle de la culture, de la création, de la recherche, de la ré-invention de l’environnement, de l’enrichissement des modes de vie et de sensibilité ? » (p. 13). Si l’alternative n’est malheureusement pas si simple, – et nous savons combien nous nous trouvons au quotidien dans toutes sortes de contradictions internes et d’insatisfactions éthiques -, nous voudrions examiner les questionnements que suscite le développement du numérique dans les pratiques des sciences humaines aujourd’hui et, réciproquement, ce  qu’une telle réflexion suscite dans nos propres pratiques des humanités numériques.

La démarche nécessite une approche critique de la numérisation de la société qui s’opère et à laquelle nous participons activement, par les choix mêmes que nous avons faits de nous engager dans les humanités numériques. Dans un article consacré à « la décroissance, une pensée antimoderne », publié dans le numéro 76 de la revue Chimères consacré à l’écosophie de Guattari, Fabrice Flipo souligne les limite de la réflexion de Guattari qui continue de s’inscrire dans une démarche productiviste puisque ce dernier préconisait « d’apprivoiser notre destin technologique, pas d’en infléchir la direction » (p. 76). La question est bien de savoir comment la pratique des humanités numériques peut engager un premier pas de côté en encourageant une attention écosophique aux transformations du monde d’aujourd’hui et de demain.

Écosophie du numérique, un oxymore ?

Engager une réflexion sur l’« écosophie du numérique » revient à mettre au premier plan un certain nombre de contradictions éthiques dont témoignent  les alertes de plus en plus nombreuses sur le désastre de la « numérisation du monde », pour reprendre le titre d’un ouvrage récent du philosophe Fabrice Flipo. Les dénonciations relèvent certes d’une préoccupation écologique, mais aussi d’une préoccupation psychique, sociale, économique et plus largement politique. Comment mener à bien conjointement la pratique artisanale d’un faire écosophique et le temps critique de la réflexion qui invite à la suspension des pratiques automatisées ?

Le monde de la recherche n’est pas épargné par ces considérations. Pour ne prendre qu’un exemple, nous avons bien conscience que la logique du financement par projets, qui en passe par la présence systématique d’un arsenal numérique, nourrit, pour le dire vite, une forme de précarisation du monde de la recherche. Dès lors importe-t-il de se donner les moyens épistémologiques pour prendre la mesure du poids de ces injonctions et les mettre à distance, en revenant aux fondements des Humanités numériques tels que les définissait le ThatCamp de 2010 qui posait bien la question d’un « bien commun » à construire et des manières de « faire communauté ».

C’est en interrogeant cette tension, entre écosophie et numérique que nous chercherons à définir un questionnement sur la viabilité des Humanités numériques au-delà des contradictions internes qui nécessairement la traverse. Ce sera notamment l’enjeu de l’atelier de recherche “Écosophie du numérique” qui débutera en octobre 2022, et dont les enjeux et premières séances sont présentés sur ce site. Si vous souhaitez poursuivre les quelques premières réflexions engagées dans ce billet, n’hésitez pas à y participer, en présentiel à la MISHA à Strasbourg, ou en visio-conférence.

  1. Voir la présentation du projet Tragiques Inventions, une pédagogie du hand reading, relatée par les étudiants qui ont participé au projet. []

Interroger la notion d'”impératif numérique”

De L’impératif numérique de Wieviorcka (2013) à L’impératif de la sobriété numérique de Flipo (2021), quels renouvellements du questionnement des SHS ?

La notion d’“impératif numérique” a été mise en exergue dans le court essai éponyme de Michel Wieviorka1 publié dans le contexte de développement des Humanités numériques des années 2010. Il s’agissait de défendre “la nouvelle ère des sciences humaines et sociales”, pour rendre compte et accompagner une véritable “rupture anthropologique”.

Reposer la question de l’impératif numérique presque 10 ans après sa formulation par Wieviorka, en prenant en considération un nouvel impératif, d’ordre écologique, celui de l’“impératif de la sobriété numérique”2 invite à mesurer l’implantation effective du numérique dans les pratiques de recherche en sciences humaines, d’une part et les dangers qu’il représente d’un point de vue éthique et écologique d’autre part, notamment dans la situation d’urgence climatique actuelle.

Les quelques pistes de réflexion que nous réunissons ici sous la forme d’une bibliographie commentées s’essaient très modestement à reposer la question de l’“impératif numérique” en terme d’“impératif écosophique”, afin de prendre en considération les répercussions du développement de l’outillage numérique dans le champ de la recherche en Humanités en matière d’écologie environnementale, mentale et sociétale.

L’“impératif numérique”, un enjeu des SHS ?

Au moment où Wieviorka écrit son essai L’impératif numérique, en 2013, il manifeste un engagement à fois individuel et institutionnel : il est administrateur de la Fondation des Maisons des Sciences de l’Homme et soutient le développement d’infrastructures et de modalités de recherche dont on peut penser qu’elles ont encore – du moins en partie – à faire leur preuve auprès d’un large public de chercheurs et de chercheuses. Son manifeste rend compte de cette conversion personnelle et du souci de faire part d’un ensemble de principes méthodologiques, de formes collaboratives à mettre en place, de résultats convaincants à communiquer à la communauté scientifique pour faire connaître, par la preuve, une conception renouvelée du champ de la recherche en SHS.

Au cours des années 2013-2014, de nombreuses publications ont accompagné l’essai de Wieviorka (pour un résumé global de l’ouvrage, voir le compte rendu de Benoît Drouillat3). Certains compte rendus ont contribué à enrichir la réflexion, comme celui de Jean-François Blanchard4 qui lance un appel à une réflexion d’ordre épistémologique à la suite de celle engagée par Wieviorka, d’ordre plus institutionnel. La mise en dialogue de positions différentes ou apparentées a également contribué au rayonnement de l’ouvrage. Citons par exemple un billet de Frédéric Clavert5 sur son carnet Hypothèses qui mettait en relation l’essai de Wieviorka avec deux autres publications : « Historyonics: Big Data for Dead People: Digital Readings and the Conundrums of Positivism », Historyonics (blog) de Tim Hitchcock en 20136 et « L’internet et les épistémologies des sciences humaines et sociales » d’Éric Guichard en 20147.

Michel Wieviorcka prolonge ensuite la réflexion en 2015 dans un dossier de la revue Socio, dirigé par Dana Diminescu, consacré au “Tournant numérique, et après ?”, d’orientation plus épistémologique8. Dans son éditorial, Wieviorcka pose clairement la question de l’imbrication des transformations des SHS et de l’écosystème global où elles se produisent :

Avec le numérique, en effet, tout change pour elles, et en profondeur : les objets, les paradigmes, les catégories, le vocabulaire, les modes d’approche, les institutions, l’organisation de la production et de la diffusion des connaissances. Et le changement vient largement du dehors, des marques, du marché, de l’économie, des sciences exactes ou de la nature, de la technologie, exerçant une influence parfois brutale sur les façons de faire plus traditionnelles9.

Dama Diminescu, responsable du numéro collectif, rappelle également les enjeux sous-tendus par cette définition du numérique :

Il ne s’agit pas seulement de poser la question des méthodes et des objets, il faut aussi envisager les règles déontologiques et les principes éthiques qu’il conviendrait d’appliquer, réfléchir aux infrastructures et aux « bonnes pratiques » à mettre en œuvre, concernant notamment la question de l’« ouverture » des données (open data)10.

On note aussi dans ce dossier thématique la dissémination effective de cet impératif dans divers champs de savoirs. On pense notamment à l’article d’Alexandre Gefen (« Les enjeux épistémologiques des humanités numériques »11) et à celui de Pierre Mounier (« Une « utopie politique » pour les humanités numériques ? »12), autant d’occasions des premiers humanistes numériques français de définir l’avenir qu’ils envisagent pour le développement du numérique en SHS. À l’arrière-plan, se dessinent des réflexions de fond sur ce que le numérique fait au SHS (voir la réflexion d’Hélène Bourdeloie13 à ce sujet), incitant les humanistes numériques à réinterroger les relations qu’ils entretiennent à leurs sources, à analyser de manière critique les pratiques et visées de leur démarche scientifique, à documenter les procédés engagés de manière à faciliter la poursuite des projets de recherche et la pérennisation des données, métadonnées et résultats obtenus.

De la reconnaissance institutionnelle à l’élaboration d’une nouvelle gouvernementalité numérique

Le numéro collectif de 2015 vient confirmer l’inscription théorique de la réflexion au sein d’un champ de pratiques, même si, dans l’introduction du dossier thématique, l’ancrage institutionnel est présenté comme encore fragile : “Aujourd’hui en position de marginalité institutionnelle et alors que leur délimitation disciplinaire est incertaine, les « humanités numériques » (digital humanities) font leur chemin avec d’incontestables réussites”14. Le développement des communautés de chercheur.euse.s, d’ingénieur.e.s, de supports d’aide à la recherche ont contribué à rendre visible ce que le manifeste de Wieviorka affirmait vigoureusement.

La formulation d’un impératif numérique s’accompagne très explicitement d’un appel à l’ouverture des données qui annonce le développement en France plans nationaux pour la Science Ouverte qui voit le jour en 2018 (https://www.ouvrirlascience.fr/plan-national-pour-la-science-ouverte). Il a également contribué à préparer en France une réflexion de fond, de dimension internationale, sur la mise en œuvre des principes FAIR15. La mise en évidence de la dimension institutionnelle de ces préceptes n’exclut pas, loin s’en faut, un soubassement éthique fondamental qui assurera le déploiement et la mise en pratique de ces principes. On se permettra de citer à ce sujet le programme complet des Journées EVEille 2022 “Écosophie du numérique. Mettre en œuvre les principes FAIR(e)”.

L’affirmation d’un impératif a ainsi pu être remplacé par la mise en place de “guide” dont la notion de “guide de bonnes pratiques” est à cet égard particulièrement intéressante16, avec un usage à la fois très pragmatique et quasi philosophique de l’adjectif “bonnes” au sens du bon et du bien qu’explicite par exemple Judith Butler dans Qu’est-ce qu’une vie bonne ?17.

Une autre expression, celle de “gouvernementalité numérique” pourrait venir enrichir la réflexion sur l’impératif numérique en remplaçant l’enjeu de l’impératif ou de l’injonction parmi d’autres modalités : « Inciter, contraindre, encadrer : Trois logiques de gouvernementalité numérique »18.

Transformation digitale : les dérives d’une injonction ?

Dans le domaine économique et politique, l’impératif numérique s’est progressivement manifesté dans toutes les sphères de la société, de l’économique au pédagogique et a abouti en France en 2016 à l’élaboration de la Loi sur la république numérique 2016. Cela a contribué à la création de nouveaux métiers (notamment des responsables de la transformation digitale), à de nouvelles pratiques de management, à de nouveaux espaces de travail et de nouvelles formes de collaborations professionnelles. Ce tournant de la “transformation digitale”, dans l’entreprise, dans les services publics comme à l’école et à l’université, n’a pas été sans entraîner certaines dérives graves et créer de nouveaux dysfonctionnements. Ainsi, nombreux sont les auteurs à dénoncer les ravages occasionnés par le développement exponentiel du numérique, d’un point de vue environnemental, comme Fabrice Flipo19,20, mais aussi en terme d’écologie mentale, Yves Citton21, et en terme d’écologie sociétale, comme en témoignent par exemple les débats sur l’école et le numérique22. On peut dès lors s’interroger sur le glissement qui a pu se produire de l’impératif à l’injonction, entendu comme un précepte dont on ne vient pas réinterroger régulièrement les présupposés et sous-bassements et sur la manière dont ces injonctions, en produisant de justes résistances, deviennent réellement contre-productives. C’est dans cette perspective qu’est créé à la rentrée 2022 l’Atelier de recherche “Écosophie du numérique”, dont ce billet rappelle les prémisses.


  1. Michel Wieviorka, L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?, Paris, France, CNRS éditions, 2013.↩︎
  2. Fabrice Flipo, « L’impératif de la sobriété numérique », [s. l.], 2021, <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03542195>. Consulté le 8 février 2022.↩︎
  3. Benoît Drouillat, « CR Michel Wieviorka, L’impératif numérique, CNRS éditions, 2013 », Interfaces numériques, vol. 2, nᵒ 3, 2013, p. 615-615, <https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/index.php?id=2189>. Consulté le 16 juillet 2022.↩︎
  4. Jean-François Blanchard, « Michel Wieviorka, L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ? », Lectures, 2 décembre 2013, <https://journals.openedition.org/lectures/12837>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  5. Frédéric Clavert, « Sur trois textes: épistémologie de l’histoire et Humanités numériques », sur L’histoire contemporaine à l’ère numérique, [s. d.], <https://histnum.hypotheses.org/1968>. Consulté le 8 février 2022.↩︎
  6. Tim Hitchcock, « Historyonics: Big Data for Dead People: Digital Readings and the Conundrums of Positivism », sur Historyonics, 9 décembre 2013. <https://historyonics.blogspot.com/2013/12/big-data-for-dead-people-digital.html>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  7. Éric Guichard, « L’internet et les épistémologies des sciences humaines et sociales », Revue Sciences/Lettres, nᵒ 2, 24 février 2014, <http://doi.org/10.4000/rsl.389>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  8. Dana Diminescu et Michel Wieviorka, « Le défi numérique pour les sciences sociales », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, nᵒ 4, 25 avril 2015, p. 9-17, <http://doi.org/10.4000/socio.1254>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  9. Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, nᵒ 4, 25 avril 2015, § 4, <https://journals.openedition.org/socio/922>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  10. Dana Diminescu et Michel Wieviorka, « Le défi numérique pour les sciences sociales », art. cité, § 13.↩︎
  11. « Les enjeux épistémologiques des humanités numériques », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, nᵒ 4, 25 avril 2015, p. 61-74, <http://doi.org/10.4000/socio.1296>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  12. « Une « utopie politique » pour les humanités numériques ? », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, nᵒ 4, 25 avril 2015, p. 97-112, <http://doi.org/10.4000/socio.1451>. Consulté le 10 février 2022.↩︎
  13. « Ce que le numérique fait aux sciences humaines et sociales. », tic&société, Vol. 7, N° 2, 31 mai 2014, <http://doi.org/10.4000/ticetsociete.1500>. Consulté le 8 février 2022.↩︎
  14. Dana Diminescu et Michel Wieviorka, « Le défi numérique pour les sciences sociales », §1.art. cité.↩︎
  15. Clément Mabi, Jean-Christophe Plantin et Laurence Monnoyer-Smith, Ouvrir, partager, réutiliser Regards critiques sur les données numériques, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018.↩︎
  16. voir Noémie Musnik, « La diffusion numérique des données en SHS : guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2019, n° 17, p. 146-14 : <https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2019-17-0146-001>. Consulté le 9 février 2022.↩︎
  17. Judith Pamela Butler, Qu’est-ce qu’une vie bonne ?, Martin Rueff (trad.), Paris, France, Payot & Rivages, 2014.↩︎
  18. Guillaume Sire, Clément Mabi et Romain Badouard, « Inciter, contraindre, encadrer Trois logiques de gouvernementalité numérique », sur http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel-1.0/main, [s. d.], <http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel-1.0/main/index.php?id=1001>. Consulté le 11 février 2022.↩︎
  19. Fabrice Flipo, Michelle Dobré et Marion Michot, La face cachée du numérique: l’impact environnemental des nouvelles technologies, Montreuil, France, Éditions l’Échappée, 2013.↩︎
  20. Fabrice Flipo, La numérisation du monde : un désastre écologique, Paris, France, l’Échappée, 2021.↩︎
  21. Yves Citton, Pour une écologie de l’attention, Paris, France, Éditions Points, 2021.↩︎
  22. Denis Kambouchner et al., L’école, le numérique et la société qui vient, Paris, France, Mille et une nuits, 2012.↩︎

Écosophiquement FAIR(e) !

Ces quelques pistes de réflexion pourront être le point de départ d’une interrogation de fond sur de nouvelles modalités de déploiement des humanités numériques, suivant une lecture que l’on voudrait qualifier d'”écosophique” : il s’agira de se demander comment articuler à la dimension épistémologique du développement des Humanités numériques une dimension éthique et écologique qui serve de préalable et d’horizon, d’une certaine manière, à tout engagement scientifique (pour une première définition de la notion d'”l’écosophie du numérique”, voir le billet “S’orienter à la boussole d’un métier” : pour une “écosophie du numérique” ainsi que la présentation et les enregistrements des Journées EVEille 2022).

Le présupposé des principes FAIR consiste à donner des orientations pour inviter les acteurs des Humanités numériques à user de « bonnes pratiques » dans l’élaboration de leurs projets. Mais à l’arrière-plan, surtout, c’est une ambition éthique qui gouverne ces principes : il s’agit de favoriser une ouverture des données menée avec esprit critique afin de procéder à leur établissement, leur conservation, leur pérennisation, en somme leur utilisation aujourd’hui et à l’avenir dans les conditions les meilleures possibles.

On associe aisément la notion d’impératif aux principes FAIR et il est difficile de ne pas manifester son adhésion à ces principes en faveur d’une rigueur méthodologique, d’une sécurisation et d’une partageabilité des données de la recherche. Toutefois, aussi convaincants que puissent être ces principes, on peut interroger et réinterroger le rôle des “impératifs” qui caractérisent le développement des Humanités numériques, et revenir à quelques présupposés qui gagnent en intérêt au fur et à mesure que les pratiques se complexifient et interagissent avec l’écosystème au sein desquelles elles prennent place.

Il arrive en effet que ces « principes » deviennent des « impératifs » contraignants et, justement érigés en principes, perdent du sens que leur mise en pratique vient rappeler : celle de solliciter des « communautés » qui participent à la construction d’un « bien commun » qu’est la culture et la connaissance scientifiques de même que l’outillage qui permet de les développer, de les transmettre et de les pérenniser. La « fairisation » des données a ainsi pu apparaître comme un passage obligé, plus que comme un espace de retour réflexif sur le statut des données, leurs finalités et les publics auxquels ils s’adressent.

En mettant en avant la « praxis » du FAIR lors des Journées EVEille 2022, on a voulu donner la parole à celles et ceux qui contribuent à effectuer le « traitement » des données en un espace collaboratif pour penser la construction des savoirs, des expériences intellectuelles et humaines. On associe aisément, par exemple, la notion d’impératif aux principes FAIR et il est difficile de ne pas manifester son adhésion à ces principes en faveur d’une rigueur méthodologique, d’une sécurisation et d’une partageabilité des données de la recherche. La dimension éthique et écologique projette dès lors ces pratiques dans une finalité à plus long terme et invite au regard critique sur ce que le numérique fait à la recherche mais aussi à la représentation du monde qu’il tend à construire. Il s’agit ainsi d’interroger la représentation mais aussi la réalité la plus concrète du numérique, à laquelle nous invite à réfléchir par exemple l’ouvrage de Guillaume Pitron, L’enfer numérique. Voyage au bout d’un like (Paris, Les Liens qui Libèrent, 2021).

[Lectures] Écosophie

Flipo Fabrice, Dobré Michelle et Michot Marion, La face cachée du numérique : l’impact environnemental des nouvelles technologies, Montreuil, France, Éditions l’Échappée, 2013.

Guattari Félix, Qu’est-ce que l’écosophie ?, Stéphane Nadaud (éd.), Fécamp, Lignes, 2018.

Guattari Félix, Les trois écologies, Paris, Galilée, 1989.

Hayles N. Katherine, Degoutin Christophe et Citton Yves, Lire et penser en milieux numériques: attention, récits, technogenèse, Grenoble, ELLUG, 2016.

Lochmann Arthur, La vie solide: la charpente comme éthique du faire, Paris, Payot, 2019.

Moretti Franco, La littérature au laboratoire, [s. l.], [s. n.], 2016.

Moretti Franco, Dobenesque Étienne et Jeanpierre Laurent, Graphes, cartes et arbres : modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, Paris, Les Prairies ordinaires, 2008.

Naess Arne, Une écosophie pour la vie: introduction à l’écologie profonde, Hicham-Stéphane Afeissa (trad.), Paris, France, Points, 2020.

Rouvroy Antoinette et Stiegler Bernard, « Le régime de vérité numérique », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, nᵒ 4, 25 avril 2015, p. 113-140, <http://doi.org/10.4000/socio.1251>. Consulté le 10 mai 2022.

Sennett Richard et Dauzat Pierre-Emmanuel, Ce que sait la main: la culture de l’artisanat, Paris, France, Albin Michel, 2009.

Stiegler Bernard, États de choc : bêtise et savoir au XXIe siècle, Paris, France, Mille et une nuits, 2012.

Photo by Tom Hermans on Unsplash