Archives mensuelles : janvier 2023

Numesthesia. Sensing the digital [J5]

EVEille Days 2023

See you in Netherlands in May!

Following four events dedicated to the notion of Numesthesia in Strasbourg, Rouen, Colmar and Mulhouse, we will meet again on May 12, 2023 in Utrecht for a day devoted to “Sensing the digital”.

The aim of this event is to consider the ways in which the digital invites a sensorial experience of the object of research after its digitization. Can we experience the object through digital devices? Or can we only study it visually. What does the relationship between the digital and the material bring to our understanding of a physical object?

To the viewer, the result of a digital capture can seem to be a projection. Many times, the process through which this object was digitized often remains obscure. This event will be dedicated to the role of the senses in research practices. In particular, we will investigate how the senses inform scientific investigation, the development of a research question, the analysis of a source, and the way in which we interpret it. 

Practical information

Program

The program of the day is still being shaped but we offer a sneak preview. (To know more about the recurrent sessions of the EVEille 2023 days, see the presentation page on our website).

9.15-10am: Manuscript viewing at the Utrecht University Library (Science Park). Optional and spaces are limited.
11am-12pm: Panel discussion on the interface between material culture and the
digital, focusing on manuscripts.
1.30-4pm: A series of short talks focusing on capturing the senses in a digital world.
4-5pm: Practical workshop of creating art using AI art generators. 

Acknowledgements

We would like to express our thanks to the University of Utrecht UCMS and the Art History Department for their support of this event.

Organising committee of the day

  • Lisandra Costiner (Utrecht University)
  • Yanet Hernandez (Université de Montréal, Canada)
  • Jelle Koopmans (University of Amsterdam)
  • Michela Lagnena (Université de Haute Alsace, France)
  • Romane Marlhoux (Université de Haute Alsace, France)
  • Marine Parra (Utrecht University)
  • Anne Réach-Ngô (Université de Haute Alsace, France)
  • Benoît Roux (University of Rouen Normandy, France)
  • Rozanne Versendaal (Utrecht University)

Scientific Committee

  • Clarisse Bardiot (Rennes 2 University, France)
  • Régine Battiston (Université de Haute Alsace, France)
  • Guido Braun (Université de Haute Alsace, France)
  • Bram J. M. Caers (Leiden University)
  • Pierre Cubaud (Conservatoire national des arts et métiers, France)
  • Marie-Luce Demonet (University of Tours, France)
  • Jelle Koopmans (University of Amsterdam)
  • Ambre Philippe (Fondation Catherine Gide)
  • Tony Gheeraert (University of Rouen Normandy)
  • Nicolas Genis (University of Lille, France)
  • Renske A. Hoff (Utrecht University)
  • Madeleine Hubert (National and University Library, France)
  • Isabelle Lefèvre (UHA, Service Universitaire de l’Action Culturelle, France)
  • Véronique Lochert (Université de Haute Alsace,France)
  • Martine Robert (University of Rouen Normandy, France)
  • Franck Varenne (University of Rouen Normandy, France)

Image mise en avant : Jan Brueghel et Peter Paul Rubens. Allégorie du toucher, 1617-1618, Musée du Prado : https://fr.wikipedia.org/wiki/All%C3%A9gories_des_cinq_sens

logo yaml

YAML

Ce billet est en cours d’écriture, les informations ne sont donc pas encore complètes.

Le YAML est un format simple de représentation de données conçu pour être lisible par des humains, tout en travaillant avec des langages de programmation (c’est presque la quadrature du cercle !). Dans le cadre du Markdown, le langage YAML est avant tout utilisé pour déclarer en en-tête des informations sur le fichier qui ne font pas partie du contenu à proprement parler, c’est-à-dire des métadonnées comme le nom de l’auteur, les mots-clés, ou le titre.

Exemple d’en-tête YAML. 

À savoir

Un certains nombres de paramètres d’affichage dépendent des déclarations du YAML. Par exemple, la création d’une bibliographie finale du document, d’une table des matières, mais aussi des éléments de ponctuations selons les normes anglaises ou françaises (citation, guillemets, etc.), il est donc important de compléter le YAML avant l’export. D’autres paramètres vont dépendre de Pandoc1.

La langue

Pour déclarer la langue, il faut utiliser des valeurs de la norme BCP-47. Elle est composée d’une première valeur qui indique la langue et d’une deuxième valeur pour indiquer la région. Les deux valeurs sont séparées par un tiret :

en-US pour l'anglais américain.

En plus d’intervenir au moment de l’export sur la ponctuation, cette variable contrôle la langue des éléments généré automatiquement comme, par exemple, le titre de la bibliographie2.

Quelques exemples de clés de langue

  • Allemand : de-DE
  • Anglais : en-GB ; en-US ; en-CA
  • Français : fr-FR ; fr-CA (Canada) ; fr-CH (Suisse) ; fr-BE (Belgique)
  • Espagnol : es-ES ; es-US ; es-MX (Mexique)
  • Italien : it-IT ; it-CH
  • Néerlandais : nl-BE ; nl-NL
  • Chinois : zh-CN ; sh-HK (Hong Kong) ; zh-TW (Taiwan)

  1. Voir à ce sujet les billets “Du markdown au word” ; “Du markdown au pdf” ; “Du markdown au html”. []
  2. Ce titre n’existe pas dans le corps du fichier md, il est ajouté si le YAML déclare une bibliographie finale []
suite de livres

[Ressources] Markdown

À tout seigneur, tout honneur : la page dédiée au Markdown sur le site de son créateur John Gruber, “Markdown”, Daring fireball, décembre 2004, <https://daringfireball.net/projects/markdown>, consulté le 2 février 2022.

Une ressource fort utile, “à la fois plaidoyer et petit manuel”, orientée vers l’écriture académique avec Markdown et Pandoc : Markdown et vous (https://infolit.be/md), décembre 2021. Ce site est le fruit du travail de Bernard Pochet, maître de conférences en agronomie et directeur des Presses universitaires de Liège.

Sur Zettlr, lire le retour d’expérience d’Arthur Perret, Zettlr 2.0, octobre 2021, <https://www.arthurperret.fr/blog/2021-10-20-zettlr-2.html>, consulté le 1er février 2022. De façon générale, nous recommandons la lecture des articles et billets sur les processus d’écriture d’Arthur Perret, doctorant en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux Montaigne.

Antoine Fauchié, Fabriques de publication : Zettlr, Quaternum.net, août 2020, <https://www.quaternum.net/a-propos/>, consulté le 1er février 2022. Là encore, il ne faut pas hésiter à regarder les autres ressources du carnet de ce “veilleur du numérique et de ses formes”, actuellement en doctorat à l’université de Montréal. Il est l’un des artisans de l’outil d’écriture Stylo.

La lumineuse leçon de Dennis Tenen et Grant Wythoff, “Rédaction durable avec Pandoc et Markdown”, Programming Historian, <doi.org/10.46430/phfr0013>, consulté le 2 février 2022. Leur développement sur la philosophie du Markdown est éclairant et ouvre de nombreuses pistes de réflexion.

La documentation de Zettlr (https://docs.zettlr.com/fr), disponible dans de nombreuses langues dont le français, est très bien construite. On y trouve de nombreux exemples et quelques vidéos (en anglais) pour un pas-à-pas des manipulations à réaliser.

Quelques ressources complémentaires pour aller plus loin sur le Markdown et Pandoc :

Photo de Laura Kapfer sur Unsplash

logo zettlr

Zettlr, un outil pour l’écriture académique

Si éditer du Markdown peut se faire sur un simple éditeur de texte, la démocratisation de ce langage a conduit au développement de nombreux éditeurs spécifiques, aujourd’hui disponibles sur tous les systèmes d’exploitation ou en ligne. Citons notamment Typora, Ulysses, iA Writer, Apostrophe, Stylo, etc.

Parmi ceux-là, Zettlr (à prononcer Settler) a retenu plus particulièrement notre attention. Cet éditeur open-source gratuit et multiplateforme (Windows, Mac OS et Linux) a été développé par Hendrik Erz, qui contrairement à ce que vous pourriez penser n’est pas développeur informatique, mais chercheur en Sciences humaines et sociales ! Un outil conçu par et pour des chercheurs, c’est donc la voie vertueuse empruntée par Zettlr — c’est aussi celle suivie par l’éditeur en ligne Stylo développé dans le cadre de la chaire de recherche du Canada sur les Écritures numériques — et qui permet aujourd’hui aux auteurs académiques de se réapproprier leurs outils d’écriture et donc leur pensée (voir notamment sur ce point les travaux de Jack Goody ou Françoise Waquet1).

Exemple de vue proposée par Zettlr : à gauche, l’arborescence des documents ; au centre, l’éditeur de texte ; à droite, plusieurs vues complémentaires comme la table des matières, la liste des mots clefs, la bibliographie ou les fichiers joints au document.
Exemple de vue proposée par Stylo : à gauche, la table des matières du document ; au centre, l’éditeur de texte ; à droite, les différentes strates de métadonnées liées au document.

Mais, la force de Zettlr réside aussi dans le fait qu’il associe à la simplicité du Markdown la puissance de Pandoc, véritable couteau suisse pour la conversion de documents numériques, et celle du fameux langage et système de composition LateX (à prononcer Latèk, pour ne pas se trahir dans les soirées mondaines du numérique 😌).

En outre, la refonte qu’a récemment connue l’interface de Zettlr, a permis un gain de performance et une intégration plus ergonomique de Pandoc. Pour celles et ceux qui à ce stade seraient inquiets, rassurez-vous : il n’est plus question d’user ses yeux à entrer d’ésotériques lignes de commande pour faire fonctionner Pandoc. Un panneau dédié permet de paramétrer finement tous les exports à l’aide de fichiers de configurations YAML, pour “YAML Ain’t Markup Language” ( YAML n’est pas un langage de balisage … les développeurs ne manquent pas d’humour 😉).

Zettlr et son environnement

  • un langage pour structurer son propos (Markdown) ; 
  • un outil pour gérer des références bibliographiques et faciliter leur citation (Zotero et Better BibTeX) ; 
  • un convertisseur pour produire des documents publiables sous différentes formes (Pandoc et LaTeX).

Astuces

Zettlr et Word — Il n’est pas possible de récupérer le texte d’un document Word par un simple copier-coller (Ctrl/Cmd+V). Zettlr convertit en effet  le texte en image et l’importe en tant que telle. Pour copier-coller du texte depuis Word, il faut réaliser un collage sans forme (Shift+Ctrl/Cmd+V).

Avis

Zettlr a produit un comparatif avec d’autres éditeurs qui, même s’il participe à la mise en avant des qualités de la solution développée par Hendrik Erz, donne une vue intéressante sur les caractéristiques de ce type d’outils (aperçu, personnalisation du thème, langues, moteur de recherche intégré, tag management, etc.).

  1. Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. Jean Bazin et Alban Bensa, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. “Le sens commun”, 1979. Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir Comment les savants travaillent (XVIe-XXIe siècles), Paris, CNRS Éditions, 2015. []
balise dans la mer

Syntaxe du markdown

Emphase

Pour créer des caractères gras ou italiques, il suffit de les encadrer à l’aide d’astérisques (*) ou de tirets bas ou underscore (_) : un seul pour l’italique et deux pour le gras. 

*italique* ou _italique_
**gras** ou __gras__

Le gras italique sera produit par la combinaison des deux codes, c’est-à-dire trois astérisques ou tirets bas.

Continuer la lecture

Histoire et philosophie du markdown

Le Markdown a été créé en 2004 par John Gruber en collaboration avec Aaron Swartz — prodige de l’informatique et militant de la première heure pour  la “culture libre” dont le destin tragique a fortement marqué les esprits dans le monde du numérique et au-delà1. Initialement pensé dans le but de générer aisément du code HTML pour le Web, le Markdown a été progressivement étendu afin de produire d’autres formats de documents et notamment du PDF qui, bien que n’étant pas un format ouvert au sens strict, est actuellement le plus utilisé dans nos échanges et notre documentation. 

De ce fait, il existe aujourd’hui plusieurs dialectes Markdown qui sont autant d’implémentations de la syntaxe originelle. Malgré ces évolutions, la philosophie initiale du projet n’a pas évolué2. Cette couche de formatage du texte — à l’inverse d’autres — ne doit pas être perçue comme une complication supplémentaire, mais comme un pas vers une forme de décroissance du numérique (low-tech). Par ailleurs, le Markdown répond au principe du Single-source publishing qui vise à produire des documents dans différents formats (HTML, ePub, PDF, Word, etc.) à partir d’un seul et même fichier source (ou pivot)3. Il est ainsi possible de télécharger ce billet sous plusieurs formats et différentes mises en forme, le tout généré à partir d’un seul et même fichier Markdown :

Fichier Markdown
Fichier PDF Document
Fichier PDF LaTeX
Fichier Word
Fichier LaTeX
Fichier HTML

En un mot, la sobriété numérique du Markdown permet une fluidité dans le traitement informatique et un gain d’énergie dans le processus d’éditorialisation, allant de l’écriture à l’illustration, puis de l’édition à la publication dans un continuum économe et aussi pérenne que possible.

Exemple de vue proposée par un éditeur Markdown (iA Writer) pour visualiser au fil de l’écriture le rendu du code4.

Les points forts du markdown s’appuient sur un ensemble de principes, tels que ceux exposés par Dennis Tenen et Grant Wythoff5 :

  • Pérennité6 ;
  • Priorité à la lisibilité humaine ;
  • Séparation de la forme et du contenu ;
  • Compatibilité avec la recherche universitaire ;
  • Indépendance vis-à-vis des plateformes.

  1. Voir le film documentaire The Internet’s Own Boy, 2014. []
  2. Voir John Gruber, “Markdown”, Daring fireball, décembre 2004, <https://daringfireball.net/projects/markdown>, consulté le 2 février 2022. []
  3. Outre la légèreté du fichier en lui-même (en termes de stockage), cela évite les doublons et le travail de report de modification dans différents documents en vue de les maintenir à jour. Seul le fichier pivot est corrigé et permet de régénérer l’ensemble des autres fichiers selon les besoins. []
  4. Les dispositifs d’iA Writer en faveur de la concentration de l’aut·eur·rice sont, selon nous, efficaces et très confortables. Nous nous permettons donc cette petite exception publicitaire pour un logiciel propriétaire. []
  5. Dennis Tenen et Grant Wythoff, “Rédaction durable avec Pandoc et Markdown”, Programming Historian, <doi.org/10.46430/phfr0013>, consulté le 2 février 2022. []
  6. “Le texte brut permet d’assurer la transparence et répond aux normes de préservation à long terme. MS Word pourrait disparaître comme l’a déjà fait Word Perfect, mais le texte brut restera toujours facile à lire, cataloguer, explorer et transformer. De plus, le texte brut facilite une gestion des versions du document simple et puissante, ce qui profite à la collaboration et à l’organisation des brouillons. Vos fichiers en texte brut seront accessibles sur téléphones, tablettes et possiblement même sur un ordinateur peu puissant dans une bibliothèque isolée. Le texte brut est à compatibilité descendante et à l’épreuve du temps. Peu importe quels logiciels et matériel informatique le futur nous réserve, ils seront en mesure de comprendre le texte brut.” []

Deuxième journée Numesthésie “Reconstituer la réalité” (vendredi 3 février 2023, Rouen)

La deuxième rencontre du cycle des Journées EVEille 2023 aura lieu vendredi 3 février 2023 à Rouen. Le thème des journées EVEille 2023 est consacré à la notion de “Numesthésie”; avec pour questionnement “L’écran pour saisir le sensible ?”.

Programme de la deuxième journée EVEille 2023 “Reconstituer la réalité”

Lors de la journée “Reconstituer la réalité”, on envisagera davantage des procédures numériques qui adjoignent de nouveaux artefacts à la réalité des objets dont la complétude est définitivement perdue. On pense notamment aux enquêtes qui visent à retrouver et rassembler des fragments d’une même pièce archéologique, à composer en une seule édition virtuelle des pages de livres extraites d’exemplaires différents, à la recolorisation de certaines images, à la constitution de maquettes reproduisant à une échelle réduite un site ou une construction disparue, etc. Toutefois, comme un certain nombre d’informations ne sont souvent plus directement connues et accessibles, la reconstitution oblige à un effort de re-construction méthodique s’appuyant sur des bases scientifiques solides qui, pour autant, orientent et stimulent l’imaginaire.

Pour y assister :

En présentiel | Salle de conseil (UFR Lettres – Bâtiment B – 3e étage) | Adresse : 17 rue Lavoisier, 76130 Mont-Saint-Aignan

En ligne | le lien de connexion est envoyé par mail la veille de la journée après inscription sur le site sciencesconf des Journées 2023 .

Suite des journées “Numesthésie. L’écran pour saisir le sensible ?” :

En forgeant le néologisme de numesthésie — né de la contraction de numérique et du terme grec aisthesis qui désigne l’appréhension par la perception de l’intellect et des sens — le projet EVEille présuppose que dans le champ des Humanités, l’appréhension sensorielle n’est pas seulement convoquée pour restituer auprès de larges publics la réalité phénoménologique d’un objet scientifique qui s’offre à l’intellect de l’expert. La notion suggère aussi que la démarche épistémologique engage des dispositifs sensibles de médiation numérique pour accéder, par les sens, à l’épaisseur de l’objet scientifique et ce, dès la phase d’investigation des données.

 Le déroulé des cinq journées dessinera un parcours progressif, de la numérisation la plus minimale à l’exploitation la plus poussée, afin d’interroger les régimes de sensorialité qui interviennent dans la communication numérique de l’objet scientifique, culturel et patrimonial. Il s’agira d’examiner la manière dont les cinq sens sont diversement sollicités, de l’appréhension initiale de l’objet de la recherche à la production d’un nouvel artefact scientifique, désormais dématérialisé, en passant par les divers dispositifs de sa conversion au format numérique. On étudiera notamment les ressorts sensibles que mettent en œuvre les dispositifs numériques examinés lors de la présentation d’études de cas, qui pourront relever aussi bien de l’étude littéraire, linguistique, historique, que des champs de la musicologie, de l’histoire de l’art, de l’archéologie et plus largement des cultural studies.

  • Vendredi 10 mars 2023 – J3 – Colmar – Enrichir la réalité
  • Vendredi 14 avril 2023 – J4 – Mulhouse – Augmenter la réalité
  • Vendredi 12 mai 2023 – J5 – Utrecht – Éprouver le numérique

Illustration : Brueghel l’Ancien & Rubens, Allégorie de l’ouïe, 1617-1618.

https://fr.wikipedia.org/wiki/All%C3%A9gories_des_cinq_sens

Première journée Numesthésie “Digitaliser la réalité” (vendredi 13 janvier 2023, Strasbourg)

La première journée du cycle des Journées EVEille 2023 aura lieu vendredi 13 janvier 2023 à Strasbourg au Lab de la Bnu qui ouvre la première fois ses portes à la communauté scientifique avant son inauguration fin janvier.

Le thème des journées EVEille 2023 est consacré à la notion de “Numesthésie”; avec pour questionnement “L’écran pour saisir le sensible ?”.

En forgeant le néologisme de numesthésie — né de la contraction de numérique et du terme grec aisthesis qui désigne l’appréhension par la perception de l’intellect et des sens — le projet EVEille présuppose que dans le champ des Humanités, l’appréhension sensorielle n’est pas seulement convoquée pour restituer auprès de larges publics la réalité phénoménologique d’un objet scientifique qui s’offre à l’intellect de l’expert. La notion suggère aussi que la démarche épistémologique engage des dispositifs sensibles de médiation numérique pour accéder, par les sens, à l’épaisseur de l’objet scientifique et ce, dès la phase d’investigation des données.

 Le déroulé des cinq journées dessinera un parcours progressif, de la numérisation la plus minimale à l’exploitation la plus poussée, afin d’interroger les régimes de sensorialité qui interviennent dans la communication numérique de l’objet scientifique, culturel et patrimonial. Il s’agira d’examiner la manière dont les cinq sens sont diversement sollicités, de l’appréhension initiale de l’objet de la recherche à la production d’un nouvel artefact scientifique, désormais dématérialisé, en passant par les divers dispositifs de sa conversion au format numérique. On étudiera notamment les ressorts sensibles que mettent en œuvre les dispositifs numériques examinés lors de la présentation d’études de cas, qui pourront relever aussi bien de l’étude littéraire, linguistique, historique, que des champs de la musicologie, de l’histoire de l’art, de l’archéologie et plus largement des cultural studies.

Voir le site des Journées 2023 pour vous inscrire et recevoir le lien de connexion pour le suivi en distanciel. Les informations pour la participation en présentiel figurent sur le programme détaillé de la première journée.

Programme détaillé : Journée EVEille 2023 Numesthésie Strasbourg Vendredi 13 janvier 2023

 Lors de la journée “Digitaliser la réalité”, on fera porter l’attention sur l’action de conversion au format numérique des sources et des objets de la recherche, qui mène à la création d’avatars virtuels. Du fait de cette transformation, ce n’est plus à l’objet que l’on accède mais nécessairement à une représentation médiatisée de cet objet, le plus souvent réduit à deux dimensions. L’encombrement, la masse, la matière, l’odeur, en un mot tout ce qui fait les caractéristiques physiques de l’objet, sont dans ce contexte plus difficiles à évaluer. En contrepartie, cette représentation est duplicable, facile à consulter, à partager, à transformer.

Illustration : Brueghel & Rubens, Allégorie de la vue, 1617.

https://fr.wikipedia.org/wiki/All%C3%A9gories_des_cinq_sens