Archives par étiquette : estrades

image de carte-mère

Édition et formation : deux missions qui s’alimentent

Arrivée dans le laboratoire ILLE depuis mi-octobre 2022, et travaillant en parallèle au laboratoire ARCHE de l’université de Strasbourg, la mission qui m’a été confiée est double : premièrement, reprendre avec mon collègue Guillaume Porte les différentes étapes de la chaîne de production de travaux d’éditions scientifiques, à travers le projet d’édition Estrades. Ce projet, porté par l’initiative de Guillaume, consiste à la création d’une plateforme d’édition de sources textuelles structurées dans le domaine des sciences humaines et sociales, proposant des éditions interrogeables, FAIR et publiées au format numérique et/ou papier. Deuxièmement, ma mission sera d’accompagner trois chercheuses et doctorantes du laboratoire ILLE dans leur travail éditorial afin qu’elle puissent, au terme de leur recherche/doctorat, proposer une édition structurée de leur corpus de recherche.

Quelques semaines après mon arrivée, j’ai pu mesurer ce qu’avait tenté de m’expliquer Guillaume quelques temps auparavant : c’est-à-dire l’existence d’un réel déséquilibre entre les différentes institutions concernant les moyens et les ressources octroyés aux chercheurs.euses souhaitant éditer leur corpus. Deux groupes sont en effet à distinguer :

  • un premier groupe composé d’institutions très avancées et maîtresses dans le domaine des humanités numériques (dans lequel on trouve par exemple le Pôle Document Numérique de l’université de Caen, qui va bientôt fêter ses 10 ans, ou bien encore des institutions parisiennes comme l’École nationale des Chartes (ENC) ou l’Université PSL, dont les deux formations en humanités numériques proposées vont également fêter respectivement leurs 10 et 3 ans, si je ne me trompe pas).
  • de l’autre côté un second groupe composé d’institutions dispersées dans le reste de la France où le concept même d’humanités numériques peine à percer (c’est le cas notamment de l’université de Strasbourg dont les projets d’édition de corpus reposent en grande partie sur des chercheurs.euses et ingénieur.e.s volontaires).

Diplômée de l’École nationale des Chartes, et ayant effectué mon stage de master au sein du PDN de Caen, je suis arrivée à l’université de Strasbourg avec un regard biaisé sur la question. Je n’ai pu mesurer cet écart entre les groupes qu’après quelques semaines d’échanges avec des collaborateurs.trices d’Alsace. Malgré tout, je reste persuadée que ce “retard” n’en est pas un et qu’il permet au contraire de pouvoir tirer profit des conclusions émergentes d’institutions plus “avancées”. Les échanges ou lectures que j’ai pu avoir, de même que mes expériences m’ont permis de distinguer différents points d’amélioration à prendre en compte dans la création de nouveaux pôles éditoriaux :

  • bien souvent, les services d’appui à l’édition que nous proposons sont souvent perçus par les chercheurs comme une prestation de service, alors que nous sommes avant tout un laboratoire de recherche. Nos missions sont donc différentes ;
  • n’ayant aucune idée de la manière dont les ingénieurs procèdent, l’imaginaire pensé autour du numérique, l’incompréhension d’un vocabulaire et des pratiques dont nous usons amènent souvent à des problèmes de compréhension entre le monde de la recherche et celui de l’ingénierie, et donc à des pertes de temps sur les projets. D’où la nécessité de création et de partage d’un vocabulaire commun ;
  • une répétition et une ré-invention des outils utilisés pour chaque projet, dû probablement à une dispersion des moyens ainsi qu’à un manque de communication entre les institutions. Alors qu’il serait plus profitable de se focaliser sur une mutualisation contrôlée des dits moyens, bénéfique à plusieurs points de vue (financier, ressources humaines, pérennisation des emplois…) ;
  • la dépendance des ingénieurs et chercheurs à des outils et logiciels techniques propriétaires, en provenance des GAFAM, constitue à mon sens une atteinte à la liberté de la recherche. Il s’agit là d’un problème alarmant que pourraient en partie résoudre le recours à des logiciels libres.

Mon hypothèse est donc la suivante : à travers très peu d’heures de formation aux notions, outils et pratiques numériques libres, une chercheuse/un chercheur peut acquérir une autonomie favorable à ses travaux de recherche, lui permettant une ouverture de sa pensée critique, une gestion plus efficace et autonome de ses fichiers, de même qu’une acquisition de connaissances profitable à un travail collaboratif avec des ingénieurs d’études et de recherche.

Pour cela, il s’agit de procéder à une formation aux bases, sous forme de pas-à-pas que la chercheuse/le chercheur doit ensuite approfondir par elle-même/lui-même. Les différentes étapes de récupération, traitement et production de données dans le processus éditorial scientifique sont toujours accolés à des outils et des pratiques techniques que nous détaillerons plus bas, et qu’il s’agit de comprendre à minima. Sans oublier cependant que, dans mon cas au laboratoire ILLE, cette formation est adaptée à des personnes ayant déjà une connaissance et une vision de ce qu’est l’édition numérique scientifique. En effet, les personnes que j’accompagne ont déjà reçu une formation en XML-TEI, de même qu’en gestion de bases de données (concernant le logiciel Heurist dans leur cas), en langages à balises et de développement pour de la production web (HTML, CSS, Javascript) et également en langage de requête XSL et xQuery. Nous pourrions donc compter trois groupes, trois situations différentes dans le champ de la recherche en humanités numériques :

  • un premier groupe composé de chercheuses.eurs avec des connaissances/compétences en humanités numériques ;
  • un second groupe composé des chercheuses.eurs en sciences humaines n’ayant encore ni connaissances, ni formation en humanités numériques ;
  • un troisième groupe composé d’étudiants en master de recherche n’étant pas au courant de l’existence des humanités numériques.

Il s’agira ensuite de déterminer trois entrées différentes pour ces trois groupes distincts.

Dans mon cas, mes “apprenantes” venant du premier groupe, j’ai pu déterminer différents cours à proposer qui suivent un fil rouge : exploration, autonomie, sobriété. L’objectif est de partir avec des chercheuses disposant déjà des données qu’elles souhaitent traiter, pour arriver à la production d’une édition numérique de leur corpus. Voici les différentes compétences auxquelles je compte les former :

  • une formation en lignes de commande (CLI) : connaître le minimum de commandes permettant de comprendre le fonctionnement interne d’un ordinateur sans interface graphique, qui puisse donner les capacités de se rendre d’un dossier à un autre, de pouvoir créer et modifier des fichiers, afficher des contenus à l’écran, comprendre le fonctionnement du “pipe”, faire de la recherche plein texte etc. Pour cela, je pense que l’approche à l’aide du jeu gameShell, que j’avais moi-même utilisé à l’ENC, est une voie intéressante et ludique.
  • une formation à git : comprendre le fonctionnement de git, l’intérêt que celui-ci peut avoir dans la gestion de versionnages de mes fichiers. Le tout sans recourir à des logiciels comme Github Desktop.
  • une formation aux expressions régulières (regex) : suite à une discussion avec une doctorante pour transformer des fichiers “simples” Alto en fichiers structurés XML. Après m’avoir suggéré deux solutions auxquelles elle avait pensé (se former en Python ou bien pousser sa formation XSLT) je me suis dit que de simples regex pourraient – probablement – suffire. De toute façon, la maîtrise des regex est un avantage à tout moment dans le processus éditorial.
  • une formation à TEIpublisher (même si pour l’instant il s’agit de la solution retenue pour le projet Estrades, il serait idéal dans mon esprit de parvenir à faire sans) : TEIPublisher, l’instance de création d’édition numérique, pourrait servir de première approche et de validation d’un schéma TEI ainsi que d’une ODD.
  • une formation au moteur d’affichage XML MaX de l’Université de Caen : l’étape finale de la formation. Une bonne initiative en tous points : il s’agit d’un outil libre, produit par et pour le monde de la recherche, d’un outil sobre par sa conception, sa structuration, et son mode de fonctionnement qui, bien sûr, reste toujours à améliorer.

Il est important à ce stade, je pense, de préciser une chose : il ne s’agit pas de transformer la chercheuse en ingénieure. La chercheuse ou le chercheur doit avant tout effectuer un travail de recherche, un travail déjà perturbé par le temps octroyé à de nombreuses tâches administratives, de même que par la course aux financements de projets. Il ne s’agit pas de faire perdre du temps de travail, au contraire. Cette formation et les conséquences qui en découlent ont d’autres bénéfices qui valent la peine de s’intéresser à ces questions d’outils : des données normalement plus alignées avec les protocoles FAIR (sensibilisation aux métadonnées, à la structuration de la donnée utilisée et produite…), une plus grande liberté de la recherche, des coûts financiers moindres, un meilleur dialogue entre les parties grâce à un vocabulaire partagé, ainsi qu’un impact de la recherche sur l’environnement plus soutenable, favorable à une justice sociale ainsi qu’à un meilleur équilibre mental à tous les niveaux (je détaillerai ces derniers points qui me sont chers dans un autre article). La participation des apprenantes à la formation est également bénéfique à l’élaboration même de la chaîne éditoriale Estrades, en ce qu’elles pensent, préparent et interrogent les données à éditer dans le même temps que les besoins et le déroulé de la chaîne éditoriale se précisent. Dans un sens, elles permettent donc une mise à l’épreuve de cette dernière.

De toute manière il est, je pense, évident qu’une simple formation de quelques heures dans ces différentes pratiques ne peut aboutir à la formation d’une ingénieure. La formation que j’ai suivie, à l’École nationale des chartes, qui consistait en deux années, dont 6 mois pleins à de la formation technique, complétés par 4 mois de stage, était déjà (ce n’est évidement que mon avis), tout juste suffisant.

Et surtout, je pars du principe que si j’ai pu le faire, si j’ai pu acquérir ces nouvelles pratiques et ces nouveaux usages numériques tout en ayant une formation initiale en recherche, alors la majorité des chercheurs/chercheuses peut le faire. J’ai conscience qu’une telle affirmation peut en heurter certains (je vous vois soupirer et vous dire “encore une qui pense que parce qu’elle a pu le faire, tout le monde le peut…”). Attention, je ne dis pas que tout le monde peut le faire dans le sens “méritocratique”, ou cela ne dépendrait que d’une volonté forte de la part de l’élève. J’ai bien conscience que pour certaines personnes, le blocage est réel, et que certain.e.s chercheuses.eurs ne parviendront jamais maîtriser git, ou MaX par exemple. Mais le simple fait d’avoir connaissance de ces pratiques, de recevoir cette formation, de réaliser que le monde de l’informatique n’est pas magique, mais bien plus concret que l’on s’imagine, tout cela peut permettre un meilleur déroulé de projets.

Une chose qui me conforte dans cette idée est que j’étais moi-même loin d’être la meilleure (notez l’euphémisme…) dans chacun des cours que j’ai reçu pendant ma formation. Ce qui m’a aidé, déjà, c’était d’avoir des professeur.e.s conciliant.e.s et à l’écoute. Mais c’est aussi, je pense, parce que je n’ai pas eu peur de demander, approcher mes camarades de classe, travailler avec eux pour comprendre et pourquoi je bloquais. Et malgré le fait que je ne sois pas encore indépendante sur beaucoup de choses dans mon métier (exemple avec la maîtrise de javascript ou bien encore pour effectuer des requêtes xQuery), et qu’il m’arrive bien souvent de demander de l’aide à mon collègue, je ne crois pas que cela pose problème. J’ai conscience que certains appelleraient ça être dépendant de quelqu’un. Pour ma part, j’appellerai plutôt ça de la nécessaire transmission de savoirs d’une personne à une autre.

En effet, une de mes autres hypothèses, partagée je pense avec des collègues et certains membres de la direction du numérique de l’Université de Strasbourg, est que les interfaces graphiques logicielles, loin de nous rendre indépendants en nous facilitant l’accès au numérique, nous ont au contraire coupés net de ce devoir. Nous sommes passés d’une transmission du savoir d’une personne à une autre personne, à une réelle dépendance subie de personnes à travers des logiciels. Cela expliquerait en partie pourquoi cette culture de l’informatique est en perdition (certains enfants peuvent penser par exemple que l’utilisation d’internet se limite à l’utilisation du téléphone portable ), puisque ce savoir et cette mission de transmission, nous les avons peu à peu laissés aux mains des géants du numérique.

Ces considérations et questionnements font souvent l’objet d’échanges entre ingénieur.e.s, informaticien.ne.s et chercheur.euse.s engagé.e.s dans le voie de la science ouverte. Ma mission ayant commencée maintenant depuis un peu plus de deux mois, je pense pouvoir affirmer que mon ancrage dans la ville de Strasbourg, dans laquelle j’ai pu créer des liens non seulement avec le monde associatif du numérique (en particulier l’association Desclicks) mais également avec des personnalités engagées dans cette voie (notamment mes collègues et amis informaticiens de la MISHA, Marc Chantreux et Arthur Pons, membres des collectifs EcoInfo et Katzele), est un vrai atout dans ma démarche. Tout cela me permettra, à terme, de délivrer à la fois une formation complète, de même qu’établir une documentation utile à la chaîne d’édition Estrades.

[Estrades-Eveille] Retour du premier séminaire de travail à Strasbourg les 18-20 mai 2022

Sous une vague de chaleur exceptionnelle, le premier séminaire Estrades-EVEille s’est déroulé du 18 au 20 mai 2022 à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme de Strasbourg (MISHA). Animées par Guillaume Porte, ingénieur d’études au laboratoire ARCHE de l’Université de Strasbourg, le groupe EVEille et le comité de pilotage d’Estrades, les journées du séminaire strasbourgeois ont été l’occasion de réflexions sur le positionnement des projets Estrades et EVEille, de retours d’expérience collectifs et individuels concernant les projets de jeunes chercheurs et de futurs doctorants, de travaux pratiques et d’expérimentation sur divers outils numériques.

Lancé par Guillaume Porte et soutenu par le comité de pilotage qui réunit des chercheurs et des ingénieurs de l’Université de Strasbourg, de l’Université de Haute Alsace et de la MISHA, le projet Estrades vise à développer, en avançant par paliers, un « pipeline » éditorial à géométrie variable, depuis l’acquisition des données jusqu’à leur diffusion et leur réutilisation, permettant ainsi de produire des éditions structurées, interrogeables, FAIR et publiées au format numérique et/ou papier1. Conçu sur le modèle développé par le Pôle Document Numérique de la MRSH de Caen (Métopes), le projet se propose de guider, d’accompagner, mais aussi d’engager les chercheurs et les doctorants des sites alsaciens dans l’ensemble des étapes et des interactions de la chaîne éditoriale, afin de créer une dynamique collective et d’engager une forme d’acculturation numérique des doctorants/chercheurs. Suivant cette perspective, les formations et manifestations du projet EVEille ont pour mission de favoriser le développement d’une culture numérique chez les étudiants, doctorants et enseignants-chercheurs, afin de contribuer, in fine, à l’implantation d’Estrades dans les formations et les pratiques de recherche développées dans les sites alsaciens intéressés, en partenariat avec la plate-forme PHuN et l’Ouvroir de la MISHA.

Le premier séminaire Estrades-EVEille s’est organisé autour de deux formations animées par Guillaume Porte sur les usages des langages XSLT, Xquery et XPath permettant d’interroger un document XML et de le transformer dans un autre document.

Le séminaire a aussi donné lieu à la présentation de plusieurs projets numériques en cours : le projet d’édition de carnets de bord du XVIIIe siècle ÆTeiCab (Marine Parra et Benoît Roux), le site d’édition critique numérique des lettres de Jean Calvin (Yanet Hernandez), le projet Pasquier amoureux ? (Michela Lagnena), le projet Trésor des bons esprits français (Anne Réach-Ngô).

  1. Voir les enregistrements de la session consacrée à Estrade aux journées EVEille 2022. []