Archives par étiquette : environnement d'écriture

logo zotero

Zotero & Zettlr

Zotero est un logiciel de gestion de données bibliographiques gratuit et OpenSource qu’il est possible de combiner à Zettlr pour créer une environnement d’écriture complet pour la recherche.

L’installation de l’extension Better BibTeX pour Zotero (voir Prérequis logiciels) permet de générer des clefs de citations qui, dans les grandes lignes, assurent un lien entre les entrées de votre bibliothèque Zotero et votre environnement d’écriture Zettlr. Ce processus est donc comparable à celui des plugins Zotero pour Word ou LibreOffice.

Lier sa bibliothèque Zotero à Zettlr

Une fois l’extenstion Better BibTeX pour Zotero installée, il est nécessaire d’exporter votre bibliothèque afin que Pandoc Citeproc puisse en citer les références.

Sous Windows ou MacOS, sélectionnez dans Zotero la bibliothèque ou la sous-collection de références que vous souhaitez utiliser avec Zettlr. Cliquez sur Fichier puis Exporter la bibliothèque…. Sélectionnez Better CSL JSON comme format d’export et cochez la case Tenir à jour.

Il s’agit ensuite de lier votre bibliothèque à Zettlr.

Sous Windows ou MacOS, allez dans l’onglet Citations dans les Préférences de Zettlr. Cliquez sur l’icône page (📄) à droite du champ de saisie Fichier de références bibliographiques (au format CSL JSON ou BibTex).
Une boîte de dialogue apparaîtra alors pour naviguer vers le fichier .csl. Sélectionnez-le et Zettlr chargera automatiquement la base de références.

Dès lors, Better BibTex s’assurera de maintenir ainsi la synchronisation entre Zotero et le fichier .csl créé. Par conséquent, chaque changement effectué dans Zotero sera automatiquement et immédiatement mobilisable dans Zettlr.

Personnaliser les clefs de citation

Il est possible de personnaliser les clefs de citation à partir de l’onglet Better BibTeX dans les Préférences de Zotero. La génération des clefs se fait à l’aide de fonctions et de filtres dont on trouve une liste commentée sur le site du développeur (voir Documentation).

Fenêtre des Préférences de Zotero pour la configuration de Better BibTeX.

ATTENTION — La mise à jour des clefs de citation dans Zotero ne se fait pas automatiquement, mais manuellement.

Sous Windows ou MacOS, sélectionnez l’ensemble des entrées, puis Clic droit > Better BibTeX > Rafraîchir la clé de citation.
La modification peut prendre de quelques secondes à plusieurs minutes avant de s’afficher.

logo zettlr

Zettlr, un outil pour l’écriture académique

Si éditer du Markdown peut se faire sur un simple éditeur de texte, la démocratisation de ce langage a conduit au développement de nombreux éditeurs spécifiques, aujourd’hui disponibles sur tous les systèmes d’exploitation ou en ligne. Citons notamment Typora, Ulysses, iA Writer, Apostrophe, Stylo, etc.

Parmi ceux-là, Zettlr (à prononcer Settler) a retenu plus particulièrement notre attention. Cet éditeur open-source gratuit et multiplateforme (Windows, Mac OS et Linux) a été développé par Hendrik Erz, qui contrairement à ce que vous pourriez penser n’est pas développeur informatique, mais chercheur en Sciences humaines et sociales ! Un outil conçu par et pour des chercheurs, c’est donc la voie vertueuse empruntée par Zettlr — c’est aussi celle suivie par l’éditeur en ligne Stylo développé dans le cadre de la chaire de recherche du Canada sur les Écritures numériques — et qui permet aujourd’hui aux auteurs académiques de se réapproprier leurs outils d’écriture et donc leur pensée (voir notamment sur ce point les travaux de Jack Goody ou Françoise Waquet1).

Exemple de vue proposée par Zettlr : à gauche, l’arborescence des documents ; au centre, l’éditeur de texte ; à droite, plusieurs vues complémentaires comme la table des matières, la liste des mots clefs, la bibliographie ou les fichiers joints au document.
Exemple de vue proposée par Stylo : à gauche, la table des matières du document ; au centre, l’éditeur de texte ; à droite, les différentes strates de métadonnées liées au document.

Mais, la force de Zettlr réside aussi dans le fait qu’il associe à la simplicité du Markdown la puissance de Pandoc, véritable couteau suisse pour la conversion de documents numériques, et celle du fameux langage et système de composition LateX (à prononcer Latèk, pour ne pas se trahir dans les soirées mondaines du numérique 😌).

En outre, la refonte qu’a récemment connue l’interface de Zettlr, a permis un gain de performance et une intégration plus ergonomique de Pandoc. Pour celles et ceux qui à ce stade seraient inquiets, rassurez-vous : il n’est plus question d’user ses yeux à entrer d’ésotériques lignes de commande pour faire fonctionner Pandoc. Un panneau dédié permet de paramétrer finement tous les exports à l’aide de fichiers de configurations YAML, pour “YAML Ain’t Markup Language” ( YAML n’est pas un langage de balisage … les développeurs ne manquent pas d’humour 😉).

Zettlr et son environnement

  • un langage pour structurer son propos (Markdown) ; 
  • un outil pour gérer des références bibliographiques et faciliter leur citation (Zotero et Better BibTeX) ; 
  • un convertisseur pour produire des documents publiables sous différentes formes (Pandoc et LaTeX).

Astuces

Zettlr et Word — Il n’est pas possible de récupérer le texte d’un document Word par un simple copier-coller (Ctrl/Cmd+V). Zettlr convertit en effet  le texte en image et l’importe en tant que telle. Pour copier-coller du texte depuis Word, il faut réaliser un collage sans forme (Shift+Ctrl/Cmd+V).

Avis

Zettlr a produit un comparatif avec d’autres éditeurs qui, même s’il participe à la mise en avant des qualités de la solution développée par Hendrik Erz, donne une vue intéressante sur les caractéristiques de ce type d’outils (aperçu, personnalisation du thème, langues, moteur de recherche intégré, tag management, etc.).

  1. Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. Jean Bazin et Alban Bensa, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. “Le sens commun”, 1979. Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir Comment les savants travaillent (XVIe-XXIe siècles), Paris, CNRS Éditions, 2015. []

Histoire et philosophie du markdown

Le Markdown a été créé en 2004 par John Gruber en collaboration avec Aaron Swartz — prodige de l’informatique et militant de la première heure pour  la “culture libre” dont le destin tragique a fortement marqué les esprits dans le monde du numérique et au-delà1. Initialement pensé dans le but de générer aisément du code HTML pour le Web, le Markdown a été progressivement étendu afin de produire d’autres formats de documents et notamment du PDF qui, bien que n’étant pas un format ouvert au sens strict, est actuellement le plus utilisé dans nos échanges et notre documentation. 

De ce fait, il existe aujourd’hui plusieurs dialectes Markdown qui sont autant d’implémentations de la syntaxe originelle. Malgré ces évolutions, la philosophie initiale du projet n’a pas évolué2. Cette couche de formatage du texte — à l’inverse d’autres — ne doit pas être perçue comme une complication supplémentaire, mais comme un pas vers une forme de décroissance du numérique (low-tech). Par ailleurs, le Markdown répond au principe du Single-source publishing qui vise à produire des documents dans différents formats (HTML, ePub, PDF, Word, etc.) à partir d’un seul et même fichier source (ou pivot)3. Il est ainsi possible de télécharger ce billet sous plusieurs formats et différentes mises en forme, le tout généré à partir d’un seul et même fichier Markdown :

Fichier Markdown
Fichier PDF Document
Fichier PDF LaTeX
Fichier Word
Fichier LaTeX
Fichier HTML

En un mot, la sobriété numérique du Markdown permet une fluidité dans le traitement informatique et un gain d’énergie dans le processus d’éditorialisation, allant de l’écriture à l’illustration, puis de l’édition à la publication dans un continuum économe et aussi pérenne que possible.

Exemple de vue proposée par un éditeur Markdown (iA Writer) pour visualiser au fil de l’écriture le rendu du code4.

Les points forts du markdown s’appuient sur un ensemble de principes, tels que ceux exposés par Dennis Tenen et Grant Wythoff5 :

  • Pérennité6 ;
  • Priorité à la lisibilité humaine ;
  • Séparation de la forme et du contenu ;
  • Compatibilité avec la recherche universitaire ;
  • Indépendance vis-à-vis des plateformes.

  1. Voir le film documentaire The Internet’s Own Boy, 2014. []
  2. Voir John Gruber, “Markdown”, Daring fireball, décembre 2004, <https://daringfireball.net/projects/markdown>, consulté le 2 février 2022. []
  3. Outre la légèreté du fichier en lui-même (en termes de stockage), cela évite les doublons et le travail de report de modification dans différents documents en vue de les maintenir à jour. Seul le fichier pivot est corrigé et permet de régénérer l’ensemble des autres fichiers selon les besoins. []
  4. Les dispositifs d’iA Writer en faveur de la concentration de l’aut·eur·rice sont, selon nous, efficaces et très confortables. Nous nous permettons donc cette petite exception publicitaire pour un logiciel propriétaire. []
  5. Dennis Tenen et Grant Wythoff, “Rédaction durable avec Pandoc et Markdown”, Programming Historian, <doi.org/10.46430/phfr0013>, consulté le 2 février 2022. []
  6. “Le texte brut permet d’assurer la transparence et répond aux normes de préservation à long terme. MS Word pourrait disparaître comme l’a déjà fait Word Perfect, mais le texte brut restera toujours facile à lire, cataloguer, explorer et transformer. De plus, le texte brut facilite une gestion des versions du document simple et puissante, ce qui profite à la collaboration et à l’organisation des brouillons. Vos fichiers en texte brut seront accessibles sur téléphones, tablettes et possiblement même sur un ordinateur peu puissant dans une bibliothèque isolée. Le texte brut est à compatibilité descendante et à l’épreuve du temps. Peu importe quels logiciels et matériel informatique le futur nous réserve, ils seront en mesure de comprendre le texte brut.” []