Journées PROC (2023 et 2024)

Le projet EVEille a développé depuis janvier 2023 un projet de recherche consacré aux oeuvres composites de la première modernité et soutenu par la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace : PROC (Pratiques de référencement dans les Oeuvres Composites XVIe-XVIIe siècles).

Présentation du projet PROC

La pratique de la compilation encyclopédique est une méthode de production des savoirs courante à la Renaissance. Nombreux sont les ouvrages (anthologies, sommes, recueils de sentences, oeuvres d’auteurs) à rassembler des connaissances qui doivent être rapidement identifiables, isolables et remobilisables pour produire de nouveaux savoirs. Ces ouvrages se caractérisent par leur malléabilité : les textes assemblés (corpus littéraires de poésies, de récits brefs, de chapitres de traités consacrés à tel ou tel domaine de connaissance, arguments religieux, écrits doctrinaux, etc.) fonctionnent souvent par modules et sont réagençables suivant les besoins des différents publics auxquels s’adresse la publication, présentée comme utile à tous et toutes. La circulation manuscrite des textes (notamment dans les milieux éditoriaux ou dans la correspondance des humanistes) concourt également à la production de textes fragmentés que la publication permet alors de reconstituer comme des échanges vivants et suivis.
Pour autant, la signature des ouvrages constitue encore un mode de désignation voire d’identification des oeuvres relativement instable : la mention d’un nom unique, caractérisé par une fonction précise, est loin d’être la règle sur la page de titre ou dans les espaces péritextuels des livres de cette époque. De même, la désignation de ces ouvrages dans les catalogues de libraires, dans les premiers ouvrages bibliographiques comme dans les livres qui parfois s’entrecitent, se caractérisent par une variété des formes, des titres, voire des graphies des noms. Enfin, la pratique de la citation, explicite ou implicite, la diversité des mentions d’auteurs, traducteurs, humanistes ou hommes de sciences est omniprésente et nourrit la construction croisée des connaissances, par jeu de reprises successives des références. Il est dès lors particulièrement difficile d’identifier la participation de ces diverses autorités à la construction des discours, d’en hiérarchiser la portée réelle quand bien même la mention de leur nom serait effective, et d’en saisir les usages et stratégies de légitimation des écrits.
La problématique du projet de recherche PROC consiste à analyser la façon dont les outils de référencement informatisés permettent aujourd’hui d’interroger à nouveaux frais un corpus important d’ouvrages longtemps considérés comme mineurs (les écrits encyclopédiques, les bibliographies imprimées, les anthologies) ou comme difficiles à traiter (les archives de corpus hétérogènes, rassemblant plusieurs mains, etc.). La question des entités nommées est pourtant au coeur de l’édition de texte des écrits de la Première Modernité et l’enjeu des autorités est central dans l’étude des pratiques de l’encyclopédisme et de la compilation. Pour autant, si le champ de la bibliothéconomie a depuis longtemps travaillé à l’élaboration d’outils descriptifs et analytiques de catalogage pour faciliter l’identification des auteurs (thesaurus des noms d’auteurs avec variantes graphiques des noms, par exemple), le champ de la recherche en littérature de la Première Modernité n’a que peu exploré la question de l’automatisation informatique dans l’emploi des référentiels d’autorité et son potentiel critique dans l’édition savante.
L’objectif principal du projet PROC est donc de proposer avec un outillage adéquat pour l’analyse du référencement des autorités, un corpus-test d’oeuvres composites caractérisé par la diversité des modes énonciatifs de la référence (citation explicite dans les textes ou dans les notes, liste de noms, attributs pour caractériser les auteurs, mention sous forme d’initiales, allusions périphrastiques, etc.). Ces critères permettront de déterminer un ensemble de métadonnées à renseigner pour caractériser les autorités spécifiques de la première modernité (lieu de naissance, profession, statut social, titres, forme d’intervention sur le texte, etc.). Le rôle des traducteurs, commentateurs, compilateurs, relecteurs sera ainsi restitué au sein du personnel des acteurs de la production écrite, sans hiérarchie préalable qui placerait l’auteur au centre du dispositif. Un tel présupposé contribuera à éclairer sous un autre jour des pratiques citationnelles spécifiques à ce type d’ouvrages et la façon dont la prise en compte de ce réseau de références sous-jacent peut renouveler le regard sur la valeur de ces textes.
Le second objectif du projet réside dans la constitution d’un réseau d’acteurs autour de la MISHA qui s’intéressent aux référentiels d’autorités, dans le domaine de la recherche, de l’édition critique et des bibliothèques. En effet, le projet PROC repose sur une démarche transdisciplinaire qui croise littérature, histoire du livre et de l’édition, art et histoire culturelle. Le programme EVEille (Exploration et Valorisation Electroniques de corpus en SHS) de l’UHA comprend déjà plusieurs projets qui interrogent la représentation des autorités dans les imprimés de la Première Modernité. Le Lab de la Bnu contribuera à la réflexion sur ces corpus, à la croisée d’une démarche scientifique, technique et bibliothéconomique sur les données. Le projet PROC permettra aussi de développer un espace d’expérimentation dans le cadre de la chaîne éditoriale ESTRADES pour associer de manière semi-automatisée des référentiels déjà existants, en combiner plusieurs, et mettre en relation les mentions d’autorité réunies dans plusieurs corpus édités sur une même plateforme. Enfin, le groupe de travail “Bibliothèques numériques de la Première Modernité” (BibNumPM) d’EMAN (Edition de Manuscrits et d’Archives Numériques) dont plusieurs porteurs de projets relèvent de l’UHA et les Bibliothèques Virtuelles Humanistes offriront un autre espace d’échanges fécond, par la place qu’il accorde à la question des métadonnées dans la définition des corpus numérisés, et plus précisément à l’enjeu des autorités.

Manifestations organisées dans le cadre du projet PROC

La référence explicite : éditer les compilations de la Renaissance, de l’index au référentiel ?
Journée d’étude, novembre 2023 coordonnée par Romane Marlhoux (ILLE, UHA) et Madeleine Hubert (Lab, Bnu)

Produit-on des ressources FAIR (Faciles à trouver, accessibles, interopérables, réutilisables) à la Renaissance ? Nous sommes en tout cas tributaires aujourd’hui des techniques de recherche textuelle et des méthodes de lecture de consultation mises en œuvre, au XVIe siècle, par un lectorat élargi notamment en ce qui concernent l’utilisation des “livres de référence” (compilations, florilèges, dictionnaires…) Étudier et plus encore éditer ce type d’ouvrages qui se caractérise par une intertextualité spécifique nécessite d’accorder une attention particulière au référencement dans ces textes. Le numérique, et en particulier le web sémantique, conduit à les interroger à nouveaux frais. Quelles sont les parentés des outillages numériques avec les systèmes d’indexation et de renvois mis en place à la Renaissance ? En posant le problème en termes de métadonnées et en approfondissant la notion de contribution mise en avant dans les Humanités Numériques, peut-on revenir sur les critères mêmes de définition des autorités et de l’auctorialité ? De même qu’une meilleure compréhension des pratiques anciennes permet d’envisager autrement les dispositifs numériques que nous inventons, les réflexions autour des référentiels d’autorités et des entités nommées ouvrent de nouvelles perspectives de recherche sur les textes composites de la Première Modernité.

Appel à contributions

La référence implicite : évoquer les autorités « sous le voile de silence »
Journée d’étude, 22 novembre 2024 coordonnée par Michela Lagnena (ILLE, UHA) et Guillaume Porte (ARCHE, Unistra).

Appel à contributions